Enculé un an pour payer le loyer

homme enculé par femme

Je ne pensais pas avoir bien compris ce que je venais d’entendre. Mon visage devait être tout rouge et Brigitte a dû rougir elle aussi, en réalisant qu’elle venait de dire. Ma charmante jeune locataire et voisine (son mari et elle m’ont loué une maison) venait de me faire une proposition que je n’arrivais pas à oublier.

“Alors, laissez-moi passer la phase de choc et m’assurer que j’ai bien entendu. Vous me proposez votre cul… au lieu d’un loyer, pour combien de temps ? Combien de mois, Brigitte ? Tu te fais des avances pour économiser de l’argent ou il y a autre chose dans ce tableau que j’oublie ?” Je me suis versé une bière pour tout encaisser et je lui en ai offert une aussi, qu’elle a acceptée avec plaisir.

“C’est ça le truc… Je pensais à un an pour l’instant, avec la possibilité de renouvellement. Nous vivrions sans loyer en termes monétaires, mais je serais à votre disposition pour vos… besoins sexuels pendant au moins un an, étant entendu que ce n’est que mon cul. Vous pouvez le fesser, le lécher, le caresser, le doigter ou le baiser comme vous le souhaitez, mais ce n’est que mon cul. Pas ma chatte. Pas ma bouche. Je veux juste que ce soit clair. Ma chatte appartient toujours à Richard”, a déclaré Brigitte.

“Je vois. C’est une proposition vraiment intrigante, je dois l’avouer. En parlant de Richard, cependant, que pense votre mari de votre petite idée ? Est-ce qu’il le sait au moins ? Vous êtes tous les deux des amis à moi. Comment cela affectera-t-il notre amitié et votre mariage ?” Je me suis naturellement demandé, bien que ma bite soit très raide à l’idée de pouvoir faire ce que je veux au cul de Brigitte pendant une année entière.

“Il est… plus qu’un peu excité par ça, je dois l’avouer. C’est un peu l’autre chose. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais Richard et moi avons expérimenté le jeu de cul depuis un certain temps déjà. La seule chose, c’est qu’il a découvert qu’il aime recevoir plus que donner. Il aime être le partenaire passif lorsqu’il s’agit d’anal. Cela me permet d’avoir ce que je veux, mais j’aimerais vraiment qu’il ait aussi ce qu’il veut. Il veut que vous soyez aussi propriétaire de son cul… pour la même durée. Une année civile complète. Commençant ce soir et se terminant dans un an au plus tôt. Je me suis dit que si tu t’intéressais suffisamment à mon cul… eh bien, tu pourrais le faire, même si le sien ne t’attire pas autant”, a bafouillé Brigitte, alors que nous buvions tous les deux nos bières.

“Ces termes seraient-ils consécutifs ou simultanés ?” Je me suis renseigné, car ce n’était pas tout à fait clair, bien sûr.

“Même temps, si je me souviens bien de ce que concurrent veut dire. Oui… concurrent. Tu nous posséderais tous les deux. Tu serais notre… maître d’une certaine façon, au moins en ce qui concerne le sexe anal. Crois-moi, il en tirerait quelque chose autant que toi. Il adorerait ça. Il est très bi, il semble, à en juger par ce qu’il m’a dit”, avouait Brigitte avec une certaine excitation, alors que je nous offrais à chacun une autre bière.

“Donc, vous deux seriez autrement fidèles et monogames, au moins dans le sens d’un sexe vaginal normal… Pas d’autre bite dans votre chatte que la sienne, pas d’autre chatte autour de sa bite que la vôtre. Pas de cul à utiliser pour sa bite du tout. Est-ce que je me trompe ? Je ne ferais pas de sexe oral avec l’un de vous, ni de sexe vaginal avec vous, et il ne me pénétrerait pas analement. Par contre, je me servirais de vos deux culs comme je veux, quand je veux, etc. Je serais le haut, vous deux seriez le bas, à plus d’un titre. Je serais votre Backdoor Man, si vous voulez”, me suis-je assuré de bien comprendre.

“Exactement, au moins pour l’instant. Jusqu’à ce que nous ayons discuté de ces détails. Gardez à l’esprit que ces droits sont illimités, si vous êtes d’accord. Aucune exception. Aucune restriction. On n’attend pas non plus de vous que vous nous soyez fidèle. Vous vous occupez de nos fesses. Nous n’avons aucune revendication ni aucun droit sur votre bite. Tu n’es pas marié avec nous et tu ne sors pas avec nous. C’est de la domination et de la soumission sexuelle, bien que strictement avec nos fesses. Oui, nous savons que ce n’est pas juridiquement contraignant, mais nous l’avons accepté et nous sommes prêts à signer un contrat avec vous… nous le sommes tous les deux. Il ne s’agit pas seulement de loyer. C’est juste une façon de nous faciliter la vie… financièrement, pendant que nous vivons à votre disposition et ainsi de suite. Et pour nous donner à toutes les deux le sentiment d’être des putes… tout en étant un moyen pour vous de montrer un peu de pitié à vos chiennes du fond”, a précisé Brittany, qui veut maintenant baisser son pantalon pour se faire plaisir.

“Appelez votre mari. S’il me confirme cela à l’audience, j’y consentirai. Mais il y aura un contrat écrit. Pour information, cependant, je ne m’attendais pas à être aussi attirée par un homme et une femme en même temps… je suppose que je dois être bisexuelle aussi. Rendez-vous compte de ce qui vous attend tous les deux. Il n’y a pas de retour en arrière possible. Même si vous décidez de mettre fin au contrat au bout d’un an, vous aurez tous les deux tellement pris ma bite dans le cul d’ici là que vous ne serez plus jamais tout à fait les mêmes personnes. Votre mariage aura, au moins pendant un an, suspendu les règles de stricte fidélité attendues par la société. Et je ne suis pas tout à fait convaincu que vous vous contenterez un jour de revenir à la monogamie après cela”, ai-je prévenu Brigitte, qui a hoché la tête en souriant.

“Mon Dieu, j’espère que non ! Personnellement, je veux que cela dure, et je pense que cela va durer, mais en fin de compte, cela dépendra de la façon dont nous allons tous les trois tourner. Richard et moi ressentons beaucoup de convoitise brute en ce qui vous concerne. Nous sommes tous les deux impatients que vous nous y ameniez. Je l’ai chevillé plusieurs fois et il m’a baisé le cul, donc aucun de nous n’est vierge, mais nous aimons tous les deux le prendre dans le cul plutôt que de le mettre là”, m’a expliqué Brigitte, alors que je caressais ma bite très raide dans mon pantalon.

“Dieu sait que Sophie et moi, c’est fini, et l’un des problèmes était qu’elle voulait me dominer. Je ne veux pas non plus dire dans le sens habituel du terme. Vous savez, le cliché, la blague culturelle où l’homme est fouetté et fait tout ce que la femme dit pour une raison quelconque. Elle voulait en fait être responsable de la relation, m’avoir comme remplaçant, et ça n’allait pas marcher. Ce n’était pas du candaulisme selon elle. Elle voulait juste me dominer en permanence et je lui ai dit que je voulais la dominer à la place… nous voulions tous les deux que ce soit aussi à plein temps. Je voulais lui baiser le cul et elle voulait plutôt me piéger. Elle m’a dit que c’était le seul sexe anal qu’elle m’aurait jamais donné.

“De toute façon, je suis célibataire maintenant, mais elle a laissé entendre qu’elle voudrait probablement un peu de sexe avec un ex de temps en temps. Je mentionne cela parce que si l’un de vous est présent, je pourrais la laisser te baiser le cul devant moi. Pourrais-tu supporter que je partage ton cul avec une autre personne comme mon ex ?” J’ai prévenu Brigitte, qui a rougi un peu, mais a hoché la tête.

“En fait, c’est plutôt excitant. Je dois avouer que la laisser me baiser le cul avec une sangle ou la regarder enfoncer sa cheville Richard m’exciterait beaucoup… et nous avions discuté de quelque chose comme ça. Si un autre homme ou une autre femme nous faisait ça, ça ne compterait pas comme de la triche tant que tu l’auras commandé”, Brigitte m’a fait un clin d’œil avant de planter un baiser et d’ajouter : “Désolé, je dois rentrer chez moi et dire à Richard ta réponse. Je le ferais bien par téléphone, mais je sais qu’il sera tellement excité par ça qu’il voudra me baiser demain… et, eh bien, nous essayons d’avoir un bébé, aussi étrange que cela puisse paraître. Ne t’inquiète pas, nous avons convenu qu’en tant qu’amant, nous pourrions t’embrasser sur la bouche. Ce n’est que justice. Et nous savions déjà qu’il te manquerait des baisers, puisque toi et Sophie n’êtes pas ensemble.”

Ainsi s’est terminée la plus étrange conversation que j’ai eue depuis que Sophie et moi avons rompu. D’ailleurs, elle a choisi ce moment pour m’appeler, juste au moment où Brigitte quittait la maison, sortant tout juste de cours avec un besoin apparent de se défouler. Sophie était excitée et, eh bien… elle m’avait prévenu.

“Hey, Sophie, quoi de neuf ?” Je lui ai demandé en toute décontraction, sans savoir ce qu’elle avait à l’esprit.

“Oh, mon amour… qu’est-il arrivé aux noms de nos animaux ? Ne devrais-je pas au moins être “Sophie baby” comme dans ce film de Maggie Gyllenhaal ? Je sais que nous ne sommes pas un couple… mais ne pouvons-nous pas encore appeler chacun “chéri” et “bébé” comme le font les vieilles flammes ? Sophie m’a surpris en faisant la moue.

“Bien sûr, bébé, qu’est-ce que tu avais à l’esprit ?” J’ai demandé à mon ex.

“Du sexe d’ex, bien sûr. Toi et moi, en souvenir du bon vieux temps. Je viens et je te défie de m’arrêter. Je veux t’emmener dans la semaine prochaine. Tu n’aimes peut-être pas être surpassé, mais tu dois admettre que tu as aimé la cowgirl et la cowgirl inversée, non ?” a souligné Sophie.

“Bien sûr, mais pour l’instant, je veux te baiser sur la table de la cuisine. Je t’expliquerai pourquoi plus tard”, ai-je déclaré.

“Miam…bien sûr, pourquoi pas ? Je suis partant pour ça. J’espère que votre table est assez solide. Nous ne l’avons jamais testée avant de rompre”, a-t-elle observé, ignorant à quel point j’étais dure à l’époque.

Pas dix minutes plus tard, alors que je cherchais des préservatifs, sachant ce qu’elle pensait de ce genre de choses, Sophie a frappé à la porte et j’ai entendu mon téléphone portable s’éteindre avec un SMS.

Il disait : “C’est moi, ma chère, la grande méchante louve et je viens te manger au déjeuner, petit cochon, laisse-moi entrer”.

J’ai ri de cela et j’ai ouvert la porte pour l’attraper pour un baiser vaporeux avant de lui dire : “Attends-moi là. Je dois aller au magasin et prendre d’autres préservatifs, donc je dois m’habiller. Tu veux venir avec moi ?”

“Chérie, oublie ça. Permettez-moi d’avouer quelque chose… les capotes étaient une mesure de contrôle pour moi. Alors que je pensais que je pouvais te dominer, j’ai établi ces règles pour le sexe, ces conditions, et les préservatifs en faisaient partie. J’espérais que le fait que tu cèdes était un bon signe pour ma future domination. J’avais tort ! De toute façon, nous sommes des ex maintenant et ça me démange de me gratter. Je n’ai pas baisé un mec depuis qu’on a rompu, je me suis juste tapé quelques mecs, et combien de filles as-tu pu avoir depuis ?” se demandait Sophie.

“Alors… tu le veux à poil, c’est ça ? Je pense que je peux t’y obliger”, lui ai-je dit, en prenant sa minijupe et en la soulevant pour trouver son commando.

“Pas de culotte…et une chatte chauve. T’étais excité, mon gars !” J’ai gloussé.

A ce moment là, Brigitte m’a envoyé une photo d’elle et de Richard juste après leur premier round, incluant sa chatte fraîchement baisée et les yeux de Sophie se sont élargis en voyant ça. Elle a pris son téléphone et a pris une photo de son entrejambe rasé, avant de me passer sa culotte. Elles étaient trempées, bien sûr.

“Laisse-moi t’avouer autre chose, Don. Avec des gars autres que mon amant habituel… je n’ai pas à être responsable tout le temps. Je voulais juste avoir ma situation domestique en main. Un petit ami apprivoisé et prêt à m’obéir en toutes choses. Mariage finalement, avec M. Droit, qui doit être soumis et me laisser déployer mes ailes. Le bon gars portait des capotes avec moi pendant que les autres hommes se mettaient à nu, vous voyez. Les règles étaient toutes pour le mari du sous-marin. Non, pas un truc de candaulisme en soi. Je t’aurais partagé avec d’autres femmes. Pas de ceinture de chasteté ni de cage à coq. Pas de règles contre la masturbation. Mais un truc de femme sexy en quelque sorte, avec moi qui choisissait tes partenaires, hommes et femmes. Ouais, je voulais non seulement te fixer, mais aussi te faire sucer et baiser d’autres hommes et d’autres femmes. Les autres partenaires pouvaient parfois me dominer au lieu que je les saute”, affirme Sophie en se penchant sur la table et en m’offrant sa chatte par derrière.

“Alors…et la grossesse ?” demandai-je à Sophie alors que je mettais sa culotte dans ma poche.

“Hum… d’autres hommes feraient le travail, pas le mari. Il élèverait les enfants et serait le papa, mais d’autres hommes donneraient tout le sperme pour faire le travail et il accepterait docilement son rôle. Maintenant que je sais que tu n’es pas un sous-marin… eh bien, toi et moi ne pouvons pas nous marier, parce que tu n’es pas M. Right, mais nous pouvons certainement baiser, bien sûr, et avec toi qui a plus à dire que ce que tu aurais dit”, elle a haleté et gémi alors que je commençais à lui claquer sa chatte trempée avec ma bite dure.

“C’est donc pour ça que tu as rompu de ton côté, parce que je ne suis pas M. Right, mais tu tiens toujours à moi”, me suis-je dit.

“Exactement…ta bite, elle m’a tellement manqué”, gémissait Sophie alors que je la prenais à plusieurs reprises.

“Maintenant qu’on sait ça, tu voulais en faire un truc régulier, toi et moi faisant l’amour comme des ex ?” Je me demandais, puisqu’elle m’a choisi pour son premier plan cul depuis notre rupture.

“Mon Dieu, oui ! Je ne pourrai jamais abandonner cette bite, bébé… et c’est tellement mieux sans cette foutue gomme ! Je peux sentir les veines de ta bite maintenant, ta peau en moi… putain, ça fait tellement de bien !” Sophie a avoué, même si Brigitte m’a envoyé d’autres photos de choses comme la bite de Richard et sa chatte crémeuse.

“Pas de relation, juste baiser quand on le veut tous les deux ? Je peux définitivement faire ça. Moins de pression pour essayer de faire en sorte que les choses s’arrangent. Hé, je viens de recevoir une proposition vraiment bizarre de mes locataires. Tu peux peut-être m’aider pour le contrat s’ils sont aussi sérieux qu’ils en ont l’air. Ils veulent que je…leur appartienne”, lui ai-je dit, sans attendre sa réponse.

Sophie a presque instantanément perdu tout contrôle de soi et est arrivée d’une manière désordonnée qu’elle n’avait pas prévue. En voyant et en sentant sa réaction, je suis venu aussi, en tirant mon premier chargement au fond de sa chatte. Mon sperme a déclenché un autre orgasme, je peux le dire, surtout que je n’arrêtais pas de… jouir. Ma bite et mes couilles ont bougé et se sont secouées à chaque giclée, puis Sophie s’est levée sur ses jambes bancales pour me donner un profond baiser de la langue qui m’a fait frissonner. Ses yeux ont enregistré un message que je n’ai pas tout à fait compris au début, mais ensuite elle a mis sa tête sur mes épaules et a commencé à me frotter un peu le cul… avant de s’agenouiller pour sucer ma bite directement de sa propre chatte. Son visage m’a donné un air de crainte totale alors qu’elle se balançait sur ma bite, me faisant bander. Elle m’a même sucé les couilles et m’a retourné pour commencer à m’encercler, à mon grand étonnement. Quand elle a eu fini, Sophie s’est levée pour prendre un bloc-notes et des crayons dans son sac à main.

“Chérie, c’est la chose la plus sexy que j’ai jamais entendue de ta part ! L’idée que tu surpasses un couple… un couple marié, c’est ça ? L’idée que tu pourrais leur faire ce que tu veux… surtout à leurs culs. Mon Dieu, tu es vraiment un Dom, n’est-ce pas ? Je t’ai mal compris, bébé. Je n’ai jamais été aussi excitée par toi que maintenant. Alors… je suis plus que disposé à t’aider à asservir ce couple, je te le promets. Je suis si excitée maintenant… c’est la femme qui t’a envoyé ces photos cochonnes ? Génial”, elle a repris son accent britannique comme elle le faisait parfois lorsqu’elle était très excitée, même si elle n’était pas revenue à Manchester depuis le lycée.

“Oui, la même fille. Brittany, et oui, elle est mariée à ce Richard. Ils m’offrent la propriété de leurs fesses en échange de vivre sans loyer pendant au moins un an. Qu’est-ce qui t’excite tant dans tout ça ?” J’ai sondé.

“C’est un rappel de la façon dont vous êtes dominant et agressif. J’ai besoin de ce genre de mecs dans ma vie aussi, comme vous pouvez le voir. Comme je l’ai dit, je n’ai pas l’intention de me surpasser”, a avoué Sophie, “je veux vraiment faire partie de tout ça… et j’espère aussi que vous me laisserez emprunter leurs fesses de temps en temps. Tu sais… pour donner la fessée et baiser.”

“Mon Dieu, Sophie, tu es toujours pleine de surprises ! Bien sûr, pourquoi pas ! Surtout si vous utilisez vos connaissances juridiques pour faire avancer ce genre de choses, même si elles ne sont pas juridiquement contraignantes”, j’ai réagi en restant ferme.

“Eh bien, c’est ça le truc. Cela ne les oblige pas légalement, oui, mais si c’est bien formulé, cela vous protège contre toute allégation de viol et de sodomie forcée”, a déclaré Sophie alors qu’elle était assise et qu’elle s’écrasait, mon sperme continuant à couler le long de ses cuisses vers le sol de la cuisine.

“Et vous êtes impatiente de le faire, à condition que je vous laisse les utiliser de temps en temps”, ai-je demandé par souci de clarté.

“Exactement, mon amour. Je veux emprunter leurs culs de temps en temps. Ce sera un grand exutoire pour mon côté dominant pendant que j’attends M. Right. Au fait, je pense bientôt arrêter la pilule, pour que tu puisses me mettre en cloque. J’allais attendre de rencontrer M. Right, pour qu’il me baise la bouche pendant que vous, et oui, j’ai décidé que ça doit être vous, mettez votre graine en moi. Mais maintenant, je veux que tu me mettes en cloque en toute sécurité pour que je puisse te garantir que tu restes dans ma vie. Entre cela et le fait que je t’emprunte tes esclaves du cul, je devrais être en sécurité avec toi au niveau qui nous convient à tous les deux. Pas des âmes sœurs ou des amants, mais… des compagnons de lit”, Sophie s’est mordu la lèvre inférieure, un geste qui lui a donné un air étonnamment soumis en ce moment.

“Donc, vous prévoyez que ce truc de… compagnons de lit soit permanent”, ai-je noté.

“Oui, bon sang ! Très permanent. Je veux que tu sois le père de toute ma progéniture… jusqu’à la dernière. Cela pourrait prendre des années, vous savez. Pensez à toutes ces années d’élevage, à votre tarte indienne, et à la fin de mon attitude froide et autoritaire avec vous. Pense à la possibilité de piller mon cul nu… oui, tu pourrais aussi m’emmerder. Je suis tenté de signer un contrat similaire au leur, en fait.”

“Je pensais que tu ne donnais que de l’anal, pas que tu en prenais”, j’ai observé.

“Oh, chéri, c’est à ce moment-là que j’ai voulu t’asservir ! Mon mari esclave n’aura jamais mon cul, pas pour baiser en tout cas. C’est un acte réservé aux autres hommes. Trop dominant pour lui et s’il est du bon genre, il préfère vénérer mon cul plutôt que de faire quoi que ce soit qui pourrait le blesser. Mais je vais le clouer. Dans mon mariage, l’anus ne sera que celui qui le prendra de ma ceinture, pas celui qui me pillera le derrière”, rit Sophie en léchant ses lèvres succulentes et en laissant son beau visage basané m’en dire plus que ce qu’elle a dit.

“Vous n’envisagez pas sérieusement de signer un contrat comme ça, n’est-ce pas ?” J’ai demandé à Sophie, en me demandant à quel point elle pensait ce qu’elle avait dit.

“Oh, oui, par George, je le suis ! Pourquoi tu demandes ?” Sophie m’a demandé.

“Parce que vous n’auriez plus le contrôle du genre de situation que vous venez de décrire. Si je vous disais de vous pencher et de laisser votre esclave, comme vous le dites, vous baiser les fesses, vous seriez obligé de vous soumettre… et à nu en plus, et c’est ce que je pourrais faire”, je l’ai avertie de ce que cela pourrait impliquer.

“Très bien, et dans ce cas, je me soumettrais et les règles habituelles d’un tel mariage dirigé par la femme seraient suspendues, chérie. Je dois avouer que toute cette histoire… eh bien, elle me fait peur, mais elle m’a aussi rendu plus mouillé et plus excité par toi que je ne l’ai jamais été pendant que nous sortions ensemble”, a déclaré Sophie alors qu’elle me faisait un sérieux blocage des lèvres.

“Eh bien, tu devrais y réfléchir longuement et sérieusement, comme j’ai encouragé Brittany et Richard à le faire. Ce n’est pas un jeu. Si ton cul m’appartient, je l’utiliserai pour mon plaisir. Je l’utiliserai aussi à fond. Peut-être n’êtes-vous pas aussi Domme que vous le pensiez. Si c’est le cas, peut-être devriez-vous envisager de vous remettre avec moi et d’être mon esclave tout en surclassant quelqu’un d’autre. C’est juste une idée”, me suis-je dit.

“Chérie, si je revenais vers toi, ce ne serait pas en tant que ta femme… ou même ta petite amie dans un sens normal. Ça voudrait dire que je reviendrais vers toi comme ton… animal de compagnie, en quelque sorte. Ton jouet de baise personnel… ton jouet. Pour moi, c’est difficile à expliquer, mais je pense au mariage sous sa forme actuelle comme quelque chose de plus en plus matriarcal ou fem dom, je suppose. C’est juste la façon dont le mariage se dirige et beaucoup d’hommes l’évitent pour cette raison. L’homme est apprivoisé, domestiqué, vous voyez. Regardez ce Richard, d’après votre description. Sa femme a le droit de prendre une bite dure dans le cul et son idée d’égalité de temps et d’équité est d’en prendre une aussi. C’était peut-être son idée, mais s’il n’a pas l’idée de baiser une fille dans le cul, eh bien, je le cataloguerais comme un cul et un peu comme un sous-marin, non ?” Sophie a ri.

“Alors… si tu reviens vers moi, ce serait en tant que mon partenaire soumis, si tu veux”, j’ai cherché à y voir plus clair.

“Eh bien, maintenant que je sais de quoi tu es capable, mon amour, je ne pourrais pas me contenter de rien de moins que de te voir me surpasser et m’utiliser pour ton plaisir d’abord… avant le mien. C’est tellement plus facile si je ne suis pas ta bonne épouse, mais ta salope. Ton esclave, vraiment. Ne nous faisons pas d’illusions. C’est en dehors de ma zone de confort normale, mais ça me va. Je veux toujours dominer un homme, ou peut-être deux ou plusieurs hommes, mais il faudrait qu’ils comprennent que vous avez des droits qu’ils n’ont pas. Cela étant dit, je n’hésiterais pas à vous rendre visite et à satisfaire vos moindres désirs. Mais n’attendez pas de moi que je vive avec vous. J’ai besoin de contrôler mon propre appartement ou ma propre maison, d’avoir ce domaine privé, vous voyez. N’attendez pas non plus de moi que je fasse la cuisine ou le ménage lors de mes visites. J’apporterais mes jouets de petit garçon et je leur demanderais plutôt de le faire pour vous”, a expliqué Sophie en se versant un peu de mon scotch préféré et en le buvant bien… un autre rappel de l’Angleterre qu’elle était.

“Donc… ce serait juste de la servitude sexuelle. Et vous êtes d’accord avec ça. Intéressant. Tentant. Très tentant. Peut-être à titre d’essai ou quelque chose comme ça. Vous passez un week-end ou deux avec moi de cette façon, à ma demande, pour voir si vous aimez ça comme ça”, ai-je suggéré.

“Eh bien, une de mes amies, Melissa, est la salope privée d’un mec depuis un mois et elle aime déjà ça, mais c’est sûr. Un week-end à la fois est un bon début, au moins jusqu’à ce que tu décides que tu aimes avoir ma douce chatte indienne à ta disposition, pour baiser quand ça te plaît, mon amour. Cela pourrait être un bon moyen de se défouler après une dure semaine d’études. Mais j’ai toujours besoin d’un ou deux esclaves de l’argent, vous savez, pour payer mon mode de vie. Ou peut-être que je devrais me mettre au strip-tease pour payer mes études de droit. Ou me trouver un Sugar Daddy, d’ailleurs. Admettons-le, je travaille dur pour mes études, mais en fin de compte, mes goûts et mes désirs sont trop… extravagants pour que même la paye d’un avocat couvre mes dépenses, et je n’ai pas encore mon diplôme de droit. Quoi qu’il en soit, je devrais quand même trouver un ou deux esclaves de remplacement pour ce que je pensais que vous seriez. Heureusement, vous ne l’avez pas fait. Je suis contente maintenant que j’ai trouvé un homme avec une colonne vertébrale et une paire de couilles”, dit Sophie en se levant pour m’embrasser.

“Où allez-vous maintenant ?” lui demandai-je.

“Nulle part encore. N’oubliez pas, je dois rédiger le contrat pour vous et vos salopes. Ça va être plutôt charmant, je pense. Ensuite, j’ai l’intention de trouver un de ces bons gars que j’ai épinglé l’autre jour et de lui donner une crème, mon amour. La tienne, pour être précis. Je vais adorer ça, je pense. Si je fais ça, je dois m’habituer à te rendre visite et à te voir t’occuper de mon cul. Comprends bien que je ne serai jamais ta femme, ta petite amie, etc… Je vais être ton esclave. Pas un partenaire soumis non plus. Esclave. Animal de compagnie. Jouet. Jouet de merde. Votre salope coquine, prête à faire tout ce que vous lui demandez… ou si c’est domestique, faites-le faire à ses propres esclaves. Ça pourrait être amusant de prendre son pied en te voyant me surpasser et de laisser libre cours à mes pulsions dominantes avec quelqu’un d’autre. Une personne très patiente, je pense, parce que sa petite amie ou quoi que ce soit d’autre sera une salope accro à la domination et au service d’un autre homme”, a déclaré Sophie en riant, alors qu’elle me donnait beaucoup de langue.

“Eh bien, ils arrivent maintenant, je pense”, ai-je souri, en entendant la sonnette et en commençant à répondre, mais Sophie est arrivée la première.

“Oh, vous devez être le charmant couple. Ne faites pas attention à moi. Je suis juste l’ex petite amie et tout ce jazz”, Sophie leur a souri, les laissant entrer.

J’ai senti ma bite durcir beaucoup en voyant comment mes deux locataires étaient habillés. Brigitte portait des Daisy Dukes et un haut de bikini, tandis que Richard n’avait que son pantalon de survêtement et ses tongs, sa poitrine glabre entièrement dénudée. J’ai pu voir comment les deux ont réagi en voyant Sophie dans son état semi-habillé et ma bite exposée à eux deux. Il était clair que je venais de la baiser aussi. La maison sentait le sexe et la bière, alors que je faisais un geste pour qu’ils viennent tous les deux s’asseoir près de moi.

“Avez-vous apporté le lubrifiant, car vous en aurez besoin si vous signez ce contrat que Sophie va nous aider à créer. Elle est étudiante en droit, au fait. Elle est originaire de Manchester, comme par hasard. Elle a aussi fréquenté les meilleures écoles publiques. C’est la fille qui vous a envoyé la photo de sa chatte chauve, bien sûr. Elle a l’air d’être une sorte d’interrupteur. Maintenant, buvez tous les deux un peu pour vous préparer à ce qui va vous arriver. Sophie envisage une sorte d’arrangement pour elle-même et elle pourrait choisir de participer à un moment donné, mais ce sera comme je le décide. Maintenant, êtes-vous prêt à commencer ? Attendez, peut-être devrions-nous manger quelque chose de correct en ce beau samedi soir ?” Je me suis décidé.

“Eh bien, je connais un endroit qui fait un excellent curry si vous êtes ouvert à la nourriture indienne. Mais si l’un d’entre vous a un problème d’estomac, je comprends”, a noté Sophie.

“Autant j’ai mangé d’indien, autant la nourriture ne devrait pas poser de problème. Vous êtes plutôt épicé vous aussi”, ai-je taquiné mon ex, qui a éclaté de rire tandis que Brigitte rougissait un peu et Richard devenait visiblement dur.

“Oui, tu es plutôt doué pour manger ma douce chatte, n’est-ce pas ? Je la garde rasée juste pour toi, en fait. Peut-être que c’est la partie de moi que je devrais céder à toi, pas mon cul. Qui sait ? De toute façon, nous sommes là pour ces deux-là, n’est-ce pas, pas pour moi ?” Sophie nous a fait un clin d’oeil.

“Alors, l’Indien… quel endroit ?” J’étais curieux maintenant.

“Chez Devi. Un de mes amis le dirige. Elle a épousé un Portoricain, Gustavo, qui travaille pour United Airlines et a pu lui obtenir une concession à l’aéroport. Un couple sympa, vraiment. J’ai couché avec les deux de temps en temps, séparément et à trois. Elle est de New Delhi, en fait. En tout cas, ils ont une nouvelle friandise… c’est une pizza au poulet et au curry. La fille ne mange toujours pas de boeuf, mais elle s’est ouverte au poulet, au poisson et à d’autres viandes. Cela se voit avec Gustavo’s et son idée de la pizza au poulet et au curry. Crois-moi, c’est délicieux, mon amour”, sourit Sophie alors que Brigitte et Richard se tournent vers moi.

“Eh bien, vous êtes d’accord avec ça ?” Je leur ai demandé, curieux, au cas où ça poserait problème.

“Vous êtes le maître, Sir”, fit un clin d’oeil Brigitte, tandis que Richard acquiesça.

“Très bien, alors. Ce sera une pizza au poulet et au curry. Une première pour moi d’être sûr”, ai-je ri alors que Sophie composait les numéros de Devi’s.

“Très bien, maintenant, pendant que la nourriture attend, considérons ce qui est en jeu ici. Vous voulez vivre sans loyer pendant un an dans cette maison, en échange de laquelle je possède vos fesses. J’ai décidé que ce n’est pas suffisant. Je veux que vous emménagiez tous les deux avec moi, afin que je puisse avoir un accès beaucoup plus facile et plus régulier à vos fesses. Je vais laisser Sophie emménager dans l’autre maison pour l’instant, et pourquoi je ne la laisserai pas tout à fait libre de payer son loyer, puisqu’elle est à l’école, je serai… flexible sur la façon dont elle le paiera, quand, etc. Qu’est-ce que vous en dites ?” J’ai suggéré une modification des plans originaux.

“Eh bien, ça nous aiderait certainement, c’est sûr, et ça ne me dérangerait pas que vous ayez accès à mon cul tous les jours. Et vous, Richard ?” demanda Brigitte à son mari.

“Mon Dieu, oui ! L’idée de te voir l’obtenir régulièrement de lui comme de moi, ainsi que la possibilité que ta bite aille dans mon cul…bon sang”, sourit Richard, son renflement à travers son survêtement étant indéniable.

“Bon, puisque c’est seulement anal, préparez-vous à ce que vous ayez tous les deux beaucoup d’anal. Tu t’en rends compte, n’est-ce pas ? Bien sûr, il y aura d’autres partenaires pour moi, y compris Sophie ici, surtout quand je veux de la bouche ou de la chatte, mais puisque vous ne m’offrez que vos fesses, comptez sur elles pour avoir beaucoup de trafic, pour ainsi dire. Il se peut que vos culs ne reviennent jamais complètement à la normale. Le vagin est bien plus résistant, comme le montrent les nombreuses naissances. L’anus a tendance à devenir très lâche après un régime de sodomie constant”, je les ai tous les deux prévenus, “non pas que cela me dérange, bien sûr. Même plus lâche, il reste sexy. Mais ce ne sera jamais pareil pour aucun de vous deux. Et ce ne sera pas seulement ma bite qui ira là-haut. En plus, je vous ferai porter des butt-plugs quand vous ne les utiliserez pas, donc même si cela se termine dans un an, vous serez des gens très changés, analement parlant”.

“Nous espérons en quelque sorte que ça ne se terminera pas après l’année, mais si c’est le cas, nous espérons avoir de bonnes références de locataires”, a déclaré Brigitte.

“Sweet Brigitte, même si cela se termine dans un an, vous pouvez rester avec moi, tous les deux, aussi longtemps que vous le souhaitez, juste avec de nouvelles conditions de location ou tout ce que nous décidons à ce moment”, lui ai-je expliqué, ce qui a fait sourire Richard et elle.

“C’est touchant, mais qu’en est-il du contrat ?” Sophie nous a rappelé avec un léger ricanement qui ne lui était pas caractéristique.

“En effet. Bref, pour résumer, vous allez vivre avec moi comme mes esclaves anales pendant un an. Pas de rapports vaginaux ou oraux avec l’un d’entre vous, sauf si vous indiquez que vous êtes ouverts à cela. Peut-être des tatouages temporaires sur vos fesses pour marquer qu’elles sont à moi pour l’année. Des tatouages permanents pour les remplacer si vous décidez d’un contrat plus long après la fin de l’année. Ne vous inquiétez pas, au travail, je ne vous dérangerai pas, mais dès que vous rentrerez chez vous, à moins que nous ne sortions bientôt en public, ces fesses seront exposées pour mon plaisir. Maintenant, les travaux ménagers…”, ai-je commencé à en discuter quand Brigitte a levé la main.

“Je vais faire le ménage pour nous tous, Maître, je le promets. J’ai un travail à temps partiel, mais rien qui m’empêcherait d’être une bonne… enfin, femme au foyer, faute d’un meilleur mot, pour vous deux. Quant à l’oral… eh bien, Richard et moi en avons discuté, et apparemment, il était juste inquiet que tu me prennes la chatte. L’idée que je te suce la bite ne le dérangerait pas… et il ne serait pas opposé à ce que je la suce lui-même. Il ne voulait juste pas que tu commences à me baiser la chatte ou que tu monopolises ma bouche, tu vois. Donc, tant que tu es d’accord pour partager ma bouche avec lui… et que tu es ouvert à l’idée qu’il te suce la bite aussi, il est d’accord avec ça… avec le fait que je te suce la bite aussi”, m’a assuré Brigitte.

“Donc, les pipes sont de retour sur la table. C’est bien. Mais avec l’idée qu’on partage tes…faveurs là. Richard et moi, c’est-à-dire. C’est bon à savoir. Et Richard veut me sucer la bite aussi. Très bon à savoir. Donc, quatre trous à ma disposition régulièrement. Encore mieux que les deux que je pensais avoir. Quand même, c’est le glaçage. Le gâteau lui-même possède vos doux culs. L’idée de piller votre butin, pour ainsi dire. Je suppose qu’il vaut mieux investir dans le lubrifiant, et beaucoup, surtout au début. Et pourquoi pas des safewords, au cas où ça deviendrait trop dur ?” leur ai-je demandé.

“Jackass ?” Richard a souri en me suggérant cela.

“Ça marche pour vous, au moins. Et toi, douce Britannique ?” J’ai tourné mon attention vers la blonde sexy et ringarde à la fraise qui se léchait maintenant ouvertement les lèvres à l’idée de sucer et de se pencher pour moi.

“Whiz”, Brigitte m’a fait un clin d’oeil.

“Ça te va vraiment bien, ma petite geek sexy”, je l’ai regardée rougir en montrant sa luxure à travers les verres de ses lunettes.

“Alors, nous nous sommes mis d’accord sur les safewords, la vie en commun, et quels trous sont disponibles…et à qui. En supposant que la chatte de Brittany soit toujours interdite, bien sûr”, a récapitulé Sophie.

“Oui, c’est toujours le cas, je pense. Certaines choses sont encore entre nous… pour l’instant, du moins. Nous pourrions revoir cela avec le temps”, affirma Richard pour la première fois.

“Beaucoup de ce qu’il a dit. Je respecte ses souhaits et je comprends qu’il sacrifie une chance de pénétrer d’autres femmes… ou hommes, d’ailleurs, afin de préserver ses droits exclusifs sur ma chatte. Nous sommes d’accord sur le fait que le sexe conventionnel, à la vanille, reste la seule partie de nos voeux de mariage qui n’est pas encore libérée… Nous devons nous détendre dans quelque chose comme ça et notre fantasme était principalement sur la partie anale, de toute façon… enfin, anale et D/s. Richard se contente pour l’instant de se concentrer sur le partage de moi et… eh bien, peut-être qu’il devrait le dire lui-même”, a rougi Brigitte un peu plus.

“Ouais, la partager et…te partager. Partager l’expérience de vous servir, ce qui, je pense, nous aidera à créer des liens encore plus forts, en tant que compagnons d’infortune. J’ai longtemps voulu explorer un peu ma sexualité… et ça m’intéresse plus en ce moment… essayer la bite plutôt que d’expérimenter une autre chatte. J’en ai déjà eu quelques unes… et elles sont super. Ne vous méprenez pas sur ce point. Mais au moins pour l’instant, je veux me concentrer sur le fait d’être un bas au même sommet que ma femme sert, être un esclave du même maître…et toute cette histoire de bisexualité, vous savez,” bégaya Richard un peu vers la fin.

“Et si je veux que Sophie te chevauche de temps en temps, ou la laisser utiliser ta bouche pour son plaisir, tu sais, lui lécher la chatte ou le cul ?” J’ai un peu sondé.

“Eh bien, c’est différent. C’est une partie du service. Ça n’implique pas que je mette ma bite dans la chatte d’une autre femme, tu vois. Ce n’est pas une trahison de notre petit pacte, n’est-ce pas ?” Richard toussa un peu, mais Brigitte approuva de la tête.

“Exactement. Ça ne me dérange pas qu’il essaie d’autres femmes, s’il veut, mais il essaie d’être juste envers moi en faisant un sacrifice ici, comme un geste de gratitude et d’amour, si vous voulez, parce qu’il veut toujours ma chatte pour lui. Ce que je comprends, vous savez. Je le comprends vraiment. Donc s’il est d’accord pour que je suce une bite ou que je mange une chatte, je suis d’accord pour qu’il fasse de même, et je suis certainement d’accord pour qu’il se fasse pincer ou qu’il prenne une bite vivante dans le cul. S’il veut se taper Sophie, ça me convient parfaitement aussi. Je ne fais que fixer ces limites sur la bite et la chatte jusqu’à ce que Richard me donne le feu vert pour un partage complet”, a déclaré Brigitte.

“Je me suis dit que nous pourrions tous avoir besoin d’un peu de scotch à ce moment-là… et Chivas était plutôt chouette à plus d’un titre.

“Exactement”, dit Richard en riant, en avalant son verre, juste au moment où la pizza était livrée par Sanjay, le cousin de Devi et son amant occasionnel, originaire de New Delhi.

J’étais sur le point de répondre à la porte, mais une fois de plus, Sophie m’a devancé. Elle a payé la pizza et a embrassé Sanjay, qui était visiblement dur en voyant son état de déshabillé… J’ai vite compris qu’il était plus intéressé par elle qu’elle ne l’était par lui, mais peut-être que cela changerait. Il est tombé sur un homme plutôt soumis et très timide, juste la matière de sa relation à long terme. J’ai eu l’impression qu’il lui tenait une torche depuis longtemps, ce qui ne m’a pas surpris. Aussi tordue et parfois agaçante que Sophie puisse être, elle avait un sex-appeal certain et des qualités attachantes qui avaient commencé à se manifester à nouveau après une tentative brutale de romance entre nous. Elle était beaucoup plus sympathique en tant qu’ex qu’en tant que petite amie, mais j’ai compris que Sanjay ne se souciait peut-être pas autant de ses règles. Il la voyait comme si elle était Kali ou Lakshmi incarnée ou quelque chose comme ça.

Après qu’elle ait payé et que Sanjay soit parti, j’ai souri et j’ai dit à Sophie : “Tu sais, ce garçon te veut vraiment… beaucoup. Il a le béguin pour toi, pas question de ça.”

“Je sais. Et dans le passé, quand j’étais accroché à un certain jeune étalon, je ne considérais pas Sanjay comme plus qu’une sorte de cousin d’honneur, mais maintenant. Maintenant, mon amour, je crois vraiment que je vais réclamer le pauvre bâtard avant qu’il ne trouve une autre Déesse à adorer”, elle s’est léchée les lèvres et m’a fait un clin d’œil, indiquant qu’elle était pleinement consciente de son effet sur le livreur.

“Quand avez-vous décidé cela ?” demanda Richard, vraiment curieux.

“À l’instant même. C’était une impulsion, mais maintenant je veux ramener le pauvre bougre à la maison et en faire mon petit bonhomme, ma salope de milquetoast. Il va être fouetté, tu ne crois pas ?” Sophie rit méchamment, faisant rougir et rire un peu les Britanniques.

“Alors vous avez trouvé mon remplaçant. Oui, c’est un excellent choix pour ce rôle. Doux, timide, et probablement très docile. Il défie tous les stéréotypes négatifs et arrogants sur les hommes indiens, je dirais”, ai-je fait remarquer.

“Bien sûr, parce que c’est un paria… un intouchable. Le simple fait d’être considéré par moi est socialement mieux que ce qu’il mérite… à ses yeux. Si nous étions à un autre âge, il me vénérerait à distance et n’oserait jamais m’approcher, bien sûr. Maintenant, au moins, il peut me servir comme il le devrait. C’est un progrès, je pense”, sourit Sophie en reprenant son travail.

“Oui… revenons à nos plans, d’accord ?” J’ai suivi l’allusion, étant désireux de posséder Brigitte et Richard… surtout Brigitte, bien sûr.

“Alors, on est d’accord ? Les bouches doivent être partagées, les ânes appartiennent à Donald, au moins pour un an, aucun loyer ne sera demandé, et d’autres peuvent être inclus à la discrétion de Donald, en tant qu’homme de la maison. Donald est le patron, l’homme de la maison. Les tâches ménagères sont du ressort du Britannique, bien sûr. Il y a beaucoup de Susie Homemaker ici, mais cela ne me dérange pas. Le féminisme doit respecter les choix des femmes, même ceux qui sont démodés, je pense. Des arrangements pour dormir ?” demanda Sophie en mangeant sa part de pizza, qui, je dois l’admettre, était délicieuse à sa manière épicée.

“Trois par lit, je pense. Oui, tous les trois ensemble. Heureusement, mon lit est beau et grand. Je peux y mettre mes salopes de cul avec moi. J’aimerai aussi faire des câlins avec elles et presser ma bite contre l’extérieur de leur cul. Je les taquinerai avec ma bite pour qu’elles aient envie de la prendre. Il y aura aussi des lavements réguliers et des coliques programmées pour vous garder en forme pour la sodomie. Vous porterez tous les deux des butt-plugs, naturellement, et vous vous laverez soigneusement pour l’hygiène. Oh, et vos fesses ont intérêt à être exposées à moi dès qu’il est clair que vous êtes à la maison pour la journée. Est-ce qu’on se comprend ?” C’est moi qui ai fait la loi.

“Absolument… Maître”, Richard a essayé mon nouveau titre pour la taille.

“Oui, ça a l’air délicieux, Sir”, Brigitte m’a fait le plus beau sourire.

“Bien, maintenant on peut écrire ça dans un contrat formel…incluant l’idée du tatouage, non ?” Sophie s’est mise au travail sur un document lisible, intelligible, presque légal, fait de manière assez professionnelle, bien sûr.

“Exactement. Pas d’exigence de fidélité de ma part, bien sûr”, ai-je dit en embrassant d’abord Brigitte… puis Richard sur la bouche, nos langues s’entremêlant maintenant.

“Naturellement, Maître. Nous sommes vos esclaves, pas l’inverse”, m’a assuré Brigitte.

“Et pas de préservatifs. On le veut nu dans le cul. On va en prendre tous les jours, je pense… donc on veut absolument sentir ton sperme dans nos fesses”, a noté Richard, en me faisant sourire.

“Alors, que diriez-vous d’un second accord ? Un accord qui vous engage à être flexible sur le loyer et à me laisser emménager dans leur ancienne maison, tandis que je m’engage à vous prêter mon corps et mes esclaves pour au moins un week-end par mois ? Prêter, pas vendre, bien sûr. A très court terme, mais intense et amusant pour ma part. Et tout mon corps, pas seulement mon cul ou ma bouche. Ma chatte sera à toi pour ce week-end également. Mais pas de façon aussi constante, ni aussi disponible ou pratique que ces deux-là. Et…en plus, j’espérais que nous pourrions nous mettre d’accord pour être l’un l’autre…en dernier recours, sexuellement. Pour les moments où vous avez besoin de chatte, pas seulement de fesses ou de bouche, ou quand j’ai simplement envie de votre bite et de votre domination. Ce sera amusant, n’est-ce pas ?” Sophie m’a fait une proposition maintenant, pour mon plus grand amusement et, franchement, pour mon plus grand plaisir… ce nouveau côté d’elle semblait être mis en valeur par Brigitte et Richard, et j’ai adoré ça… tout comme j’ai adoré découvrir leur nature.

“C’est d’accord, alors. Ecrivez-le, si vous le souhaitez. Je signerai les deux accords si tout le monde ici le fait… et j’en serai aussi témoin”, ai-je décidé, et c’est exactement ce que Sophie s’est empressée de faire.

Une fois prêt, j’ai signé les deux accords et j’ai vu trois autres personnes qui, pour l’essentiel, se sont toutes mises d’accord d’une manière ou d’une autre pour répondre à mes besoins sexuels pendant un bon moment. J’en ai vite été témoin et la première chose que Brigitte a faite a été de s’agenouiller sans qu’on lui demande d’adorer ma bite… ses lèvres douces enveloppant ma bite jusqu’à la base dans une hâte apparente de tirer le meilleur de moi qu’elle pouvait à tout moment. J’étais déjà plus qu’un peu excité, mais ensuite Richard a rendu les choses encore plus chaudes en me suçant les couilles et en me souillant, à mon grand étonnement. Avant que je ne m’en rende compte, Sophie avait pris l’huile de cuisson que je gardais toujours et avait ajouté ses doigts à mon cul. Bientôt, ses lèvres étaient sur mes fesses et sa langue léchait autour de mon sphincter tandis que ses doigts me pénétraient là.

“Mon Dieu, mon amour, tu as le plus beau cul que j’ai jamais vu sur un homme ! Pourrais-je servir tes fesses pendant que tu baises avec tes deux salopes ? Putain, j’adore ton cul, chérie !” Sophie a déclaré qu’elle a alterné entre me baiser le cul avec les doigts et le jabot.

“Putain, Sophie, oui… tu sais comment faire plaisir à un homme, c’est sûr… mais n’arrête pas !” Je lui ai ordonné, ne voulant pas que son attention s’arrête plus que celle des deux autres, qui étaient maintenant heureusement occupés à me sucer la bite et les couilles.

“Putain, Donald… s’il te plaît, baise mon cul maintenant ! S’il te plaît ! J’en ai besoin dans mon cul !” Brigitte m’a alors supplié, se penchant sur la table et glissant sur son Daisy Dukes, suivi de son string, qui n’avait pas été totalement recouvert par son short à tout moment.

Je me suis assuré de lubrifier ma bite et le cul de Brigitte aussi, à poil comme indiqué précédemment, tandis qu’elle faisait de son mieux pour détendre son trou de cul et que je lui enfonçais ma bite dans le cul quelques centimètres d’épaisseur à la fois. Ma bite était de longueur moyenne, mais la circonférence était une autre affaire… elle était loin d’être mince. Quand j’en ai eu fini avec le cul de Brigitte, si jamais je l’avais fait, elle n’aurait plus jamais retrouvé son ancien serrage, elle n’aurait jamais pu. Elle serait allongée en permanence, et Richard aussi. Ils ne pourraient jamais revenir à la normale, dans ce sens comme dans tous les autres. Ils auraient été mes jouets personnels pendant au moins un an, après tout, et m’auraient donné tous les droits de les sodomiser à ma guise. Il n’était pas question de revenir à un mariage vanille et monogame après avoir pris ma bite dans le cul pendant si longtemps.

Je n’étais pas sûr que Brigitte et Richard étaient vraiment conscients des implications de tout cela, mais peut-être qu’ils l’étaient et que cela ne les dérangeait pas… c’était plus probable qu’improbable à ce stade. Ils n’étaient pas naïfs, après tout, et ils n’étaient pas vierges de l’anus, de leur propre aveu. Il se trouve juste qu’ils étaient tous les deux très soumis dans l’âme, ce qui signifie qu’à un certain niveau, ils avaient peut-être envie de moi comme dominant qui pourrait les mettre tous les deux au pas, leur donner de la discipline et les guider. Je me suis demandé si Sophie avait peut-être aussi quelque chose à voir avec cela, mais à sa façon. Elle était beaucoup plus un interrupteur, quelqu’un qui voulait se soumettre à un homme plus fort à la périphérie de sa vie, mais qui avait besoin d’un homme plus faible pour la servir dans son monde privé.

En attendant, ma bite était maintenant entièrement enfouie dans le butin de Brigitte, et mon Dieu, c’était vraiment génial ! Je n’avais jamais vécu une rencontre anale aussi satisfaisante, alors qu’elle me repoussait avec ses hanches et gémissait, me suppliant à chaque son et mouvement d’en redemander, tandis que le jus de sa chatte commençait à ruisseler sur ses cuisses. C’est vrai qu’il n’y avait pas beaucoup de cheveux à tirer, mais c’était quand même ma période préférée, celle où je me tapais toutes les femmes de ma vie jusqu’à ce moment-là. Je m’accrochais à ses fesses alors qu’elle répondait frénétiquement à toutes mes impulsions et me lançait des oeufs. Elle semblait déjà vraiment accrochée, et je savais que moi aussi, je l’étais. Richard m’a dit par la suite qu’il n’avait jamais vu sa Britannique aussi complète, aussi extatique depuis leur rencontre.

Apparemment, ce qu’elle avait désiré et ce dont elle avait besoin, c’était de céder son corps de manière si absolue et si intime à un homme et de se faire prendre par cet homme… de la revendiquer comme sa propriété et sa possession, du moins c’est ce qu’il me semblait. Sa chaleur et son étroitesse ne faisaient pas de mal non plus, mais vu son attitude, même la plus lâche, elle serait très amusante au pieu… ce cul était à mourir, si on me le demandait.

Très vite, c’est très vite que Brittany a commencé à fondre, mais son mari a certainement aidé les choses, puisqu’il s’est glissé en dessous, me poussant à l’arracher juste assez longtemps pour un DP. Il était si dur qu’il devait absolument la baiser, et elle avait clairement envie d’une autre bite en elle. Nous étions maintenant sur le sol, au lieu de nous pencher sur la table, avec Sophie de retour au travail léchant et doigtant mon cul pendant que je labourais le cul de Brittany et que Richard lui prenait la chatte à fond. C’était l’une des plus belles expériences sexuelles que j’aie jamais connues et je devais maintenant me battre contre l’éjaculation, entre le glorieux butin de Brigitte et les efforts de Sophie dirigés vers mes propres fesses.

“S’il vous plaît, jouissez dans mon cul, Maître… s’il vous plaît, je veux sentir votre sperme là !” Brigitte me supplia, tandis que Richard laissait sa propre semence en elle.

Je ne pouvais plus me retenir et ma bite a projeté le contenu de mes couilles dans son cul, ma bite encore un peu dure alors que je me retirais de son derrière et que je laissais mon chargement gluant dans son trou de cul béant. Je n’étais pas préparé à ce que Sophie allait faire ensuite, puisqu’elle a cessé de me doigter pour me sucer la bite directement dans le cul de Brittany. J’espérais que c’était assez hygiénique, mais l’expression de plaisir sur le visage de Sophie montrait clairement qu’elle était assez heureuse de ce qu’elle faisait. Pendant ce temps, Brigitte plantait sa chatte sur le visage de Richard et se mettait en 69 avec lui par le haut, alors qu’il était allongé par terre, aucun des deux ne semblant se soucier du goût du sperme dans leur bouche.

Sophie a recommencé à jouer avec mon cul d’une main, son autre main m’embrassant et me caressant les couilles. Le plus grand choc a été l’expression d’admiration complète sur son visage lorsqu’elle a sucé ma bite et même un sentiment de satisfaction lorsque j’ai utilisé sa bouche comme si c’était sa chatte et qu’elle avait une chance de me faire plaisir. Ma bite était maintenant à nouveau raide et Richard a apparemment décidé que c’était son tour de se pencher pour que je l’utilise. Il m’a fait un signe du cul et a gémi de plaisir alors que je le lubrifiais avec l’huile et que je commençais à introduire ma bite dans son cul. Il a fallu un peu de temps pour qu’il s’adapte, mais j’ai bientôt commencé à pomper dans et hors de son trou de cul, tandis qu’il bougeait ses hanches pour accueillir mes coups. La vue de sa bite qui durcissait lorsque je frappais sa prostate à plusieurs reprises était vraiment délicieuse. Il ne semblait pas avoir le temps de me rendre son butin, du moins pas encore. J’ai remarqué que Brittany était maintenant occupée à lui offrir sa chatte à manger alors qu’elle s’allongeait sur la table et écartait les jambes pour lui.

J’ai tenu un peu plus longtemps, bien sûr, puisque le cul de Richard n’était pas tout à fait dans la même catégorie de sensualité pure que celui de sa femme, mais Sophie a maintenant travaillé contre moi en jouant à nouveau avec ma prostate, tandis que Brigitte a fait sa part en retournant dans un 69 avec son mari. Il était bientôt si excité qu’il a augmenté le rythme de ses mouvements de hanches, tout comme les miens m’ont poussé plus profondément en lui. Il n’a pas fallu longtemps avant que j’aille le plus loin possible en lui, lui appartenant vraiment, pour notre plus grand plaisir mutuel, et c’est cette connaissance qui a fait l’affaire, me forçant à jouir alors que je contemplais à quel point j’étais maintenant en contrôle.

Sophie s’est levée à ce moment et a embrassé chacun des deux sur la bouche, suivie par le verrouillage des lèvres qu’elle a planté sur moi, donnant à chacun de nous plus qu’une petite langue. Je me suis retrouvé à embrasser Brigitte immédiatement après, aimant sa fougue lorsqu’elle m’embrassait en retour… et puis la vraie surprise a été la volonté de Richard de m’embrasser sur les lèvres, d’embrasser pleinement sa bisexualité comme je l’ai fait de manière si intime et passionnée.

Lorsque nous avons pris l’air, Sophie a sorti son appareil photo et a commencé à prendre des photos de chacun d’entre nous après l’acte de cette fantastique orgie. Elle a même pris une série de selfies montrant la preuve que je l’avais baisée plus tôt cette nuit-là avant l’acte final, ce qui nous a tous vraiment surpris. Elle a sorti un gode à bretelles et un harnais de cuisse, qu’elle a mis sur la table à côté de la pizza au poulet et au curry pour me laisser le soin de l’utiliser.

“Des choix, des choix. Tout ce qu’il faut faire. Sophie, tu es prête pour un coup de pouce ce soir ?” Je lui ai souri, alors qu’elle me faisait un clin d’oeil.

“Bon sang, je n’aurais jamais pensé que tu demanderais ! Puis-je utiliser ton petit bonhomme de neige, mon cher Donald ?” Sophie s’est léchée les babines pendant que j’approuvais de la tête mon accord.

Richard avait l’air un peu nerveux, mais il semblait se souvenir que Brigitte et moi avions déjà utilisé son cul, alors qu’est-ce qu’une autre bite, même en plastique, là-bas ? Il s’est penché sur la table et a offert à Sophie son derrière pour son plaisir, pendant qu’elle le lui enfonçait pendant un moment. Après leur avoir donné à tous les deux une chance de reprendre leur souffle, Sophie a commencé à le sodomiser activement et il s’est mis à la repousser avec autant de désir, aimant manifestement ce qu’elle lui faisait.

Pour ma part, il ne restait qu’une chose à faire, c’était de reprendre Brigitte, et elle était prête à le faire ! J’ai recommencé à la lubrifier avec de l’huile, bien que mon sperme soit resté en elle comme une autre source de lubrifiant également. Elle se sentait glissante et très chaude à l’intérieur de son trou de cul pendant que je pillais ses intestins et elle me repoussait constamment pour m’attirer plus profondément dans son corps. Elle m’a avoué plus tard qu’elle n’avait jamais ressenti une telle intimité, un abandon aussi complet et une telle vulnérabilité que lorsque j’ai été enterrée si loin dans ses fesses, que Richard était gentil là-bas, mais qu’il ne revendiquait pas et ne contrôlait pas ses parties les plus profondes et les plus sombres comme je le faisais, et qu’il ne la possédait pas comme il le fallait. Elle le considérait plutôt comme un égal et elle l’aimait, mais elle avait besoin de se soumettre à un homme, et c’était la chose la plus délicieusement soumise qu’elle pouvait apprécier de faire, de donner le butin à quelqu’un comme moi. Le fait que son mari le prenne au cul en même temps renforçait le fait qu’ils pouvaient être époux et amants, mais qu’il ne pourrait jamais la posséder, ni être le véritable gardien de son cœur, de son esprit et de son âme. Elle l’aimait et elle ne l’abandonnerait jamais, mais il lui manquait toujours quelque chose, et maintenant qu’elle l’avait trouvé en moi, elle était complète.

Le temps a perdu un peu de son sens, car Sophie et moi avons chacun sodomisé nos “victimes”, toutes deux aussi avides de cette expérience que nous l’étions, à vrai dire. C’était probablement le dernier hourra de la soirée, d’autant plus que j’avais déjà faim à cause des calories que j’avais dépensées pour le sexe chaud et transpirant… et que la bière et le scotch, d’ailleurs, nous gênaient déjà tous un peu. Mais nous avons continué un peu plus longtemps, mes couilles frappant les cuisses de Brigitte pendant que je lui bousculais le trou du cul et qu’elle gémissait à cause de ma violation avide mais constante de ses fesses.

Mais finalement, Brigitte et Richard sont venus… et Sophie a fait de même à cause des vibrations du strap-on, ma bite étant la dernière à arriver à la fête alors que je vidais mes couilles pour la dernière fois ce soir-là. Aucun d’entre nous ne semblait se soucier du nettoyage, alors que nous polissions la pizza et buvions quelques shots de plus chacun pour nous détendre. Aucun d’entre nous n’était en état de conduire non plus, alors j’ai décidé de faire en sorte que nous passions tous la nuit ensemble. Après tout, demain était un autre jour et il y avait tant de choses à faire ensemble, n’est-ce pas ?

“Hé, les amis, n’allez nulle part. De toute façon, vous déménagez tous les deux, et vous êtes censés être mon jouet de lit du week-end, vous vous souvenez ? En plus, on n’est pas en état de conduire. Ecrasons-nous où nous voulons et profitons du contact de la sueur et de la peau de chacun… et d’autres choses”, ai-je gloussé, tirant un peu de joie de chacun de mes partenaires ce soir-là.

Il ne fallut pas longtemps avant que nous entrions en boitant dans la chambre, tous les quatre, et que nous nous effondrions nus, fatigués et en sueur sur le matelas dans un amas de chair nue enchevêtrée, léchés par nos fluides corporels et nous prélassant au contact sensuel de tant de peau lisse. Nous avons dérivé vers un sommeil satisfait, chacun d’entre nous apaisé par la compagnie des autres.

Quoi qu’il se soit passé d’autre, nous avons passé une nuit ensemble que nous n’oublierons jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *