Gode ceinture, pisse et jeux d’urètre au camping

sexe hard mari soumis

Comme les gens semblaient apprécier d’entendre parler de la façon dont j’ai perdu ma cerise anale au profit du strapon vibrant de ma femme, j’ai pensé que vous aimeriez entendre parler d’une autre expérience que nous avons partagée et de la façon dont son merveilleux jouet a retrouvé sa place dans mon cul.

Nous avons toujours essayé d’aller camper au moins une fois par été, deux ou trois fois si nous avons de la chance, en y allant généralement plusieurs jours à la fois si nous pouvons y arriver. Mais ces derniers temps, la vie nous a empêchés de nous évader comme nous le voudrions.

Lorsqu’un été est passé et que nous avons à peine quitté la ville, et que l’été suivant était presque terminé et que nous n’étions toujours pas arrivés à la montagne, nous savions que nous devions partir ce week-end et nous contenter de partir, ou alors nous ne partirions jamais si nous attendions le “bon moment”. Nous avons donc chargé le Cherokee et nous sommes partis, en jurant de rattraper le temps perdu.

Pendant que nous faisions nos bagages, j’ai suggéré que nous apportions quelques jouets et que nous nous amusions en plein air. Elle a juste souri et a suggéré un petit vibromasseur ou un de nos godes, ce serait bien. Alors que je faisais la dernière vérification, je n’ai pas remarqué que ma femme avait préparé son “sac à goodies” spécial, si j’avais vu cela, j’aurais probablement eu une idée de ce qu’elle prévoyait.

Après quelques heures de route, nous étions à l’un de nos endroits préférés. C’est près d’un petit lac qui ne permet que la pêche à la mouche, donc l’attrait pour les sportifs est limité, et à cette époque tardive de la saison, nous l’avions pratiquement pour nous tout seul. Nous nous sommes garés au début du sentier, avons chargé nos sacs et avons parcouru la courte distance jusqu’au lac. Une fois sur place, elle a commencé à monter le site de la tente et je suis allé chercher du bois pour faire un feu.

En une heure environ, notre petit site était prêt et nous avons pris un bon déjeuner au bord du lac. Comme il restait encore quelques heures de lumière du jour, nous sommes allés nous promener et avons apprécié la compagnie des autres en discutant et en marchant dans les bois et autour des petits ruisseaux qui alimentaient le lac. C’était tellement agréable de sortir de la ville et d’être entourés de tant de nature.

Pas de bruits de circulation, pas de BlackBerrys qui s’éteignent, juste le silence, et la sensation des mains de l’autre dans les nôtres alors que nous nous détendions et laissions le monde derrière nous.

Lorsque nous sommes rentrés au camp, j’ai allumé un feu et nous avons eu un dîner léger, accompagné d’une bonne bouteille de vin qu’elle avait emballée. Normalement, nous n’apportons pas ce genre de choses lorsque nous allons camper, c’est un poids supplémentaire et nous devons sortir les bouteilles, le verre pourrait se casser, etc. Ce n’est tout simplement pas notre truc habituel.

“Je n’ai pas remarqué que tu avais emballé ça, non pas que je me plaigne de toi, ça m’a juste surpris quand tu l’as sorti.”

“Oh, j’ai emporté quelques “surprises” avec moi pour ce voyage”, a-t-elle répondu avec un sourire malicieux.

Mon cœur s’est un peu emballé à cette pensée. Ma femme, un peu alcoolisée, parle de “surprises” ? Ce week-end semblait bien plus intéressant qu’une simple “escapade”. Cela m’a semblé bien !

La soirée s’est transformée en soirée, nous avons poli la bouteille, je me suis assuré qu’elle avait la part du lion, et j’ai eu le feu bien chaud. Elle s’est levée, un peu chancelante à cause de la combinaison du vin et des effets du feu chaud. J’ai remarqué qu’elle regardait au loin dans les bois sombres qui nous entouraient et que son sourire méchant familier revenait.

“Tu crois qu’ils peuvent nous voir ?” Elle faisait référence aux seuls autres campeurs du lac. Il n’y avait qu’un seul autre véhicule garé au début du sentier et ils avaient une pancarte F&W accrochée au miroir, les identifiant comme des pêcheurs. Je n’ai pu voir aucune trace de leur campement, mais ils étaient probablement sur la rive nord du lac où la pêche est connue pour être bien meilleure. De plus, s’ils étaient de sérieux pêcheurs à la mouche, ils se seraient probablement rendus beaucoup plus tôt pour pouvoir se lever avant l’aube et être en position lorsque les premiers rayons du soleil se lèveront, et les poissons auraient plus de chances de mordre.

J’ai couvert mes paris et j’ai répondu : “J’en doute, ils devraient être à l’autre bout et être bien endormis maintenant”. Je ne pouvais pas en être sûr, mais j’avais une bonne idée de la raison de sa demande et je voulais voir quel était son jeu de fin.

“Bien”, dit-elle en souriant, et elle se réfugia dans la tente, réapparaissant un instant plus tard avec une couverture enroulée sous le bras et un oreiller. Elle étendit rapidement la couverture et fit tomber l’oreiller. “Maintenant, que dirais-tu de commencer la fête ? Venez ici et enlevez ces vêtements !”

Ma petite coquine, j’avais espéré quelque chose comme ça. Bien que, dehors, près du feu, ce fut une belle surprise. Je me suis vite levé et je l’ai rejointe. Bientôt, nous étions tous les deux nus et allongés ensemble sur la couverture près du feu, nous embrassant et nous touchant.

Nous étions allongés près du feu, nous caressant paresseusement le corps l’un de l’autre. J’aimais la façon dont ses courbes se dessinaient dans la lumière du feu. Ses gros seins avec de larges mamelons, durs dans l’air de la nuit. Elle s’est levée et est tombée quand j’ai passé ma main sur sa peau douce, caressant son ventre et sa poitrine. Nos mains étaient entre les jambes l’une de l’autre alors que nous nous penchions ensemble et nous embrassions profondément.

Les bouches se pressaient l’une contre l’autre, nos langues dansaient l’une contre l’autre, s’éloignant de temps en temps et grignotant les lèvres de l’autre.

Ma main était entre ses jambes et j’ai été agréablement surpris de sentir son monticule fraîchement rasé, et absolument lisse. Elle se gardait toujours rasée pour moi, mais il n’était pas rare qu’elle ait un peu de duvet par moments. Cette fois-ci cependant, elle avait récemment nettoyé tous les poils entre ses jambes. Elle avait donc hâte de sentir ma langue sur ses lèvres roses. Et pas les lèvres que je suçais actuellement. Qui étais-je pour lui refuser ?

Je me soulage, alors elle est allongée sur le dos, je me soutiens sur elle, et je commence mon voyage oral vers le sud. J’embrasse son menton, puis son cou, je traîne ma bouche sur sa clavicule et le long de sa poitrine, entre ses énormes seins gonflés. Enrouler mes lèvres autour de l’un, puis de l’autre. Embrassant tendrement le dessous sensible de ces deux jolis seins.

Alors que ma bouche passe sur son ventre, ma langue explore momentanément son nombril. En plongeant, j’entends un court souffle et je sens son secousse juste un peu. Il est réconfortant de savoir que même après nos années de vie commune, je peux encore avoir cette réaction. Plus loin, je descends, je me traîne sur les côtés de son bassin et j’embrasse la peau douce où ses cuisses rencontrent son ventre. Elle écarte encore plus ses jambes et descend jusqu’à ma tête, me dirigeant vers son trou à miel.

“Assez de taquineries, s’il vous plaît, pour l’amour de Dieu, allez jusqu’à ma chatte !!” Elle m’a supplié. J’ai senti ses mains sur le dessus de ma tête et elle m’a poussé plus bas. J’aime entendre sa voix rauque de désir comme ça, et la laisser me guider vers le prix.

Je me suis arrêté un moment pour respirer son odeur. Sa chatte sent toujours si bon, et après une journée de marche dans les bois et toutes nos taquineries tout au long de l’après-midi, elle sentait encore plus bon. J’ai poussé un peu ses jambes en les ouvrant, ce qui m’a permis de sentir tout son entrejambe, de sa parfaite petite porte arrière jusqu’au sommet de son doux monticule rose. La combinaison de son parfum naturel, de sa sueur et de son excitation m’a rendu fou de luxure. En ouvrant grand la bouche, j’ai étendu la langue et me suis préparé à goûter mon prix.

En approchant mes lèvres des siennes, je glisse ma langue frémissante à l’intérieur et j’embrasse profondément sa douce chatte comme si j’embrassais son beau visage. Lèvres contre lèvres, ma langue tourbillonnant en elle, j’ai goûté à tout ce qu’elle avait à offrir, en tirant mes lèvres plus bas, j’ai tracé le cercle parfait de son petit trou de cul serré, plissé, doux et serré. J’aime entourer ma femme, quoi qu’il arrive, chaque fois qu’elle me laisse parler sur cette porte arrière, je sais que je vais me régaler, et cette nuit-là, la chaleur du feu n’a pas fait exception. Elle a une vallée tellement profonde et naturelle que son humidité personnelle a tendance à s’infiltrer entre ses grosses fesses. J’ai envie de tremper son adorable entrejambe et de lui donner un musc naturel. À moins qu’elle ne soit sortie de la douche, je peux toujours m’attendre à ce que sa sueur ait un goût sain lorsque j’enfonce mon visage et ma bouche entre ses jolies joues de cul. Mes lèvres se pressent contre sa porte arrière pendant que ma langue fait le tour de l’ouverture serrée, en massant et en sondant doucement. Elle a apparemment d’autres projets : “Oh, mon garçon, j’ai tout le temps pour ça plus tard, je veux sentir cette bouche sur ma chatte….. me faire jouir. Fais-moi jouir sur ton visage….”

Elle ajuste ses hanches et me saisit à nouveau la tête, me fait monter de quelques centimètres jusqu’à ce que je regarde son petit bouton de rose. “Embrasse-le”, chuchote-t-elle, “lèche-moi ici…” Je suis seulement heureux de vous rendre service. En tenant à nouveau ma langue, je l’aplatis à la base de son ouverture, et la tire lentement vers le haut, en tirant ses propres sucs de l’endroit où ils s’écoulent de sa chatte humide, et vers le haut sur son petit doigt durci. Quelques larges coups de langue, du sourcil au bouton de rose, et je suis prêt à lui donner ce qu’elle veut. En glissant ma langue à l’intérieur d’elle, en l’enroulant autour d’elle, en lui goûtant chaque crevasse, je l’ai goulûment léchée et cette chatte pour ce qu’elle valait, en retirant ma bouche de ses lèvres et en les plaçant sur son clitoris exposé où j’ai enroulé mes lèvres autour d’elle et me suis mis à la sucer comme si c’était une bite miniature. J’ai senti son souffle s’accélérer et j’ai su que j’étais sur le bon chemin.

En gardant mes lèvres sur son clito, elle a glissé un, puis deux doigts sur ses lèvres scintillantes et les a recourbées vers le haut à la recherche de son joyau caché, et à en juger par la façon dont elle a serré ses cuisses par réflexe, elle savait exactement où j’allais. En travaillant en petits cercles, je frottais son point G, lentement et très doucement au début, mais en appliquant plus de pression et de vitesse à mesure qu’elle approchait de l’orgasme. Ma bouche faisait encore travailler son clitoris. J’ai pris entre mes dents et je l’ai relancé avec ma langue, encore et encore. Je le relâchais seulement pour le ramener dans ma bouche.

Entre mes doigts qui entrent et sortent, qui massent son point G, et ma bouche qui suce sa petite bite de clitoris, je savais qu’elle allait bientôt jouir. Ses cuisses se serraient rythmiquement autour de ma tête au rythme de sa respiration, sa main était à l’arrière de ma tête et poussait mon visage contre son entrejambe. Sa main était à l’arrière de ma tête et poussait mon visage contre son entrejambe. Elle était si serrée que j’avais du mal à respirer, j’ai dû aspirer de rapides bouffées d’air et compter principalement sur ma respiration par le nez pour l’oxygène. Non pas que cela me dérangeait, mourir avec mon visage coincé entre ses cuisses pulpeuses et une bouche pleine de son parfait morceau ne serait pas une mauvaise façon de mourir.

Puis, avec un grognement et quelques cris, son dos s’est cambré et ses cuisses se sont serrées autour de ma tête. J’adore quand ma femme a des orgasmes pendant que je la mange. Elle a maintenu mon visage contre son sexe pendant que ses hanches continuaient à monter et à descendre, en se tapant sa chatte éjaculante contre mon visage. Elle frissonnait légèrement, non pas à cause de la température, mais à cause des dernières répliques de son orgasme qui la traversaient.

Elle a libéré ma tête de la prison parfaite de ses jambes et j’ai grimpé, remontant son beau corps, embrassant sa peau douce jusqu’à ce que j’arrive à son visage et que je puisse embrasser ses lèvres douces et pleines.

Sa main s’est penchée et a caressé ma queue. Elle était solide et impatiente. En me souriant, elle m’a fait rouler sur le dos et est montée sur le dessus. Ses gros seins pendaient bas alors qu’elle se penchait en avant pour se glisser entre nos corps et saisir ce poteau qu’elle aimait tant. Tout en gardant son corps relevé, elle frottait la tête gonflée de ma bite de haut en bas sur toute la longueur de sa chatte glissante et humide. Elle a étalé son jus sur son ouverture étroite et a enduit le bout de mon gros bâton de baise avec son propre lubrifiant parfait.

“C’est ça que tu veux ?” Ma femme me taquinait. “Tu veux sentir ma chatte mouillée sur ta bite ? Tu veux que mon petit trou de baise serré serre ta bite pendant que je glisse sur toi ? C’est ça ?”

“Oh oui”, j’ai supplié, “s’il te plaît, assieds-toi. Laisse-moi sentir que tu me serres fort.” J’ai essayé de lever mes hanches et j’ai essayé d’entrer dans sa boîte à miel.

“Oh non”, dit-elle, en levant rapidement pour m’empêcher d’entrer, “non, pas avant que je ne le dise”. Je l’ai supplié. Faites-moi savoir à quel point vous le voulez.”

“Oh s’il vous plaît… s’il vous plaît, laissez-moi sentir cette merveilleuse chatte qui glisse sur moi. Ces lèvres roses parfaites que je viens d’embrasser. Cette merveilleuse petite chatte. Celui que je viens de lécher, d’embrasser, de sucer et de rendre si heureux. S’il te plaît, chéri. Baise-moi. Laisse-moi jouir. Laisse-moi te remplir de ma bite. Laisse-moi voir ton beau corps s’élever et s’abaisser, et tu chevauches et grince sur ma dureté. Laisse-moi jouir aussi fort que je viens de te faire.”

“Tu dis toujours les choses les plus gentilles”, me sourit-elle en exauçant mes supplications et en s’abaissant sur moi. Ses énormes seins se balançaient en se balançant, sa poitrine brillait à la lumière du feu, un mince éclat de sueur, faisant presque briller sa poitrine en glissant jusqu’en bas, engloutissant complètement ma bite dans son sexe.

Elle glissait en avant et en arrière, ses hanches se moulant en cercles alors qu’elle remuait son pot de miel avec ma bite raide, elle arquait son dos et levait ses bras, passant ses mains dans ses cheveux alors que ses hanches continuaient de germer en me chevauchant. Je pouvais sentir son humidité couler dans mes couilles alors qu’elle plaçait son clitoris contre mon bassin, ce qui ajoutait à sa stimulation.

“Vous aimez ce que vous voyez ? me demanda-t-elle alors que je regardais son corps nu se tordre sur moi. Je n’ai pas pu répondre, mon propre corps inondé de sensations agréables. La chaleur de ses murs intérieurs me tenait serrée, l’humidité entre nous alors qu’elle se berçait lentement, ses joues douces et amples appuyées sur mes cuisses. Elle resserrait ses muscles et les relâchait sans cesse. Elle me souriait tout le temps. Elle était si étonnante, une image parfaite de beauté et de sexualité gratuite, qui montait et descendait sur ma bite, son corps miroitant à la lumière du feu.

Mes mains se sont levées et ont exploré son beau corps. J’ai écrasé ses énormes seins qui se balançaient, son ventre dodu, ses cuisses délicieusement épaisses, ses hanches qui pompaient plus vite lorsqu’elle me chevauchait. Sa peau était couverte de sueur, j’ai commencé à devenir plus agressif et à la baiser à nouveau, en tendant la main pour lui donner une fessée pendant qu’elle me baisait.

“Ooooo, c’est ça l’esprit, l’amant”, gémissait-elle en se penchant vers l’avant, plaçant ses gros tétons à portée de ma bouche gourmande. Je me suis accroché à son doux orbe et, prenant un bouton rose dans mes lèvres, j’ai commencé à sucer et à donner des coups de bec à ses tétons sensibles. J’ai sucé l’un, puis l’autre, tandis qu’elle me chevauchait plus fort et plus vite. Nos corps s’entrechoquaient bruyamment alors qu’elle se déplaçait de haut en bas avec sa chatte mouillée.

Se penchant en avant pour embrasser mon cou, elle m’a murmuré à l’oreille : “Baise-moi fort, attrape mon cul et baise moi fort !”

J’étais heureux de lui rendre service. Prenant une poignée de son merveilleux cul dans chaque main, j’ai plongé mes doigts dans son doux flash et l’ai ouverte en la poussant sauvagement vers elle. Mes couilles se sont cognées contre son plissement rose de trou de cul alors que je me levais. Mes mains l’ont maintenue ouverte à l’air de la nuit et une brise fraîche est passée, soufflant doucement sur son anus exposé.

“Je me sens tellement exposé…..” Elle a haleté que j’ai poussé à l’intérieur de sa boîte chaude, “….c’est si merveilleux…”

J’ai senti un picotement commencer dans mes couilles et j’ai su que j’approchais de l’orgasme. J’ai accéléré le rythme, mon cul se heurtant au sol dur sous la couverture souple alors que je me retirais à chaque fois.

“Je vais jouir, je vais te remplir…” J’ai grogné

“Ouais ?” Elle a haleté en réponse, “Cum. Jouis pour mon amant, remplis ma chatte de ta crème, laisse-moi sentir ta grosse bite exploser en moi !”

“Le voilà, bébé !” J’ai crié dans l’obscurité quand j’ai commencé à tirer.

Au premier mouvement de ma bite, elle s’est redressée et m’a broyé, ma bite a gonflé quand j’ai commencé à lui vider mes grosses couilles. Une impulsion après l’autre, j’ai rempli la douce chatte de ma femme avec mon chargement chaud et collant. Elle a gémi pendant que j’étais en plein orgasme, grinçant, tordant et balançant ces puissantes hanches contre moi.

Je me suis levé, j’ai pris ses seins dans mes mains et je les ai serrés alors que les derniers instants de plaisir se répandaient dans mon corps et dans ma queue. J’ai poussé contre elle, en essayant d’obtenir autant de moi que possible en elle.

“Oooooohhhh amant”, dit-elle doucement alors que je finissais de déposer ma charge. Se penchant à nouveau vers l’avant, elle m’a embrassé dans le cou, ses cheveux tombant sur mon visage. “C’était fantastique.”

Elle s’est allongée sur moi pendant que je m’adoucissais, elle aime toujours me sentir en elle pendant que je m’adoucis jusqu’à ce que je devienne suffisamment flasque pour pouvoir expulser ma bite molle, ainsi qu’au moins une partie de mon sperme, en utilisant ses talentueux keigels. Souvent avec assez de force pour faire un bruit sourd audible. Nous sommes restés ainsi pendant un certain temps, profitant de l’humidité qui se répandait entre nous.

Finalement, elle est descendue, nous avons roulé sur le côté et elle s’est couchée derrière moi, en faisant des cuillères, sa main courant paresseusement sur ma poitrine.

“Tu as été incroyable”, dit-elle doucement en jouant avec mon mamelon, “peut-être est-ce l’être à l’air libre, près du feu, peut-être est-ce le vin… mais je suis toujours excitée. Que dirais-tu d’un peu de sexe anal, hein ? Peut-être jeter un autre morceau de bois du feu pour nous garder au chaud pendant que nous avons un peu d’amour de butin chaud ?” Elle s’est un peu moquée d’elle-même en disant ça. A ce moment-là, je me suis dit que c’était le vin. Elle devient un peu bête après quelques verres.

Pourtant, à chaque fois qu’elle propose un anal, je sais qu’il vaut mieux dire non. D’habitude, c’est moi qui demande, mais quand elle propose, je sais qu’elle se sent particulièrement en colère.

“Oh, bébé, c’est de la musique pour mes oreilles.” Je lui prends la main dans la mienne et lui donne un petit baiser, “Donne-moi un moment pour me ressourcer, et j’aimerais bien m’enfoncer dans ton doux cul.”

J’ai été surpris d’entendre qu’elle me répondait en riant.

“Hum, en fait chérie, je pense que tu m’as mal compris.” Elle a répondu en me léchant l’oreille en chuchotant : “Je ne parlais pas de MON cul comme étant celui qui s’est fait baiser.” Avec ça, elle a glissé sa main entre nous jusqu’à mon cul. Son doigt a couru le long de ma fente, jusqu’à ce que le bout de ce doigt repose contre ma porte arrière, et l’a tapé doucement. “Au moins, pas au début. Je vais te dire, si tu peux te retenir, et ne pas jouir jusqu’à ce que je te baise, alors je te laisserai me baiser le cul. Mais si tu jouis avant que j’aie le mien, alors pas de cul pour toi. Marché conclu ?”

Je lui donne ma réponse en me retournant et en l’embrassant sur la bouche. “Donne-moi une seconde pour aller chercher le vibromasseur.” Je lui dis et je commence à m’éloigner.

“Oh non”, dit-elle en souriant, “Pas ce petit jouet, je t’ai dit que j’avais préparé des surprises.” Avec cela, elle tend la main vers le petit sac qu’elle a sorti avec le baluchon d’oreiller et la couverture, “J’ai emballé MES jouets”, et avec beaucoup de faste, elle sort son harnais et le clone de ma propre grosse bite.

En la voyant tenir son harnais, j’ai ressenti un mélange inhabituel d’excitation et de peur. Autant j’aime et j’ai envie qu’on joue avec mon cul, autant ce sont généralement ses doigts, sa langue et ses jouets plus fins que nous utilisons fréquemment. En voyant ce gode dans le harnais, je me suis souvenu de ce que j’avais ressenti quand elle m’a défloré le cul avec ce gode il y a plusieurs semaines. C’est vrai, elle a fini par me donner les orgasmes les plus puissants que j’aie jamais connus, c’est cette douleur brûlante que j’ai ressentie lorsque cette version caoutchoutée de mon propre outil a été enfoncée dans mon cul et a ouvert mon petit trou de cul plus largement que tout ce que j’avais jamais connu également, qui m’est venue à l’esprit pour la première fois.

Il n’a pas fallu longtemps pour que l’anticipation du plaisir l’emporte sur la peur de la douleur. Je savais que ça allait faire mal, mais cette douleur allait bientôt être remplacée par le plaisir le plus exquis qui soit.

“Tu es juste pleine de surprises ce soir, bébé !” J’ai dit avec un sourire. “Comment veux-tu que je sois ?”

“Eh bien, jette un peu plus de bois sur le feu pendant que je mets ce harnais, puis mets-toi à genoux devant moi et écarte ces joues pour que je puisse voir où je vais planter cette bite !”

Je me suis précipité vers le feu, j’ai chargé quelques morceaux de bois supplémentaires et je suis retourné à notre couverture. Ma femme était en train de boucler son jouet, alors j’ai attrapé nos sacs de couchage et les ai pliés pour en faire un coussin plus doux sur lequel nous pourrons nous agenouiller. Puis je me suis accroupi comme elle me l’a demandé. Les genoux écartés, je me suis penché en arrière pour m’exposer à elle.

“Comme ça ?” lui demandai-je, connaissant déjà la réponse. “C’est comme ça que tu me veux ?”

“Oh oui, chérie, juste comme ça. Plus je fais ça, plus je vois pourquoi tu aimes me baiser par derrière. Tu as un si joli cul”, j’ai senti sa main passer sur mes joues retournées avant que ses doigts ne descendent le long de ma fente, “c’est plutôt sexy de voir ta bite et tes couilles pendantes comme ça.” Elle a pris mon équipement flasque dans la paume de sa main.

Prenant le flacon de lubrifiant dans sa main, elle en a fait couler un peu sur le petit trou sensible qu’elle s’apprêtait à violer. Elle a fait courir son doigt vers le haut et autour de ma fissure, étalant le lubrifiant autour de mon entrée et enduisant généreusement son doigt de ce liquide épais. Je soupirais de plaisir alors qu’elle pénétrait lentement et doucement mon sphincter avec son doigt lisse.

J’ai reculé, prenant encore plus de son doigt en moi. Elle m’a suivi et a commencé à faire glisser son doigt d’un bout à l’autre de la pièce à un rythme lent, en ajoutant de temps en temps du lubrifiant pour le faire pénétrer plus profondément. Elle a sorti son doigt et a passé son milieu par-dessus, puis elle a poussé contre mon trou lubrifié. Les deux doigts étaient comme un tire-bouchon et elle les a poussés à l’intérieur, en les tordant lorsqu’elle les a enfoncés en moi. Mon anneau anal musculaire était serré contre les deux intrus, mais avec un peu plus de lubrifiant et quelques respirations profondes, elle les a mis où elle voulait. En plein dans le cul.

Je gémissais et ma bite se tordait d’impatience alors qu’elle me faisait travailler le cul, en tordant et en poussant ses deux doigts dans et hors de ma bouche. Elle s’assurait que j’étais bien et détendu, lubrifié et prêt pour ce par quoi elle allait remplacer ces doigts.

Elle s’est penchée et m’a murmuré à l’oreille : “Tu es prêt ?

“Oh oui….oui je le suis. Commencez doucement et lentement…” J’ai répondu entre deux respirations.

Elle a retiré doucement ses doigts de son cul et, après avoir versé un peu plus de lubrifiant dans sa paume, elle a caressé sa queue artificielle, la recouvrant de ce liquide. Avec une main sur ma hanche et l’autre à la base de son outil, elle a appuyé le bout de son jouet contre ma porte arrière et a commencé à pousser avec ses hanches.

J’ai involontairement tressailli et me suis légèrement éloigné. “Maintenant, maintenant…”, me gronda-t-elle, “reviens ici et prends ce que tu as reçu.” Elle réaligna son gode, se pressant contre mon entrée serrée à nouveau, cette fois-ci en saisissant mes hanches à deux mains. “Maintenant, viens voir maman !” Et avec ça, elle a poussé son entrée.

Il y a eu une résistance momentanée avant que la tête ne dépasse mon sphincter, et avec ça, elle était dedans. Je déteste admettre que j’ai laissé échapper un petit cri qui l’a fait ricaner un peu.

“Tu es sûr que tu es prêt ?” Elle a demandé.

“Ouais”, j’ai grogné. J’essaie toujours de contrôler ma respiration et je me sens plus pleine que la dernière fois. “Donne-moi juste une seconde…c’est bon…. Je suis prêt, vas-y doucement…au moins au début.”

Elle a repris son assaut, me tenant fermement et poussant plus profondément dans mes intestins. Mes fesses ont commencé à se détendre alors que le jouet glissait en moi. Lentement, la douleur initiale s’est estompée et j’ai commencé à me balancer légèrement en arrière contre elle.

Son harnais maintenait la base du gode poussée contre sa chatte, positionnée de cette façon pour lui donner le maximum de frissons pendant qu’elle m’emmerdait. Elle a senti ma pression et a su que je commençais à m’habituer à sa bite dans le cul, alors elle a commencé à augmenter son rythme. En gardant ses mains sur mes hanches, elle a tiré vers l’arrière, la traînée tirant le jouet loin de son monticule rasé, alors qu’elle poussait vers l’avant, la base est revenue se frotter contre elle, lui donnant un agréable petit frisson. Alors qu’elle travaillait d’avant en arrière, en glissant vers moi et hors de moi, son petit clitoris se frottait comme un fou. Je pouvais la faire respirer plus fort. Elle s’excitait.

“Oh bébé”, dit-elle en haletant, “Je commence vraiment à apprécier cela. Je pense que tu devrais me laisser baiser ton petit cul plus souvent. Qu’est-ce que tu en penses ?”

Je ne pouvais que répondre par un grognement moi-même, je voyais des étoiles pendant que sa bite me faisait travailler le cul. Ce n’était pas désagréable, mais c’était tellement intense que je n’avais pas envie de faire autre chose. Tout ce à quoi je pensais, c’était qu’elle me baise. Je voulais qu’elle me chevauche toute la nuit. Je ne voulais pas qu’elle s’arrête. Je la laissais me sodomiser chaque putain de nuit si elle voulait.

Elle mettait sa main sous moi en sentant ma bite. Quand elle l’a trouvée, elle a fait un son joyeux.

“Wow chérie, je peux dire que tu aimes ça, ta bite devient plus raide à chaque poussée !” Elle me taquinait. Sa main était encore glissante à cause du lubrifiant qu’elle avait utilisé sur son gode et elle glissait gentiment le long de mon axe.

Elle profitait pleinement de son rôle. Elle faisait de longs et lents mouvements d’entrée et de sortie, se tortillant contre la base de son jouet. Bientôt, ce n’était plus suffisant, et elle a commencé à faire des mouvements plus courts et plus rapides, si bien que la base a tapé et tapoté son monticule humidifiant. Elle a fait des mouvements rapides, ce qui m’a procuré plus de plaisir. Chaque fois qu’elle poussait, la tête de sa bite frottait contre ma prostate, la faisant gonfler, et provoquant plus qu’une petite quantité de plaisir électrique à travers mon aine. Je restais immobile et laissais ma femme tout contrôler. C’était à elle de me baiser comme elle le voulait.

“Baise-moi, chérie.” Je gémissais, sans me soucier de ce que ça sonnait, “Baise-moi bien le cul”. Mouille bien ta chatte en me frappant le cul.”

Avec son tempo accru sur mon cul, vint l’accélération de sa main sur ma bite durcissante. Sa main lisse m’avait caressé jusqu’à ce que je sois complètement droit. Les effets combinés de ses doigts lubrifiés et talentueux travaillant ma bite et de la sensation du gode frottant sur ma prostate, j’étais dur et je cherchais à jouir.

“Tu veux jouir, n’est-ce pas ?” dit-elle en me chevauchant comme une salope.

“Oui… oui…” Je grognais à travers mes dents serrées. Je prenais les coups du mieux que je pouvais. Je savais que si elle continuait, je viderais mes couilles sur la couverture en dessous de moi. Je m’en fichais.

“Souviens-toi de notre accord”, elle a haleté, essayant de parler et de maintenir son rythme et sa cadence, “tu jouis, pas de cul pour toi…” Sa voix l’a trahie, je savais qu’elle était aussi proche que moi. La perversion de coincer son mari par un feu de camp dans les bois, l’excitait autant que moi.

“Je m’en fiche…” J’ai crié : “Je dois tirer ! Continuez à vous moquer de moi, faites-moi jouir !” Ma voix résonnait à travers les bois sombres.

“Ah oui ? Le bébé va jouir pour moi ?” Elle a dit, d’un ton taquin, “Tu vas tirer sur cette charge chaude, collante et crémeuse partout ?”

“Uh-huh !” J’ai grogné.

“Viens pour moi”, m’a-t-elle dit, ponctuant chaque mot d’un profond coup de pied au cul. “Viens. Pour. Moi !” Elle a frappé mon cul plus fort et plus vite que jamais, excitée par les tapes constantes sur sa chatte.

“Oui ! Oui ! La voilà !” Avec ce cri, j’ai redressé mon torse, son menton reposant sur mon épaule pour qu’elle puisse voir ma bite en spasme quand elle a commencé à éclater. Sa main a gardé son mouvement frénétique, de haut en bas, mon trou de cul serré sur son phallus en caoutchouc enfoui dans mon cul et un jet de crème blanche tirée de ma bite, s’éloignant de nous. Sa main travaillait de haut en bas pour traire ma bite alors que je continuais à jouir dans l’air de la nuit. Les giclées se sont succédées dans plusieurs directions, tandis que sa main se balançait et s’effondrait sur ma tige, pulvérisant mon sperme non seulement sur la couverture, mais aussi sur la terre et les rochers entourant notre feu qui s’éteignait. Des petits grésillements se faisaient entendre par-dessus mes grognements et mes cris lorsque mes marins se posaient sur les pierres chaudes.

La vue et le son de mon orgasme en ont déclenché un chez ma femme également. Lorsque j’ai été libéré, j’ai senti son corps trembler aussi. Ses hanches se sont un peu contractées lorsqu’elle a chevauché ses propres vagues de plaisir orgasmique.

Nous sommes pratiquement tombés en avant ensemble lorsque nos orgasmes mutuels se sont calmés. Alors que nous étions allongés en tas sur la couverture maintenant collante. Elle s’est lentement éloignée de moi, dégageant tristement son merveilleux jouet de mes fesses qui bougeaient encore.

“Eh bien,” dit-elle en expirant, “on dirait que mon trou du cul ne va pas se faire baiser ce soir, hein ?”

“Merde, je suis désolée chérie, mais si tu ne m’avais pas donné cette portée, j’aurais probablement pu le faire.” J’ai répondu, encore un peu essoufflé.

“Pourquoi tu crois que je te branlais comme ça ?” elle a gloussé. “Mon cul est encore un peu tendre depuis l’autre soir. Tu m’as bien roulé.” Elle avait raison, il y a quelques nuits, j’étais d’humeur particulièrement déviante et j’ai en fait bien fait de lui botter son petit cul. Mais c’était il y a deux nuits et elle ne mentionne que rarement qu’elle est encore tendre plus d’un jour après. Quoi qu’il en soit, j’étais épuisé et j’avais hâte de fermer les yeux.

Elle a tiré les couvertures et les oreillers dans la tente pendant que j’éteignais le feu, puis j’ai rampé dans la tente après elle pour me blottir dans les bras de l’autre et tomber dans un sommeil réparateur qui ne vient qu’après une partie de jambes en l’air très satisfaisante.

Le matin, nous avons allumé un petit feu pour chauffer notre café et notre petit déjeuner. Après quelques œufs et du bacon, nous nous sommes penchés en arrière et avons regardé les grues, sirotant notre café et nous tenant la main, les pieds soutenus par les dernières braises du matin.

“Alors, que voulez-vous faire en cette belle matinée ?” demanda-t-elle en s’étirant. Je lui ai répondu en lui glissant ma main, en faisant glisser la sienne sur ses genoux, mes doigts frétillants cherchant leur prix alors qu’ils se promenaient aussi loin que possible entre ses jambes avant qu’elle ne les écrase de façon ludique. “Eh bien, je sais que tu veux faire ça !” dit-elle en riant. “Ce que j’aurais dû dire, c’est : voulez-vous faire une petite randonnée sur la crête, ou voulez-vous voir s’il y a des bateaux du département près du quai pour aller sur le lac ?”

“Oh”, lui dis-je, avec la répugnance matinale d’un homme à quitter son fauteuil confortable, “Je suppose qu’une bonne promenade me ferait du bien, je vais rassembler quelques affaires et nous allons partir.” Alors qu’elle s’affairait à éteindre le feu et à sécuriser le campement, j’ai chargé le petit sac de jour avec quelques articles essentiels. Quelques minutes plus tard, nous étions prêts à marcher.

Nous nous dirigeons vers un sentier assez doux, qui monte en circuit jusqu’au sommet de la crête et offre des vues magnifiques. Les meilleurs sont du haut de la crête, mais même les plus bas en cours de route peuvent être magnifiques.

Pendant la randonnée, nous nous sommes tenus la main et avons discuté, en nous arrêtant de temps en temps pour prendre quelques photos. Pendant tout ce temps, je lui passais fréquemment la bouteille d’eau, lui rappelant l’importance de rester hydraté. Au bout d’un moment, elle a commencé à décliner l’eau, et je savais que mon petit plan pervers fonctionnait.

Près du sommet du sentier, il y avait un point de vue magnifique. Il longeait un côté escarpé de la crête, permettant une ligne de vue sur la cime des arbres en bas, et avait une vue imprenable sur le lac en contrebas, et par une journée claire comme celle-ci, la vue des Cascades était inégalée. À cet endroit précis, il y avait quelques rondins qui avaient été mis en place pour servir de bancs, ainsi qu’un gros rocher apparemment naturel sur lequel on pouvait se percher, et le chemin a été dégagé jusqu’à une petite clairière, ce qui en faisait un endroit parfait pour se reposer ou faire des photos pour les randonneurs. Ou, dans ce cas, un endroit parfait pour se retrouver un peu à l’état sauvage, pour ainsi dire.

“Attendez”, dit-elle alors que nous arrivions au coin de la rue. “J’ai besoin d’une pause.”

“Quoi, tu as le vent en poupe ? On peut se reposer un peu si tu en as besoin.” Je lui ai proposé.

“Pas ce genre de pause”, explique-t-elle, “j’ai besoin d’un arrêt au stand, cette eau fait un numéro sur ma vessie, j’ai l’impression que je vais me pisser dessus.” Elle avait commencé à faire une petite danse pour souligner le point.

“Eh bien, va là-bas en dehors du chemin par ces buissons à l’arrière de cette bûche.”

“Garde un oeil ouvert, tu veux ? Je n’aime pas vraiment l’idée d’être pris avec mon pantalon baissé, littéralement.”

“Chérie, on n’a vu personne ici de tout le week-end”, je l’ai rassurée, “ça va aller. Fais juste ce que tu as à faire.”

“Bon, d’accord”, elle avait encore une petite hésitation dans sa voix, et j’avais peur de jouer ma main un peu trop évidente.

Elle a fait un pas sur le côté du banc en rondins et, en regardant autour d’elle, elle a commencé à défaire sa ceinture et à baisser son short. Après quelques tentatives de positionnement, elle s’est levée.

“Viens ici et donne-moi un coup de main, veux-tu ? Je n’arrive pas à me tenir en équilibre sans avoir l’impression que je vais pisser sur mon short.”

“Enlevez-les”, lui ai-je suggéré. “Comme je l’ai dit, il n’y a personne d’autre ici.”

“Petit pervers !” Elle a dit avec un sourire. “Tu aimerais ça, n’est-ce pas ?” Elle s’est arrêtée et ses yeux se sont ouverts, “Oh, petite merde ! C’est pour ça que tu m’as pratiquement versé de l’eau dans la gorge pendant qu’on marchait ici ! Tu voulais me garantir un petit spectacle de pipi, n’est-ce pas ?!” Elle m’a jeté une petite pierre en jouant, en ajoutant : “Sicko ! Tu sais que tout ce que tu avais à faire c’était de demander !”

“Eh bien….”, je lui ai répondu avec une innocence feinte, “si tu l’offres….”

“Ramène tes fesses ici et aide-moi à mettre ce short sur mes chaussures”, elle a ri. “Je vais pisser pour toi, mais je garde mes bottes !”

Je l’ai gentiment aidée à soulever une jambe, à faire glisser son short et sa culotte sur sa cheville et à passer ses chaussures de marche, puis j’ai fait de même pour son autre jambe.

“Voilà,” ai-je souri, “un problème résolu.” Je me suis levé, j’ai placé son short sur le rocher à côté de notre sac de voyage et je me suis penché pour l’embrasser. Alors que nos bouches se resserraient, j’ai fait passer ma main sur son ventre et entre ses jambes. Mes doigts ont doucement exploré ses plis roses et j’ai été agréablement surpris de la trouver déjà bien humide. “Mmmmm…”, gémissais-je en l’embrassant le long de sa joue, “tu es déjà mouillée, petite coquine.”

“Eh bien, tu n’es pas le seul qui espérait s’envoyer en l’air pendant cette petite promenade, tu sais !” Elle m’a dit en souriant : “Maintenant, recule, je dois pisser, souviens-toi !” Avec ça, elle a mis sa main sur ma poitrine et m’a guidé vers l’arrière de quelques pas.

Elle s’est mise en position accroupie, les genoux écartés. Maintenant qu’elle n’était plus encombrée par son short, elle a pu se soutenir et se positionner sans mon aide, n’ayant besoin que de se stabiliser avec une main sur le banc. Cela m’a permis de prendre une position basée sur la meilleure vue de ce spectacle super chaud, et si intime, qu’elle s’apprêtait à fournir.

Elle m’a regardé et m’a demandé avec une aguiche : “Alors, tu es prêt, pervers ?”

“Oh, absolument ma chère.”

“Alors, demande-le.”

J’aime toujours quand elle joue à ce petit jeu, me faisant demander ou même supplier pour quelque chose que je sais qu’elle veut autant que moi. Alors je joue le jeu : “Laisse-moi te voir faire pipi, bébé, laisse-moi regarder ce nectar doré couler de cette chatte.”

“Ouais ?” demanda-t-elle, en me faisant marcher. J’étais momentanément à court de mots. Elle était là, ma femme, nue jusqu’à la taille, accroupie devant moi sur un sentier de terre battue dans les bois. Une main se stabilise, l’autre frotte doucement et écarte ses lèvres roses pour moi. “Continue….”

J’ai commencé à me frotter l’entrejambe par anticipation, ma main suivant le contour de la bosse qui se développait dans mon short. “Oh bébé”, murmurai-je, “laisse-toi aller, laisse couler ce miel de ta chatte, cette petite chatte rose et serrée que j’aime lécher, sucer et goûter. Laisse-moi te regarder faire tes besoins ici, dehors, laisse-moi te regarder pisser, s’il te plaît bébé, s’il te plaît…”

“Ouais ? Tu es prêt ? Et voilà bébé…” avec ça, elle a fermé les yeux et j’ai entendu le plus merveilleux des sifflements alors qu’elle relâchait son contrôle et commençait à pulvériser le sol entre ses pieds.

Son jet chaud était soumis à une telle pression qu’elle l’avait retenu aussi longtemps qu’elle le pouvait. Il s’est pulvérisé en un ruisseau dur, formant rapidement une flaque croissante. Elle a glissé sa main entre ses jambes et, avec ses doigts, a commencé à diriger le jet de sa pisse.

Elle a ouvert les lèvres et s’est légèrement relevée, ce qui a fait monter le jet en arc de cercle et l’a éloigné d’elle. À un moment donné, elle atterrissait à un bon mètre de son point d’origine parfait.

Elle a levé les yeux pour voir mon regard fixé sur son glorieux étalage. J’adore regarder ma femme faire pipi. La méchanceté, le tabou, la totale bizarrerie de tout ça, ça me rend dur comme de l’acier. En regardant directement, elle était à la hauteur de mon entrejambe et elle pouvait voir clairement l’effet de son spectacle. Je me saisissais pendant que je regardais, je serrais ma bite, le contour de ma bite était incontournable.

Lorsque son jet commençait à diminuer, elle poussait un peu et son jet alternait entre des dribbles et un jet en arc rapide. J’étais absolument fasciné par la vue. Alors que son jet se répandait dans l’air, il se brisait en d’innombrables petites gouttes, chacune d’entre elles attrapant la lumière du soleil de l’après-midi et brillait comme un petit bijou d’ambre alors qu’elle pendait dans l’air et scintillait au soleil avant de tomber sur les feuilles en dessous.

Alors que le dernier de ses joyaux liquides tombait sur la terre, je suis revenu de ma rêverie et je l’ai regardée dans les yeux. Elle a vu la luxure brûlante dans mes yeux, et j’ai vu le même regard dévergondé dans les siens. Sa main a recommencé à tourner lentement sur sa chatte maintenant très humide.

“Tu vas vouloir me baiser maintenant, n’est-ce pas ?” La façon dont elle disait cela n’était pas vraiment une question, mais un constat.

Je lui ai fait un signe de tête.

“Et tu vas vouloir me lécher avant de le faire.” Encore une fois, ce n’est pas tout à fait une question.

Encore une fois, j’ai fait un signe de tête.

Elle a simplement tendu la main vers moi, celle avec laquelle elle se frottait. Sauf qu’elle tenait la paume de sa main face à moi, les doigts écartés. J’ai compris ce qu’elle me disait de faire.

Je me suis approché d’elle et j’ai pris ces doigts brillants et humides dans ma bouche. Alors que ma langue courait de haut en bas sur chacun de ses doigts, j’ai été récompensé par un beau mélange du goût épais et sucré de sa chatte et du goût fin et piquant de son urine.

Une fois sa main suffisamment propre, je l’ai aidée à se relever et l’ai guidée jusqu’au rocher. J’ai sorti la petite couverture, et un autre petit objet, du paquet. La couverture a été repliée et posée sur le rocher comme un petit rembourrage pour elle, l’autre objet a été glissé dans ma poche.

Elle s’est penchée sur le rocher, plaçant ses mains sur la couverture souple pour la soutenir, tandis que je me suis penché derrière elle et j’ai placé mes mains sur les joues douces et rondes de son cul. Elle a regardé dehors et a apprécié la belle vue devant elle, la vallée naturellement verte et le lac bleu clair niché au milieu. Je profitais de ma propre belle vue, la vallée naturelle de son cul avec l’ouverture rose vif au centre. Je ne suis pas sûr, mais je suis presque sûr que j’ai beaucoup plus apprécié ma vue.

Je me suis penché, inhalant son odeur enivrante. Un mélange de sueur, d’excitation et de pisse. Le bout de ma langue a touché le côté de sa cuisse et elle a émis un doux gémissement. Je léchais vers son sexe, ma langue captant les petites gouttes de son eau dorée qui avait commencé à couler le long de ses jambes. Je léchais vers le sommet de ses jambes, puis je redescendais, capturant jusqu’à la dernière goutte d’or avant de passer de l’autre côté. Une fois les deux côtés bien léchés, je me suis concentré sur le centre, doux et savoureux.

Avec le bout de ma langue, j’ai tracé le contour de ses lèvres, en commençant par le bord de son clitoris gonflé et en remontant jusqu’à sa porte arrière plissée. Elle tressaillait et gémissait tandis que je léchais chaque centimètre de son entrejambe détrempé. De haut en bas, d’un côté à l’autre, je lui peignais la chatte avec ma langue. Je lui ai donné un nettoyage qu’elle n’aurait jamais pu obtenir avec un morceau de tissu. Son corps frémissait alors que je concentrais mon attention sur la source de cette douce bonté.

J’ai placé mes lèvres sur ses lèvres lisses et j’ai doucement léché son ouverture avant de glisser ma langue tordue dans son savoureux minou. Mon nez était appuyé contre sa petite porte arrière plissée, et après avoir bien léché sa chatte, j’ai levé la bouche et commencé à lui donner un coup de jante pour faire friser ses orteils.

Elle a repoussé ma langue alors que j’entourais son anneau serré, me poussant à glisser ma langue dans son passage sombre. J’étais seulement heureux de lui rendre service. En tenant ses joues ouvertes, j’ai placé mes lèvres sur son trou de cul et j’ai glissé ma langue humide dans son cul. Je l’ai sondée, la travaillant aussi profondément que possible, tirant et encerclant son anneau musculaire narquois avant de plonger à nouveau. Sa respiration devenait de plus en plus forte et je pouvais dire qu’elle était excitée.

J’ai retiré ma langue de son trou de cul et j’ai levé mon visage d’entre ses joues juste assez longtemps pour marmonner : “Oh putain de bébé, j’adore lécher ton trou de cul. J’aime la façon dont tu réagis à mon contact, la façon dont ton petit trou saisit ma langue quand je la glisse dans et hors de ton sombre et sale petit trou.” J’ai glissé un doigt dans sa fente maintenant trempée, et j’ai utilisé mon pouce pour frotter des cercles autour de son clitoris durci.

“Est-ce que ça t’excite ?” Je lui ai demandé rhétoriquement : “Aimes-tu avoir ma langue dans ton cul pendant que je doigte ta chatte ? Tu aimes ça, n’est-ce pas ? Ouais, tu aimes ça, je peux le dire par la façon dont tu es mouillé.” Je l’ai taquinée avec des paroles cochonnes entre deux léchages de fesses, en lui posant des questions et en obtenant ma réponse en la sentant se tortiller contre mon visage et me repousser sur mes doigts. Je savais qu’elle était sexy, et qu’elle serait bientôt prête pour ce que j’avais à l’esprit.

“Je vais te baiser maintenant.” Je lui ai dit. “Je vais baiser ce trou du cul serré.” J’ai mis la main dans ma poche et j’ai sorti le petit tube de lubrifiant que j’avais apporté. En ouvrant le bouchon, j’en ai sorti un peu sur le dessus de la fente de son cul, puis avec mon doigt, j’ai commencé à l’étaler vers le bas et autour de ma cible.

J’ai glissé un doigt huilé autour de son sphincter plissé et je l’ai doucement enfoncé. Elle expirait de plaisir tandis que mon doigt glissait dans son trou le plus serré. J’ai appliqué plus de lubrifiant en faisant entrer et sortir doucement mon doigt. J’ai senti la résistance s’estomper alors qu’elle se détendait et se sentait plus à l’aise avec mon doigt. J’en ai ajouté un autre avec un peu plus de lubrifiant, en essayant de faire remonter le plus possible la substance glissante en elle, en tournant et en tordant mes doigts pendant que je la sondais.

Je l’entendais prendre et relâcher de profondes respirations, se préparant à ce qui allait arriver. Je me suis penché et j’ai donné à sa chatte un peu d’attention orale pendant que je préparais son derrière pour la promenade.

Quelques minutes de clapotis sur sa chatte pendant que je lui baisais le cul avec les doigts et je lui demandais : “Tu es prêt maintenant ? Tu es prêt à ce que je remplace mes doigts par ma grosse bite ?”

Elle a gémi en réponse, “mmmmm hmmmm”

Je me suis levé et j’ai ouvert mon short, libérant enfin mon hard-on. Il était au garde-à-vous et plus que prêt à pénétrer dans sa petite porte arrière.

J’ai levé ma tige rigide et j’ai dirigé ma tête de bite gonflée contre la petite ouverture de son trou de cul. Quand j’ai senti son ouverture anale embrasser la tête de ma bite, j’ai poussé contre elle, et le bout de ma bite a éclaté à l’intérieur.

Elle a fait un petit cri aigu alors que son cul se serrait autour de la tête de ma bite et j’ai commencé à me glisser en elle, poussant de plus en plus loin, remplissant son trou le plus intime de bite épaisse et dure.

Je me suis arrêté un moment pour m’assurer qu’elle allait bien et elle m’a murmuré “C’est bon, tu ne me briseras pas…” alors qu’elle se repliait en moi, même si c’était un peu léger. Elle s’est mise à se balancer d’avant en arrière jusqu’à ce que j’arrive à suivre son rythme.

Je jure que son cul est plus chaud que n’importe quelle bouche et plus serré que n’importe quelle main. Je ne suis pas John Holmes, mais je suis plus proche de 8 que de 7, et j’ai vu assez de bites pour savoir que je suis plus épais que la plupart, mais je jure qu’en me glissant dans sa porte arrière, je me sens comme King fucking Kong. Elle est tellement tendue que j’ai l’impression de l’étirer jusqu’à ses limites absolues.

J’ai fait de mon mieux pour m’y adoucir, en laissant son cul avaler ma bite lentement, en la laissant contrôler la profondeur et la vitesse jusqu’à ce qu’elle se sente à l’aise avec mon invasion rectale avant que je prenne de l’élan, mes mains commençant à s’accrocher fermement à ses hanches et à son cul.

Elle a poussé un autre petit cri alors que je commençais à faire entrer et sortir ma bite plus rapidement de son délicieux derrière. Cette fois-ci, ses cris excités n’ont fait que me stimuler, m’encourageant à entrer plus vite et plus fort. Elle m’a poussé à enfoncer son cul en sueur encore et encore. Nous faisions tous les deux des bruits plus animaux qu’humains alors que nos chairs s’assemblaient dans une union perverse.

J’ai commencé à la frapper si fort qu’elle a failli se retrouver à plat ventre contre le rocher. Elle gémissait et maudissait fort, me poussant à finir en elle.

“Putain, ta bite me fait si mal !” …. Dépêche-toi et jouis, bébé, jouis dans mon cul ! Remplis-moi de ta crème épaisse et chaude !” Elle a crié pendant que je la violais, essayant de me faire jouir avec sa sale bouche.

“Presque là…… presque là”, j’ai haleté, transpirant sous la combinaison du soleil chaud de midi, de l’effort de la monter si fort et si vite, et bien sûr, de l’excitation de la baiser si publiquement, sachant qu’il était tout à fait possible pour un randonneur de nous tomber dessus et d’avoir la surprise de sa vie !

Bientôt, j’ai su que j’étais au point de non-retour, “Me voilà, bébé !” J’ai grogné en m’enfonçant profondément en elle. Sa tête s’est brisée quand elle a courbé le dos et je lui ai rempli le cul de ma semence.

Ma bite s’est enfoncée avec excitation dans son petit trou de cul serré, s’aspergeant profondément dans son anus. Je l’ai serrée contre moi, mes hanches s’enfonçant profondément dans son cul généreux, projetant d’épaisses boulettes de sperme dans son délicieux fond chaud. Je la remplissais en effet, alors qu’une petite quantité de ma crème bouillonnait au-delà du joint étanche de son sphincter, descendait le long de mes boules égouttées et tombait sur les feuilles séchées à nos pieds.

Je suis resté là, respirant lourdement, profitant des dernières pulsations de mon orgasme, tandis que ma bite s’agitait et pompait les dernières gouttes de ma charge dans son rectum palpitant.

En regardant autour de moi, j’ai vu toute la beauté qui m’entourait, de la cime des arbres, du lac en bas, des trois ruisseaux qui se jettent dans le lac, et bien sûr, le spectacle le plus magnifique ; le merveilleux cul de ma femme, exposé à la nature. Ses deux boules de viande d’âne brillent au soleil, scintillent de notre mélange de sueur, mon épais poteau charnu est toujours logé entre elles, chaud et serré dans son cul.

Mes cinq sens ont presque poussé au maximum avec des sensations surchargées et mélangées. En respirant profondément, je pouvais sentir la fraîcheur et la pureté de l’air frais de la montagne, mélangé à l’odeur de son urine qui s’accrochait encore à mon visage autour de mon nez et de ma bouche. Je pouvais encore sentir l’amertume piquante de la sueur que j’ai léchée sur la fente de son cul. La fraîcheur de la brise de la montagne me donnait la chair de poule sur ma peau exposée, contrastant avec la chaleur de son trou de cul lorsqu’il s’accrochait à mon membre adoucissant. J’ai écouté le vent bruissant dans les arbres, le chant des oiseaux et, enfin, le bruit humide de ma bite qui glissait de son trou de cul bien baisé et légèrement sur-lubrifié.

Elle a poussé un gémissement satisfait en se redressant. Mes mains ont glissé de ses larges hanches, jusqu’à son ventre, pour finalement lui couper ses gros seins. Alors que je roulais ses tétons épais et raides entre mes doigts, je l’embrassais doucement sur le cou.

“Je t’aime, mon bébé.” Je lui ai dit doucement.

“Je t’aime aussi”, m’a-t-elle répondu. Nous sommes restés là encore quelques minutes, mes mains la caressant doucement, les siennes guidant les miennes par moments, d’autres les éloignant de ses zones les plus sensibles. “Maintenant, maintenant, dit-elle en jouant, nous ne pouvons pas recommencer. Passe-moi le sac, nettoyons-nous et rentrons, nous sommes probablement en train de pousser la chance comme elle est, debout ici à moitié nue sur la piste”.

“Oh… tu as probablement raison.” J’ai accepté à contrecoeur en tentant de prendre le petit sac à bandoulière que j’avais apporté avec nous. Nous nous sommes nettoyés avec les lingettes humides que j’avais apportées pour l’occasion, et nous les avons mises en sac pour les jeter plus tard.

Nous sommes retournés à notre campement en nous tenant par la main. Cette nuit-là, alors que nous étions allongés l’un contre l’autre, je savais que j’étais un homme très chanceux d’avoir une belle femme qui a une libido aussi élevée et aussi bizarre que la mienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *