Je donne la fessée à la meilleure amie de mon épouse – récit sexe

C’est une histoire vraie de mon temps avec la meilleure amie de ma femme. J’ai changé les noms pour les raisons que vous pensez. Elle a lieu en 2011. Elle fait 46 ans, environ 1m60, peut-être plus petite. C’était une blonde décolorée aux petits seins, ce que j’adore. Je pense que ses seins sont 85 B peut-être même “A” J’ai aimé la façon dont elle porte ses jeans, ils sont toujours jolis et serrés. je me suis toujours demandé si elle portait des culottes régulières ou des strings. Elle a travaillé avec ma femme pendant des années. Ma femme rentrait à la maison et me racontait les choses étranges qu’elle disait et faisait. Une fois rentrée à la maison, elle a dit : “Aline a raconté un rêve qu’elle avait fait la nuit dernière. Il semble que vous étiez chez eux et que son mari était parti. Tu étais complètement nu, sauf pour un cigare que tu fumais.”

“Alors que s’est-il passé ?” J’ai demandé.

“Elle a dit qu’il ne s’était rien passé, sauf que tu étais là, nu.” Ma femme m’a répondu.

Nous avons tous les deux ri.

Comme le temps passait, Aline venait à Noël, habituellement quelques semaines avant, pour apprendre à faire des biscuits.

Je devrais revenir en arrière ici. Chaque fois que nous allions quelque part et que Aline et son mari étaient là, nous disions bonjour et faisions notre truc. Quand il était temps de partir, Aline venait toujours me faire un câlin et un gros bisou. Son mari embrasserait ma femme. Parfois, quand j’étais drôle, je me penchais vers elle comme dans les films et je lui donnais un long baiser. Elle se levait toujours de là, s’éventait et disait “espèce de fou” et souriait d’une oreille à l’autre. Je me suis déjà retrouvé plusieurs fois sur le liveshow hot pour m’amuser avec des femmes soumises et abuser de leurs fesses, clitoris et tétons à distance.

Cela a duré des années. Chaque fois qu’elle venait ou qu’on allait chez eux, on s’embrassait en allant et venant.

Il y avait des moments où elle appelait pour parler à sa femme et je répondais au téléphone. Elle me parlait un peu avec moi et me faisait souvent des remarques intelligentes. Je lui dirais qu’elle ferait mieux d’être prudente ou je lui donnerais une fessée.

Elle répondait toujours par des “promesses, des promesses, des promesses.”

Donc, une fois, quand elle a dit “promesses” et que je suis revenu avec vous, vous n’avez qu’à donner la date, l’heure et l’endroit.

Ça lui a pris quelques mois, mais un jour, j’ai reçu un coup de fil. D’habitude, on reçoit des appels d’elle au téléphone. Cette fois, c’était sur mon portable. Elle a dit : “Aujourd’hui, c’est le jour, il est une heure, chez moi. Tu peux venir chez moi ?

“Je n’ai rien qui se passe, je serai là. On se voit dans une heure.” J’ai répondu.

J’ai fini chez le médecin et je suis parti. Cela ne m’a pris que peu de temps. J’étais plus près qu’elle ne le pensait. Je suis arrivé 15 minutes en avance.

Je suis sorti de mon camion et j’ai marché jusqu’à la porte d’entrée et j’ai sonné à la porte d’entrée. Ça a pris quelques minutes avant qu’elle réponde. Quand elle a ouvert la porte, j’ai remarqué qu’elle portait une robe de coton fine, courte et sans coton, qui n’avait pas de coton. Comme elle l’a dit, “Salut.” Je regardais ses tout petits seins.

J’adore les petits seins. Plus c’est petit, mieux c’est.

Elle avait des tétons de belle taille. Peut-être un demi-pouce de long quand ils étaient durs et ils étaient très durs.

Je pouvais voir qu’elle portait un petit triangle sur sa chatte. Un peu bleu pâle très clair, presque blanc. Elle portait des strings. Ma bite a gonflé un peu.

Puisqu’elle est de petite taille comme je l’ai dit au début. Je mesure 1,90 m. Je me tiens bien au-dessus d’elle.

Elle allait droit au but. “Puisque nous savons tous les deux pourquoi tu es là, allons-y.”

Elle m’a attrapé la main et m’a tiré vers sa chambre. Aussi nous avons marché une brise légère a attrapé sa robe et l’a fait sauter vers le haut et j’ai pu voir la corde à la lanière qui descendait dans sa fente de cul. Ses jolies fesses rebondissaient en marchant.

Dans sa chambre, elle se tourna vers moi : “J’ai attendu si longtemps pour cela. Depuis la première fois que tu as dit que tu le ferais. Tu me fais mouiller ma culotte à chaque fois que tu m’embrassais ou que tu me donnais une fessée.” Elle me l’a dit.

“Comment veux-tu que je m’y prenne ?” Elle a demandé.

“Je m’assiérai sur le lit et tu t’allongeras sur mes genoux.” Je lui ai dit.

“Oh, bien. Je l’aime comme ça.” Elle a gémi.

“Tu vas te mettre à poil avec moi ?” Elle a demandé.

“Pas cette fois-ci.” J’ai répondu.

“Oh, j’avais tellement envie de voir ta bite.” Elle a encore gémi.

“Oui, j’ai entendu parler de ton rêve que tu as fait il y a quelques mois.” Je lui ai dit.

“Oui, tu étais nu, mais je ne me souviens de rien sur ta bite. Alors maintenant, je veux la voir.” Elle sourit en laissant tomber son peignoir sur le sol. Me laisser regarder son corps nu.

“On n’est pas là pour le sexe. On est là pour te botter les fesses. Alors je te suggère de venir ici et de commencer.” Je lui ai dit. La prochaine fois, je serai nu pour toi. Cette fois, je n’aurai plus que mes sous-vêtements.” Je me suis déshabillé jusqu’à mes sous-vêtements.

“Ça va marcher. Au moins, je pourrai voir et sentir ton gonflement.” dit-elle en s’allongeant sur mes genoux.

J’ai aimé regarder son joli joli cul rond avec le string bleu entre les joues de son cul. Ça m’a fait enfler un peu plus la bite.

J’ai attrapé son petit nichon avec ma main gauche pendant qu’elle se couchait.

Ma main droite frotte lentement ses fesses.

“C’est tellement bon. S’il vous plaît, continuez à me masser les fesses.” Elle a gémi.

C’est à peu près à ce moment-là que la première claque lui a frappé la fesse droite.

“Oh, mon Dieu, ça fait du bien. Je peux en avoir un autre ?” Elle a gémi.

J’ai posé ma main sur l’autre fesse. J’ai vu une empreinte de main rouge apparaître. Avant qu’elle ne puisse demander ou gémir à nouveau, je lui ai donné 5 coups de plus sur chaque joue.

“Oh, merde. Ça m’a fait très mal et je me sentais si bien. S’il te plaît, ne t’arrête pas. Fais-moi rougir les fesses. Ça fait si longtemps que je n’ai pas eu de fessée au cul.” Elle a crié.

“Je t’ai dit que j’allais te le faire sentir. Et tes fesses seront super rouges quand j’aurai fini.” J’ai répondu en souriant.

J’ai laissé ma main sur ses fesses. Après quelques minutes, j’ai commencé à le frotter. J’étais loin d’avoir fini de lui donner la fessée, mais je voulais sentir la chaleur de ses joues. J’ai bougé ma main autour de ses fesses puis j’ai descendu entre ses fesses. Plus je me rapprochais de son trou du cul et de sa chatte, je sentais la chaleur. Elle s’excitait et écartait un peu les jambes, ce qui me donnait un meilleur accès à elle. Au fur et à mesure que je continuais à me frotter, j’enfonçais mes doigts plus profondément dans sa fissure. Quand je suis arrivé à sa chatte, je sentais à quel point elle était mouillée.

Quand j’ai touché son trou, elle a laissé échapper un gémissement bas et ses hanches se sont relevées. “Oh, ça fait tellement de bien. J’adore la sensation de tes doigts sur ma chatte.”

Son mamelon dans ma main gauche était dur comme un roc. J’ai commencé à l’enrouler entre mes doigts. Elle gémit de nouveau.

“Je vois que tu es bien mouillé. C’est à cause de ta fessée ou du fait que je t’ai touchée ?” demandai-je.

“Les deux.” Elle a répondu. “Mais j’étais déjà excité à l’idée que tu viennes me donner une fessée. Je devenais de plus en plus excité et mouillé à mesure que tu me donnais la fessée.”

“Puisque c’est si mouillé, je pense qu’il est temps d’enlever ton string.” Je lui ai dit. Elle a levé les hanches quand j’ai tiré la lanière le long de ses cuisses et de ses pieds.

“Là, maintenant, plus rien ne se met en travers du chemin. On peut continuer à te donner la fessée.” J’ai souri.

“Oh, oui. Donne-moi une fessée bien fort. Fais-moi pleurer. Ça me fait vraiment mouiller. Fais-moi jouir. Touche ma chatte et vois à quel point je suis mouillée. S’il te plaît, doigte mon trou.” Elle a gémi.

Je lui ai encore donné 5 claques de plus sur chaque joue. Ils devenaient rouges. J’ai recommencé à lui frotter les joues.

“Putain de merde. Ça fait vraiment très mal.” Elle a déclaré, les yeux pleins de larmes.

“Comment vas-tu expliquer tes joues rouges à Tom.” J’ai demandé.

“Je m’assurerai qu’il soit au lit avant que je me déshabille et que je me couche ou j’irai au lit avant lui.” Elle a répondu.

Je frottais encore son cul et je bougeais lentement mes doigts vers sa chatte chaude et juteuse. Quand j’atteignis son trou humide, elle gémit : “S’il te plaît, joue avec ma chatte. “Mets tes doigts au fond de moi.”

J’ai trouvé qu’elle était si mouillée. Je l’ai retournée sur mes genoux et j’ai continué à lui doigter la chatte. J’avais aussi remarqué qu’elle était totalement chauve. Pas un seul cheveu sur sa chatte ou son monticule. Je voulais tellement manger sa chatte, mais cette fois je me suis dit que je ne ferais que jouer avec sa chatte et lui fesser le cul.

Elle a écarté ses jambes très large me donnant un accès complet à sa chatte négligée. Son clitoris était si enflé. On aurait dit une petite bite. Je me suis penché et j’ai pris un de ses mamelons dans ma bouche.

“Oh, mon Dieu, oui ! Suce mon sein. Doigte ma chatte.” Elle a gémi parce qu’elle avait un orgasme puissant. J’ai senti quelque chose de chaud sur ma main qui était sur sa chatte. Elle avait fait pipi ou était une giclée d’eau. J’ai regardé sa chatte. Il s’est avéré que Aline était un écureuil… Qui pourrait en demander plus ?

La prochaine fois que j’allais la baiser si c’était ce qu’elle voulait. Après avoir joué avec son trou négligé pendant un moment, je l’ai retournée. Elle s’est plainte mais savait que ça ne servirait à rien.

J’ai mis 5 coups de plus sur chaque joue. Je l’ai sentie sauter et j’ai senti quelque chose de chaud sur ma jambe. Elle a eu un autre orgasme dur et a giclé à nouveau. Ça m’a fait bander ma bite.

Après s’être calmée, elle a tourné son visage vers moi et m’a dit : “Je sens à nouveau quelque chose de dur de mon côté. C’est ta bite ?”

“Oui, ça l’est.” J’ai répondu.

“Je peux le voir ?” Elle a demandé.

“Oui, mais c’est tout. Est-ce que tu comprends ?” J’ai répondu.

“Et si je veux que tu me baises ? Quand vas-tu faire ça ?” Elle a souri.

“La prochaine fois qu’on sera ensemble, on baisera.” J’ai répondu.

“Oh, j’ai hâte que ce moment arrive. Je serai si excitée d’ici là. Tu sais que Tom ne me baise plus. Il ne l’a pas fait depuis plus de 8 ans. Il se soûle et s’endort.” Elle était de ma famille.

“J’ai essayé d’être fidèle, mais c’est de plus en plus difficile. Je me doigte tout le temps, mais ce n’est que temporaire. J’ai besoin de sentir une vraie bite en moi. Dur et profond. Une bite avec laquelle je peux sucer, jouer. Chaque fois que tu m’embrasses, je dois soit aller aux toilettes pour nettoyer ma culotte, soit rentrer prendre une douche. Je me mouille tellement.” Elle a continué.

“Maintenant, je peux voir ta bite ?” Elle a demandé.

“Ok, tu peux le voir mais souviens-toi que je ne te baiserai pas.” J’ai répondu.

Aline m’a lâché des jambes et je me suis levé. Ma bite s’épuisait sur mes sous-vêtements. VOUS pouviez voir la tête juste au-dessus de la ceinture et son contour. Je pouvais voir les yeux de Aline gonfler pendant qu’elle regardait ma bite couverte.

Putain de merde. C’est énorme. Quelle est sa taille ?” Elle a gémi.

“C’est juste un cheveu de plus de 19cm. et environ 5 cmautour.” J’ai répondu.

“Enlève tes sous-vêtements, je dois la voir.” Elle l’a exigé.

“Tu les descends si tu es si pressé.” Je lui ai dit.

Aline s’est approché de moi, s’est étendu des deux côtés et a baissé lentement mes sous-vêtements. Quand ils sont descendus, ma bite a sauté et s’est jetée droit devant.

“Merde, c’est encore plus gros que je ne le pensais. Je peux le toucher ?” Elle a gémi.

“Vas-y, touche-le.” J’ai répondu.

Aline tendit la main droite et attrapa le manche. Sa main gauche m’a touché les couilles. Elle a commencé à me caresser de haut en bas.

“Je pense que tu ferais mieux d’arrêter de faire ça.” Je lui ai dit.

“Pourquoi ?” Elle a demandé.

“Parce que je vais exploser ma charge sur tes seins et ton visage.” J’ai gémi.

“Ce serait merveilleux.” Elle a répondu. “Ça fait si longtemps qu’un homme n’a pas mis de sperme sur mes seins ou mon visage.”

“Eh bien, je n’aime pas éjaculer sur les seins et le visage. J’aime faire mon dépôt au fond d’une bouche chaude, d’une chatte ou d’un cul.” Je lui ai dit. “Maintenant, arrête. On doit finir ta fessée. En plus, la prochaine fois, on fera beaucoup l’amour. Tu vas te rassasier. je ne baiserai pas seulement ta chatte, mais aussi ton cul et ta bouche.”

“Ça fait longtemps qu’un homme n’a pas été dans ma chatte. Je serai probablement très serré. Et mon cul n’a jamais eu cette grosse bite dedans. Nous devrons y aller doucement dans les deux.” Elle a souri en retour.

“Pas de problème. Nous utiliserons beaucoup de lubrifiant et je m’allongerai et tu pourras monter dessus et le prendre aussi vite que tu veux jusqu’à ce que tu sois prêt pour que je te frappe.” J’ai dit. “Maintenant penche-toi sur mes genoux”

Après avoir remonté mes sous-vêtements, je me suis assis et Aline s’est remise sur mes genoux avec ses fesses en l’air.

“Smack, smack, smack, smack, smack, smack, smack.” Je lui ai donné encore 5 coups de poing dans le cul. Elle s’est retournée et s’est agrippée à son cul. Je pouvais voir les larmes couler sur son visage.

“Je pense que c’est assez pour aujourd’hui.” J’ai dit en lui frottant les fesses.

Bien que ses larmes Aline dit : “Oui, je le pense aussi. Mais mon cul se sent merveilleusement bien. Et regarde comme il est rouge. Je ne pourrai pas m’asseoir pendant quelques jours.”

“La prochaine fois que j’amènerai ma cravache. Tu sais ce que c’est que d’être fouetté. Mais on fera aussi l’amour.” Je lui ai dit.

“Pensez-vous que c’est quelque chose que vous aimerez ?” Je lui ai demandé.

“C’est merveilleux, surtout la partie sur le sexe. Il y a bien trop longtemps qu’un homme ne m’a pas pris et utilisé. J’en ai tellement besoin.” Aline gémit.

“Vous devez juste me dire la date, l’heure et le lieu.” J’ai répondu.

“La prochaine fois que je veux qu’on prenne une chambre d’hôtel. De cette façon, nous n’avons pas à nous inquiéter d’être interrompus et nous pouvons le faire plus longtemps. Qu’en penses-tu ?” demanda Aline .

“Ça m’a l’air bien. Je veux voir combien de ma bite ta chatte, ton cul et ta bouche peuvent supporter. Et quand tu te mets à crier, je ne veux pas qu’on nous dérange.” J’ai répondu.

“Ça fait peut-être longtemps, mais vous pouvez être sûr que je vais tout prendre dans tous mes trous. J’espère juste que tu tiendras aussi longtemps.” Aline sourit en se tenant devant moi.

Avec cette remarque mignonne, j’ai tendu la main entre ses jambes et lui ai enfoncé deux doigts dans la chatte et je me suis accroché à son mamelon gauche comme un bébé qui allait chercher le lait. Aline s’est collée sur ma main.

“Oh, t’es vraiment un morveux. Faire ça à une fille dans ma position. Un qui a fait l’amour depuis des années. Ne les enlevez pas tout de suite. Laissez-moi en profiter quelques minutes. Oh, suce mon sein plus fort.” Elle gémissait en se tenant sur mes épaules pour ne pas tomber.

Là, je tenais cette jolie femme, mes doigts dans sa chatte, son jus coulant dans ma main et son petit sein dans ma bouche. J’allais profiter de chaque centimètre de son corps la prochaine fois que nous serions ensemble, ce qui, d’après ce que j’entends, ne serait pas trop loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *