Je suis sa salope de cul

gros gode ceinture dans le cul

Que ce soit son doigt dans mon cul pendant qu’elle me fait une de ses pipes incroyablement intenses, ou son gode ceinture enfoncé en moi alors qu’elle fait de moi sa chienne, j’adore quand elle se met à travailler sur mon cul. Elle ne le fait pas souvent, mais quand elle le fait, elle se donne à fond. Je n’en ai jamais assez, j’aime chaque aspect de l’acte.

L’inversion des rôles, où elle prend le contrôle et où c’est moi qui écarte les jambes et c’est elle qui me remplit à la place, est un merveilleux régal. La sensation d’être profondément baisé par un vibrateur ou même par un doigt, cette secousse de plaisir si forte qu’elle est presque douloureuse lorsqu’elle caresse ma prostate, offre une satisfaction unique pour tout homme assez ouvert d’esprit pour en faire l’expérience. La pression qui monte du plus profond de moi, comme si son doigt traversait mon cul jusqu’à ma bite, donne l’impression qu’elle va pousser le “come out” de moi. L’intimité, la laisser me pénétrer, être vulnérable face à elle, faire quelque chose de tabou et être unis dans notre plaisir mutuel. C’est une chose extraordinairement sexy.

Ma femme, que nous appellerons Samantha, rentrait chez elle pour quelques semaines pour une grande réunion de famille. Samantha avait toujours été proche de sa famille, mais comme nous étions tous les deux occupés à lancer notre carrière et à nous adapter à la vie de couple après de longues fiançailles, elle avait le sentiment d’être partie trop longtemps. Je ne faisais pas le voyage, le travail étant ce qu’il est et tout ça, même si je n’étais pas trop contrarié d’avoir tout raté. Quelqu’un doit rester derrière et garder le château, n’est-ce pas ?

Bien sûr, le fait que je n’aie pas participé au voyage a été pour nous deux une période de sécheresse, ce dont je n’étais pas très heureux. Beaucoup de gens se plaignent de la façon dont le mariage et les carrières ruinent la vie sexuelle d’un couple, mais Samantha et moi avons toujours eu une vie sexuelle assez active et intense. Peut-être que cela vient du fait que nous sommes encore au milieu de la vingtaine, peut-être que c’est notre volonté de toujours essayer de nouvelles choses, ou peut-être même que c’est toute cette histoire d’être amoureux. En tout cas, le revers de la médaille est que faire l’amour plusieurs fois par semaine fait que deux semaines sans sexe ressemblent encore plus à une éternité qu’elles ne le sont déjà. En me couchant vendredi soir, en la quittant le lendemain soir, je m’attendais évidemment à passer un samedi après-midi de paresse au lit, pour rattraper les deux semaines à venir. Je ne savais pas que Samantha avait des projets de nature plus intense en tête.

Je me suis réveillé le premier, vers 11 heures ce matin-là. Je suis sorti du lit pour aller pisser, et en revenant dans la chambre, j’ai vu Samantha encore endormie, allongée sur le ventre, la couverture tirée juste en dessous de son beau cul nu de ma sortie du lit. Le soleil d’été essayait de la regarder à travers les stores, en projetant des faisceaux de lumière brisés presque au hasard sur le couvre-lit. Je suis resté sur le seuil de la porte, fixant un moment les courbes de son dos qui descendait vers ses fesses.

C’est difficile à expliquer, mais j’ai toujours trouvé que les contours du dos d’une femme étaient l’une des choses les plus sexy chez une femme, et ma femme ne faisait pas exception. La longue pente lisse qui descend le long de sa colonne vertébrale, partant de ses longs cheveux brun foncé, descendant jusqu’au bas de son dos, puis remontant par la courbe sexy de son cul parfaitement saisissable – l’image a eu un effet immédiat sur moi. J’ai pris une gorgée d’eau sur la table de chevet et je me suis glissé dans le lit, en me plaçant à la cuillère contre son dos, mon bras la serrant contre moi, et mon hardon de croissance placé assez furtivement contre son cul. Je la sentais s’appuyer contre moi, sa main gauche s’étendant vers l’arrière pour se poser sur ma hanche, un faible gémissement venant de ses lèvres.

“Je me demande ce que tu veux”, me demanda-t-elle doucement. Elle s’appuya encore plus contre moi, tournant son visage souriant pour me donner un petit coup de bec sur les lèvres.

“Mince, je me demande”, répondis-je sarcastiquement. “Peut-être pourrions-nous commencer par un bon baiser”, lui dis-je, en la tirant un peu plus près et en replaçant mes lèvres sur les siennes. Nous nous sommes embrassés lentement, sa main toujours sur ma hanche, ma main gauche remontant lentement de sa cuisse pour chatouiller légèrement l’intérieur de sa hanche, avant de continuer à monter pour saisir fermement son sein gauche. J’ai senti ses lèvres se transformer en un sourire sous le mien pendant un moment, puis elle s’est roulée contre moi sur son dos, tirant sa tête de l’oreiller pour m’embrasser plus fort tandis que je glissais mon bras droit sous son cou pour soutenir sa tête.

“Tu as raison, c’est une bonne façon de commencer la matinée”, dit-elle doucement contre mes lèvres. Elle s’est levée et m’a saisi par l’arrière de la tête, en tirant mes lèvres contre les siennes, tandis que sa langue s’étendait pour trouver les miennes. J’ai laissé ma main tomber de sa poitrine pour descendre jusqu’à sa hanche, en la caressant lentement d’avant en arrière entre ses hanches, mes doigts caressant le long de son pubis soigneusement taillé, descendant de temps en temps à l’intérieur de sa cuisse, avant de finalement revenir en arrière pour saisir son cul et la tirer contre moi.

J’ai baissé la tête et j’ai saisi ses cheveux dans ma main en les tirant fermement vers l’arrière, et j’ai senti un léger souffle venir de ses lèvres contre mon épaule. J’ai lentement commencé à l’embrasser sur le côté de son cou, en suivant le bord de ses cheveux jusqu’à sa mâchoire puis à son oreille ; en la grignotant un peu avant de continuer à descendre le long de son cou, j’ai senti sa respiration s’attarder un instant, devenant un peu plus lourde. Cela a continué pendant quelques minutes, jusqu’à ce que je sente les doigts de sa main libre descendre lentement le long de ma poitrine, le bas de mon ventre étant chatouilleux au toucher, avant que ses doigts ne s’enroulent étroitement autour de ma queue dure. J’ai essayé de faire de même, en lâchant son cul pour essayer de l’atteindre entre ses jambes, mais elle a rapidement serré ses jambes l’une contre l’autre, empêchant mes doigts de quêter d’accéder à cette partie de son corps. J’ai senti sa tête tourner, sa bouche se déplacer de mon épaule à mon oreille. Elle m’a brièvement mordu le lobe de l’oreille avant de serrer ma queue une nouvelle fois, plus fort cette fois, et j’ai senti son souffle chaud contre mon cou et mon oreille, envoyant la chair de poule le long de ma peau, tandis qu’elle chuchotait doucement “J’ai des projets pour toi, bébé”.

Sur ce, elle a rapidement lâché ma bite et a poussé sa main contre ma poitrine, me roulant sur le dos et de nouveau sur le côté du lit. Elle s’est assise dans le lit et a roulé vers l’avant sur ses mains et ses genoux, en se penchant sur le bas de mon corps. Assez heureux de la laisser prendre le contrôle, j’ai tiré un oreiller sous ma tête et me suis allongé pour la laisser faire ce qu’elle voulait. Elle s’est mise à quatre pattes, s’est installée avec son bras gauche autour de mon torse et a écarté mes jambes, tendant la main droite vers l’avant pour caresser l’intérieur de mes cuisses alors que je sentais son souffle chaud contre ma queue. Elle était toujours à genoux près de mon bras droit, ce cul en l’air, et ses lèvres de chatte visiblement humides qui lui faisaient de l’œil entre les jambes. Alors qu’elle commençait à embrasser ma bite, ses doigts caressant mon périnée et mes couilles, j’ai tendu la main et j’ai remonté l’intérieur de sa jambe, en pressant mes articulations contre sa chatte humide. Je l’ai entendue gémir doucement et ses doigts se sont arrêtés un moment avant qu’elle ne parle.

“Tu ferais mieux de ne pas faire ça, si tu veux en profiter”, dit-elle calmement sans me regarder. Curieux et intéressé par le jeu auquel elle jouait, j’ai souri à moi-même, en ramenant ma main vers le lit, mais en la laissant entre ses jambes. J’ai senti ses lèvres commencer à glisser contre le côté de mon manche, de haut en bas, alors qu’elle prenait mes boules dans sa main et commençait à les faire rouler dans ses doigts. Sa main gauche est passée au-dessus de ma hanche, son poids sur son coude, et j’ai senti qu’elle pointait ma bite vers le haut, loin de mon corps, et finalement j’ai senti sa bouche chaude s’enrouler autour de ma tête.

Samantha a commencé à faire glisser lentement sa bouche de haut en bas sur ma bite, en allant un peu plus loin à chaque fois, tandis que ses doigts continuaient à me caresser les couilles. J’ai essayé de pousser toute ma bite dans sa bouche, alors qu’elle bougeait lentement de haut en bas, mais chaque fois que mes hanches se levaient pour rencontrer sa bouche, elle reculait, me privant de cette sensation d’avoir la bite toute entière enfoncée dans sa bouche. J’ai senti ses doigts quitter mes couilles, caressant l’intérieur de ma cuisse, avant de tracer doucement la fente de mon cul. J’ai levé un genou de plus, lui donnant un accès plus facile si elle continuait sur cette voie, et lui faisant comprendre que j’avais intérêt à ce qu’elle le fasse.

Ses doigts ont continué leur chemin de taquinerie, alors que je sentais sa bouche glisser de ma bite avec un slurp humide. Sa main gauche, qui tenait auparavant ma bite droite, s’est serrée plus fort autour de moi, se dirigeant lentement vers la tête de ma bite, aidée par la lubrification généreuse fournie par ses attentions orales. Sa main a glissé d’une manière atrocement lente de haut en bas de ma bite, maintenant une prise délicieusement serrée tout le long. En même temps, j’ai senti les doigts de son autre main s’enfoncer plus profondément, passant du tracé des bords de ma fente à un léger glissement de ses doigts sur mon trou de cul. J’ai gémi à haute voix, appréciant la lente progression vers une pipe fantastique, et j’ai serré l’intérieur de sa cuisse, avant de faire courir mes doigts le long de sa jambe, en traçant une ligne depuis son clitoris, le long de ses lèvres mouillées, jusqu’à son trou de cul, et vice versa. Soudain, elle a repoussé ma bite et s’est étendue sur moi, ouvrant le tiroir de la table de chevet.

“Je t’ai prévenu une fois. Si tu ne peux pas te tenir tranquille, alors je suppose que je vais devoir t’obliger à te tenir tranquille”, dit Samantha avec irritation. Elle était à cheval sur mon torse, et je pouvais sentir la chaleur humide et chaude de sa chatte contre mon ventre. Elle a attrapé mon bras gauche à deux mains, le tenant vers le lit, et j’ai soudain senti une des longueurs de corde douce que nous gardions dans notre boîte à jouets autour de mon poignet. En peu de temps, elle a attaché l’autre extrémité de la corde à la tête de lit au-dessus de moi. Se penchant pour faire la même chose à ma droite, ses seins se sont balancés devant mon visage. Je la laissais volontiers continuer à paralyser mon autre bras, souriant alors que j’aspirais un téton dans ma bouche, le roulant soigneusement entre mes dents, le sentant se durcir entre mes lèvres avant qu’elle ne se relève pour me le prendre.

“Maintenant, vas-tu te comporter pour moi ?” me demanda-t-elle, en me regardant de haut, sans pouvoir lui résister.

“Tout ce que tu veux”, lui répondis-je docilement. Elle prit rapidement un de mes tétons entre son pouce et son index, et le serra très fort, au point que je me courbai le dos dans un mélange de douleur et de surprise.

“Tout ce que vous voulez, quoi ?” me demanda-t-elle. Je savais comment ce jeu fonctionnait.

“Tout ce que vous voulez, Maîtresse Samantha”, lui dis-je. “Tout ce que vous voulez.”

“On verra si tu le penses vraiment. Je t’ai dit que j’avais des projets spéciaux pour toi, et je le pensais. Avant de commencer avec ces plans, je pense que tu devrais peut-être payer pour avoir interrompu le travail de ta maîtresse.” Sur ce, elle s’est poussée de l’endroit où elle était assise sur mon torse, se levant à deux mains pour saisir la tête de lit à laquelle mes poignets étaient attachés. En regardant vers le bas, je pouvais voir où la “traînée heureuse” de cheveux qui coulait sur mon ventre à partir de ma poitrine était emmêlée, mouillée par son excitation. Elle a placé ses pieds de chaque côté de ma tête, puis s’est assise avec précaution sur ma poitrine. Mon attention était complètement concentrée sur sa chatte, assise à quelques centimètres de mon visage. Je sentais sa main sur ma joue. J’ai regardé dans ses yeux, en me concentrant intensément sur ma propre personne. J’ai demandé tranquillement, “Maîtresse, puis-je s’il vous plaît toucher votre chatte avec ma langue ?” Elle a doucement giflé ma joue avec sa main. “Non, esclave, tu ne peux pas toucher ma chatte. Cette taquinerie est ta punition pour m’avoir forcé à t’attacher. Je veux que tu la regardes, que tu me regardes jouer avec si près de ton visage, mais tu ne peux pas la toucher à moins que je ne te dise de la toucher. Tu comprends ? demanda-t-elle.

“Oui, Maîtresse, comme vous voulez. Si je peux vous faire plaisir, Maîtresse, s’il vous plaît, dites-le moi”, lui ai-je répondu.

Les yeux de ma maîtresse se sont rétrécis. “Maintenant, esclave, tu peux te taire et regarder ta maîtresse toucher sa chatte chaude. Regarde ta maîtresse venir sans toi.” Elle s’est allongée sur mon corps, son cul posé sur ma poitrine, ses pieds toujours de chaque côté de ma tête, et mes yeux étaient rivés sur sa chatte, à quelques centimètres de mon visage. Elle s’est penchée avec sa main droite et a placé son index et son majeur pour travailler sur son clitoris, en frottant lentement de façon circulaire. C’était un spectacle très chaud, mais je pense que j’étais en fait encore plus excité par l’odeur de son excitation, si proche de mon visage, mais toujours hors de portée.

Sa main libre a commencé à se promener lentement autour de son corps alors qu’elle continuait à frotter son clitoris. Elle a d’abord serré un sein, puis l’autre, en faisant délibérément glisser ses doigts le long de sa peau comme elle l’a fait. Elle a rapidement atteint l’endroit où son autre main était déjà à l’œuvre, enfonçant rapidement deux doigts entre ses lèvres, pas assez pour les pénétrer, mais assez pour les mouiller fortement.

Sa main est revenue à ses seins, et j’ai regardé attentivement comment elle pinçait et caressait ses tétons avec ses doigts autolubrifiés. Même de mon point de vue, en bas, je pouvais voir ses tétons durcir rapidement pendant qu’elle faisait cela. Sa main a continué à monter, juste hors de ma vue, vers sa tête qui pendait contre mes cuisses. Le rythme de la main sur son clitoris a augmenté, et je pouvais commencer à entendre des bruits humides venant de sa chatte alors que sa masturbation s’intensifiait. J’ai vite compris ce qu’elle faisait avec cette main, car j’ai entendu un bruit de gargouillement humide provenant de la région de sa tête.

Après s’être nettoyé les doigts, Samantha s’est penchée sur sa chatte trempée, en tenant ses lèvres ouvertes d’un côté. Avec la main sur son clitoris, j’ai pu voir les doux plis roses à l’intérieur, qui se ferment et s’ouvrent lorsqu’elle bouge. Elle a continué comme ça pendant plusieurs minutes, avant de rouler soudainement sur ma poitrine. Elle s’est à nouveau penchée sur le tiroir de la table de nuit, et cette fois-ci, un petit bouchon rose et un tube de lubrifiant sont apparus dans sa main. Elle se retourna et me regarda, comme si elle jugeait que je méritais d’être en sa présence.

Ma maîtresse a alors parlé, la voix pleine de luxure, “Tu as été une bonne esclave jusqu’à présent. Si tu me promets de continuer à te comporter, je te donnerai un petit plaisir. Crois-tu pouvoir faire cela, mon esclave ?”

“Je promets de bien me comporter, Maîtresse. Je ferai tout ce que vous me demanderez”, j’ai promis avec empressement. Ma maîtresse a fait un sourire, pas un sourire heureux ou satisfait, mais un sourire qui suggérait une sorte de malice.

“C’est ce que je pensais. Tenez-moi ça”, m’a-t-elle ordonné. J’ai vu un éclair de rose, et soudain, elle a poussé la base du buttplug dans ma bouche. Étant la bonne petite esclave, je l’ai prise dans ma bouche et l’ai tenue patiemment avec mes dents. Elle a enlevé le haut du lubrifiant, en pressant un peu sur ses doigts, puis elle a mis le lubrifiant de côté, en revenant vers moi à quatre pattes. Sa main s’est retrouvée derrière elle, hors de ma vue, pour préparer son trou de cul au bouchon. Ce faisant, elle s’est penchée vers moi et a tourné la tête, comme pour m’embrasser, mais au lieu de cela, le bouchon dans ma bouche a commencé à glisser entre ses lèvres, jusqu’à ce que sa courte longueur soit complètement dans sa bouche et que ses lèvres touchent les miennes. Nos visages étaient si proches l’un de l’autre que j’ai eu une vue fantastique lorsqu’elle a brièvement soufflé le buttplug, en levant et en baissant la tête, en léchant sa longueur, en le préparant pour son cul. Elle a pris le tout dans sa bouche une fois de plus, me fixant droit dans les yeux, et m’a fait un clin d’œil, avant de le retirer complètement.

J’ai retrouvé les deux pieds de ma maîtresse de chaque côté de ma tête, ses mains se tenant sur la tête de lit. Cette fois, au lieu de s’asseoir sur ma poitrine, elle a commencé à s’accroupir sur mon visage, jusqu’à ce que ses fesses entrent en contact avec le buttplug qui sortait fièrement de ma bouche. Une main s’est glissée entre ses jambes, me saisissant par le menton, pointant mon visage et le buttplug vers le haut pour placer la pointe contre son trou de cul. La descente a recommencé et j’ai eu une vue imprenable, en regardant son trou de cul s’ouvrir facilement pour y placer la pointe du buttplug, à quelques centimètres de mes yeux. Elle a continué à s’enfoncer, son trou de cul s’élargissant devant mes yeux à mesure que le bouchon s’élargissait.

Malheureusement, j’ai vite perdu la vue, car elle a fini par s’asseoir sur le bouchon, en plaçant mes lèvres tendues autour de la base contre son trou de cul. En échange, j’avais maintenant mon nez niché dans ses lèvres de chatte, qui se séparaient et s’engorgeaient de façon obscène en raison de son excitation et de ses précédentes attentions, son clitoris étant à moins de deux pouces de mes yeux. Elle a bientôt commencé à se balancer légèrement d’avant en arrière, se baisant doucement sur le cul de ma bouche. Ses lèvres ont glissé de haut en bas sur mon nez, enduisant mon visage de son jus, et sa main libre a commencé à frotter vigoureusement son clitoris dans le motif circulaire qu’elle aimait tant. Pendant qu’elle faisait cela, je pouvais sentir son trou de cul contre mes lèvres, serrant le buttplug encore et encore, tandis que les étincelles d’un orgasme qui se développait lentement se répandaient dans son corps.

J’ai mangé sa chatte ou j’ai entouré son cul un nombre incalculable de fois, mais je n’avais jamais vu ça comme ça auparavant. C’était comme une sorte de surcharge sensorielle : Sa main était floue sur son clitoris, littéralement à deux pouces de mes yeux. J’entendais la respiration devenir de plus en plus irrégulière, tandis que son balancement sur mon visage devenait de plus en plus frénétique. Mon nez était rempli de l’odeur musquée de son sexe qui se répandait le long de mon visage et de mon nez. Mon visage était couvert de l’humidité de sa chatte. Et peut-être surtout, j’étais scandaleusement excité par la sensation de ce trou du cul serré contre mes lèvres, sentant sa bague se presser encore et encore contre mes lèvres.

J’ai entendu sa respiration s’arrêter soudainement, la main sur son clitoris toujours en mouvement, le reste de son corps toujours aussi mort pendant un instant alors qu’elle arrivait à son orgasme. Elle a soudain fait tomber son poids sur mon visage, en essayant de forcer le bouchon plus profondément dans son cul et d’augmenter la pression de mon nez et de mon visage contre sa chatte, tandis que ses cuisses tremblaient violemment, se serrant l’une contre l’autre. Au milieu d’elle, essayant de me baiser le visage par son orgasme et ses cuisses serrant mes fesses, je pouvais entendre le son de sa voix quand elle arrivait, passant d’un long “Oooh” aigu à une sorte de cri primal alors que sa libération se répandait dans son corps. Après plusieurs secondes de tremblements et de secousses pendant l’orgasme, elle s’est lentement enfoncée dans ma poitrine, la fesse s’éloignant de ma bouche, avant de rouler sur mon corps et de s’allonger en boitant sur le lit, en haletant fortement.

Elle est restée immobile pendant plusieurs minutes, sa respiration revenant progressivement à la normale, ses jambes se crispant de temps en temps sous les secousses de son orgasme. Une main s’est retrouvée derrière elle, cherchant le corps de son mari à côté du sien, me trouvant et s’installant finalement sur mon ventre. Lentement, elle est revenue sur Terre. Avec une profonde respiration, elle s’est finalement redressée, s’asseyant à côté de moi sur le lit. Elle fit une grimace, se pencha sur le côté, et se mit sous elle, en retirant la fiche de contact et en la relançant sur le chevet du lit. Ses yeux se sont fermés pendant un moment, alors qu’elle essayait de se ressaisir après ce qui venait de se passer.

“Maîtresse”, ai-je prudemment commencé, “c’était incroyable. Est-ce que ça va ?”

Ses yeux sont restés fermés, alors qu’elle répondait : “Ça va aller, c’était juste si… intense.” Ses yeux se sont finalement ouverts, errant sans but dans la pièce avant de se concentrer à nouveau sur moi. Ma femme s’est penchée en avant et m’a embrassé sur la joue. Son visage a hésité à côté du mien pendant un moment, puis elle a doucement murmuré “Merci”. Elle m’a embrassé sur la joue une fois de plus et s’est redressée. Ses yeux étaient maintenant durs, et elle semblait presque me regarder fixement.

“Esclave, t’ai-je donné la permission de lâcher le buttplug ?” demanda soudain ma maîtresse.

“Je ne l’ai lâchée que pour t’empêcher de te blesser en tombant, Maîtresse !” J’ai répondu. “S’il vous plaît, Maîtresse, je l’ai seulement fait pour éviter que votre orgasme ne soit gâché. Tu sais que je n’aurais jamais voulu déplaire à ma Maîtresse.” Ma maîtresse m’a regardé pendant un moment, en considérant mes paroles. Soudain, sa main a flashé vers mon visage pour me gifler. Mes poignets étaient toujours attachés à la tête de lit juste au-dessus de ma tête, je ne pouvais que reculer, les yeux fermés et la mâchoire serrée. Sa paume a piqué contre ma joue, envoyant une sensation de brûlure et de picotement sur le côté de mon visage.

“Tu as bouleversé ta maîtresse, esclave !” se mit à me crier dessus. “Je ne t’ai pas dit de lâcher prise, n’est-ce pas ? Peut-être que je voulais que tu le gardes dans ta bouche, pour ne pas t’entendre trouver des excuses ! Peut-être que je voulais que tu sois une bonne petite salope obéissante ! Mais même si tu ne peux pas être obéissante, je peux toujours faire de toi ma petite salope !”

Elle a roulé ses jambes hors du lit, et s’est assise en avant, creusant à nouveau le tiroir ouvert de la tablette de lit. Cette fois, j’ai vu du cuir dans sa main, et un éclair de latex couleur chair, et j’ai su ce qu’elle avait prévu. Elle s’est levée du lit, dépliant le cuir, laissant un gros gode se déployer vers l’extérieur, attaché au cuir. Elle s’est penchée et a mis ses pieds dans la sangle, la tirant jusqu’à ses hanches. Sa “bite” se détachait de son entrejambe, maintenant son attention constante, faisant des signes obscènes d’avant en arrière pendant qu’elle ajustait le harnais du gode ceinture pour qu’il s’adapte correctement. Maintenant correctement équipée pour le travail qu’elle avait prévu, elle me regardait de haut, couchée et vulnérable sur le lit, les mains au-dessus de la tête. Elle a affiché le même sourire malicieux qu’elle m’avait montré plus tôt. Ma maîtresse est remontée sur le lit, saisissant à nouveau la tête de lit, plaçant ses pieds de chaque côté de ma tête. Mais cette fois, au lieu que sa chatte descende lentement devant mon visage, c’était sa bite en caoutchouc qui s’approchait de mon visage, et je savais où cela allait me mener.

“Sois une bonne petite salope et ouvre la bouche pour ta maîtresse”, roucoulait-elle. Esclave obéissante que j’essaie d’être, j’ai ouvert la bouche. Une main est tombée du haut de la tête de lit, s’étendant vers le bas et saisissant la base de sa bite. Elle la pointa directement vers ma bouche consentante, et poussa ses hanches vers l’avant, jusqu’à ce que sa bite touche mes lèvres. “Ma petite salope adore sucer des bites, n’est-ce pas ?” me demanda-t-elle, tout en me tapant doucement le menton, les lèvres et les fesses avec sa bite.

“Oui Maîtresse, j’aime sucer ta bite”, j’ai hoché la tête. Avec cela, elle a encore poussé ses hanches vers l’avant, la forçant à entrer dans ma bouche. Elle a continué à la pousser, remplissant ma bouche de sa bite. J’ai essayé d’être une bonne salope et j’ai commencé à bouger ma tête de haut en bas sur la bite dans ma bouche, mais il est clair que ma Maîtresse voulait avoir le contrôle total. En utilisant la main accrochée au haut de la tête de lit comme levier, elle a attrapé mon visage et a commencé à me baiser lentement la bouche, baisant sa bite lentement dans et hors de ma bouche.

“Ouais, suce cette bite, esclave”, elle m’a grogné dessus. “Dis-moi combien tu aimes sucer cette bite !” La bouche pleine de sa bite, tout ce que j’ai réussi à faire, c’est de grogner très satisfait. Avec cet encouragement, ma maîtresse a augmenté le rythme, en essayant de me baiser encore plus fort. Malheureusement, je n’ai pas pu supporter sa bite qui s’enfonçait dans le fond de ma bouche, essayant de se frayer un chemin dans ma gorge. Je me suis mis à tousser, étouffé par la bite dans ma bouche. Ma maîtresse a lentement glissé vers l’arrière, en fourrant le strapon de ma bouche. En essayant de me remettre, j’ai senti la bite en caoutchouc glisser le long de mes lèvres, sur mon menton, et elle m’a giflé à nouveau avec, cette fois-ci avec ma propre salive, en me piquant légèrement. Ma maîtresse s’est levée au-dessus de moi et j’ai pu voir des cordes de ma propre salive pendre de sa bite, comme ma femme l’avait fait tant de fois auparavant sur ma propre bite.

“Awww, est-ce que c’était trop de bite pour toi, bébé ?”, ricanait-elle. “Si tu ne peux pas supporter toute cette bite dans ta bouche, alors peut-être qu’on devrait voir combien tu en supportes dans ton cul. Retourne-toi ! Lève ce cul en l’air pour ta maîtresse !”

Attaché comme je l’étais, c’était un peu gênant à faire, mais j’ai vite fait de me conformer aux ordres de ma maîtresse. En me retournant, les cordes de mes poignets se sont entrecroisées, rapprochant mes mains de la tête de lit, ne me laissant presque plus de place pour les bouger. J’ai levé les genoux sous moi et j’ai poussé mon cul pour que ma maîtresse en fasse ce qu’elle voulait. J’ai senti son mouvement derrière moi, et j’ai serré mon menton contre ma poitrine pour la regarder la tête en bas à travers mes propres jambes. J’ai encore entendu le haut se détacher du lubrifiant, et j’ai bronché involontairement lorsque j’ai senti le lubrifiant froid sur mon trou de cul.

Ses doigts ont commencé à masser lentement autour de mon trou de cul, le détendant pour ce qui allait suivre. J’ai senti une main glisser entre nous, et soudain ses doigts se sont à nouveau enroulés autour de mes couilles, serrant fermement, pas assez pour faire mal, mais assez pour me rappeler qui était le responsable ici. La main a glissé plus bas, prenant ma queue, et elle a commencé à la caresser lentement de haut en bas. Soudain, elle lâcha prise et se repoussa de mon cul d’attente. Elle est tombée sur le dos et s’est poussée vers l’avant, sous ma bite qui pendait.

J’ai senti ses mains se lever et saisir mes fesses, les serrant et les écartant. Elle a pris ma bite juste dans sa bouche, et j’ai senti ses ongles gratter lentement mes fesses jusqu’à l’arrière de mes jambes. Une main a alors attrapé ma bite, et a commencé à en caresser lentement le bas, alors qu’elle ne gardait que la tête dans sa bouche. L’autre main s’est approchée de mon cul, et j’ai de nouveau senti ses doigts glissants frotter un lent cercle sur mon trou de cul. Un doigt s’est facilement enfoncé à l’intérieur, et elle a commencé à l’attirer et à le retirer, lubrifiant l’intérieur de mon cul. J’ai senti le doigt se retirer complètement, et puis il y avait deux doigts qui poussaient contre mon trou de cul. Je gémissais doucement quand ils entraient en moi, profitant de la pénétration plus large et plus profonde de plusieurs doigts. Ses doigts m’ont baisé profondément, à l’intérieur et à l’extérieur, se tordant dans mon cul, m’envoyant des frissons dans la colonne vertébrale.

J’ai senti les doigts de mon cul pousser un peu vers le bas, puis elle a commencé à pousser lentement mais vigoureusement vers l’avant, en poussant contre ma prostate. Pendant qu’elle faisait cela, j’ai commencé à vraiment remplir cette plénitude, comme si mon cul tout entier était rempli de ses doigts, sentant la pression qui descendait de l’endroit où ses doigts frottaient fermement sur mes couilles et remontaient le long de ma queue. Alors qu’elle continuait à stimuler ma prostate, j’ai senti sa bouche quitter ma bite, bien que sa main ait continué à glisser de haut en bas sur toute sa longueur.

“Tu aimes ça, petite salope au cul ?” me demanda ma maîtresse.

“Oui maîtresse”, répondis-je.

“Dis-moi ce que tu aimes, je veux t’entendre le dire !” ordonna-t-elle. La main qui caressait ma bite s’est levée et a saisi mes couilles, sa menace était claire.

“Maîtresse, j’aime la façon dont vous touchez mon cul. Tes doigts qui me baisent le cul sont si bons que tu sais comment me toucher. J’aime sentir que tu me remplis le cul et que tu frappes ma prostate, Maîtresse. J’aime être ta petite salope obéissante au cul.” Ses doigts ont continué leur travail dans mon cul, et ma respiration devenait de plus en plus irrégulière.

“Très bien, esclave. Maintenant, es-tu prêt à ce que je te baise le cul avec cette grosse bite ?”

“Oui, Maîtresse, s’il vous plaît, baisez mon cul. Je veux sentir que tu me prends par derrière, s’il te plaît, remplis mon cul avec ta bite, Maîtresse !” J’ai supplié. J’ai senti ses doigts glisser lentement hors de mon cul, laissant un sentiment de vide alors que j’avais envie d’être rempli à nouveau. Elle s’est mise à genoux derrière moi, et j’ai senti la bite en caoutchouc contre mon trou du cul. J’ai pris une grande respiration et je me suis détendu. J’ai senti ma maîtresse commencer à pousser lentement la tête de la bite contre moi, et la tête de la bite est entrée lentement dans mon trou de cul. J’ai senti ses mains saisir mes fesses, tenant mon cul grand ouvert pour elle, et j’ai été ravi de me sentir aussi exposé et vulnérable à ma maîtresse. Elle a poussé ses hanches vers l’avant et le strapon épais s’est enfoncé dans mon cul sur toute sa longueur, ce qui m’a fait gémir très fort.

Ma maîtresse a continué à écarter les fesses de mon cul, se réjouissant à la vue de sa bite qui pénétrait profondément dans mon cul et en sortait. Pendant qu’elle me baisait, je pouvais voir ma bite se balancer sous moi, gonflée par l’excitation des activités cumulées de la matinée. J’avais tellement envie de pouvoir la toucher moi-même, de me donner l’orgasme dont j’avais tant besoin, mais avec mes mains attachées à la tête de lit, la seule personne qui pouvait me donner ce dont j’avais besoin était ma maîtresse. J’ai senti une de ses mains quitter mon cul, et j’ai soudain haleté alors que le gode ceinture sautait à la vie en moi. En regardant derrière moi, j’ai vu la télécommande dans sa main, le cordon qui descendait jusqu’à la sangle qui avait commencé à vibrer dans mon cul.

“Ooooh, mon esclave aime ça, n’est-ce pas ?” roucoula-t-elle, en remontant le cadran jusqu’en haut. Ma réponse a été de remettre ma tête dans l’oreiller, et je me suis mis à gémir bruyamment en essayant de remettre mon cul sur sa bite, l’aidant à me baiser profondément. Je pouvais sentir les vibrations du strap-on dans toute mon aine, comme si elles se répercutaient de haut en bas sur ma bite. Les sensations étaient incroyables, et tout ce que je voulais faire, c’était de toucher ma bite de haut en bas. De la façon dont nous allions, il suffisait peut-être d’un simple toucher pour déclencher mon orgasme, si tant est que cela se produise. J’ai essayé de baisser mon cul, de pointer sa bite vers le bas pour toucher directement ma prostate à chaque coup, en espérant atteindre mon orgasme par contact anal uniquement, quand j’ai soudain senti une explosion piquante sur mon cul, le bruit fort de peau sur peau remplissant la pièce pendant que ma maîtresse me donnait la fessée. Alors même que je criais de surprise, sa main est retombée sur mon cul.

“Je vais te baiser à fond, salope. Je veux que tu te sentes comme la salope que tu es, ma salope !” cria-t-elle, ralentissant son rythme jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la tête de sa bite dans mon cul. J’ai essayé de ramener mon cul sur sa bite, de me remplir, mais je n’ai pas pu me pousser plus loin. J’ai sorti ma tête de l’oreiller et je me suis retourné sur mon épaule pour voir ma maîtresse au plus sexy. Ses cheveux étaient froissés de sexe, mais encadraient toujours son visage de façon magnifique. Ses gros tétons roses étaient au centre de l’attention, son excitation se voyait dans le rouge qui coulait sur le haut de sa poitrine. Je pouvais voir ses seins se soulever rapidement pour correspondre à sa respiration lourde.

J’ai commencé à la supplier : “S’il vous plaît, Maîtresse, ne vous arrêtez pas, continuez à me baiser, baisez mon cul. J’ai besoin de sentir ta bite en moi, jusqu’au bout, Maîtresse.”

Ma maîtresse m’a fait un mince sourire, et j’ai senti ses mains monter sur mes hanches, les tenant fermement. Elle a rapidement fait claquer ses propres hanches vers l’avant, et le gode ceinture s’est enfoncé dans mon cul sur toute sa longueur. Elle a maintenu son emprise sur mes hanches, et s’en est servie pour commencer à me baiser violemment, aussi profondément qu’elle le pouvait. Chaque coup était si profond qu’il me faisait presque mal, mais en même temps, c’était incroyable. La façon dont elle prenait le contrôle, en me baisant profondément, j’étais vraiment sa petite salope de cul, et j’en aimais chaque instant.

“Oh Maîtresse, j’adore être ta salope de cul ! Ça fait tellement de bien quand tu me baises dans le cul !” Je gémissais.

“Mon esclave est-il prêt à venir chercher sa maîtresse ?” grogna-t-elle, tout en continuant à me frapper le cul avec sa hanche.

“Oui, Maîtresse, je veux venir pour toi ! S’il vous plaît, caressez ma bite, Maîtresse, laissez-moi venir, s’il vous plaît, Maîtresse !” J’ai crié. J’ai senti qu’elle arrêtait de me baiser, et elle est sortie lentement de mon cul. “S’il vous plaît, Maîtresse, n’arrêtez pas de me baiser, j’ai besoin de votre bite en moi, Maîtresse !”

“Remets-toi sur le dos, salope. Je veux te voir tirer pour moi, je veux te voir arriver”, a-t-elle ordonné. Je me suis immédiatement retournée sur le dos, en détendant les cordes de mes poignets, espérant avoir sa bite en moi rapidement pour que je puisse venir. “Lève les genoux, salope. Je veux un accès complet à toi.” J’ai rapidement obéi à l’ordre de ma maîtresse.

J’ai encore senti la bite vibrante sur mon trou de cul, mais cette fois, elle s’est glissée assez facilement à l’intérieur de mon trou de cul desserré. Ma maîtresse l’a enfoncée à nouveau profondément en moi, puis s’est arrêtée. Elle a attrapé mes jambes et les a placées sur ses épaules, en tenant mes jambes en l’air, lui permettant de se pencher en avant et de me baiser profondément, comme je lui avais fait tant de fois auparavant. Tout le scénario était atrocement chaud. En contrôlant mes jambes comme elle le faisait, elle était capable d’incliner mes hanches juste comme il faut pour que chaque coup de sangle touche ma prostate, de sorte que je puisse vraiment venir juste de la baise.

“Maîtresse, puis-je venir vous chercher ?” J’ai supplié frénétiquement. Elle a souri, et a continué à me botter le cul sans un mot. Sa réponse était claire, et j’ai fermé les yeux et essayé de combattre le sentiment croissant en moi alors que j’approchais de la falaise, même si elle continuait à me baiser. Soudain, j’ai senti sa main s’enrouler autour de ma bite. “S’il vous plaît, Maîtresse, si vous me caressez la bite, je viendrai vous chercher !” Je l’ai supplié.

“Bien, viens me chercher, avec ma bite dans le cul”, a-t-elle dit. Elle a serré ma bite, sa main encore humide de lubrifiant, et elle a commencé à me branler avec cette prise serrée. Cela n’a pas pu être plus que quelques coups, quand j’ai finalement obtenu ma libération.

“Je viens pour vous Maîtresse !” J’ai grogné. J’ai commencé à venir, et j’ai eu l’impression qu’elle la poussait physiquement hors de ma bite en me baisant le cul. Avec toute cette accumulation, c’était un gros coup. Quand elle m’a secoué la bite, d’épaisses cordes en sont sorties et ont atterri sur ma poitrine et mon ventre. J’ai frissonné de façon incontrôlable pendant que mon orgasme me traversait, à un niveau d’intensité que je ne suis pas sûr d’avoir jamais connu auparavant. Cela a continué pendant plusieurs secondes, alors qu’elle ralentissait le rythme de sa baise et de ses caresses. Elle a continué lentement à travers la réplique de mon orgasme, avant de sortir lentement de mon cul. Je me sentais étrangement vide sans qu’elle ne soit plus en moi.

Je pouvais à peine bouger, j’étais tellement épuisé par tout le processus. Je n’avais même pas envie de nettoyer le désordre qu’on avait fait de ma poitrine. J’ai senti ma maîtresse se lever du lit, et je l’ai entendue défaire les pressions sur le harnais en cuir de la courroie. Quelques instants plus tard, ma belle et merveilleuse épouse s’est glissée dans le lit avec moi, serrée contre mon côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *