La meilleure éjaculation de ma vie

Quand j’étais enfant, j’ai réalisé que les vêtements des femmes étaient plus doux et plus sexy. J’ai commencé à porter les culottes en acier de mes sœurs et j’aimais leur coupe et leur toucher. Quand j’étais enfant, j’ai réalisé que les vêtements féminins étaient plus doux et plus sexy. J’ai commencé à porter les culottes en acier de mes soeurs et j’aimais leur coupe et leur toucher, c’était si doux et si câlin. Je les portais à l’école. Puis je suis passée aux collants, aux jupes et aux chemisiers. Je sortais la nuit en les sortant en douce, je trouvais un endroit isolé comme le stade du lycée, je les mettais et je me promenais. J’en venais toujours à être excitée et je finissais par me faire battre. Quand j’ai eu l’âge d’avoir une voiture, j’avais un endroit où cacher ma collection et je me promenais aussi en voiture, toute habillée en vêtements de femme.

Cela m’excitait tellement que je trouvais sans cesse de nouvelles façons plus excitantes de me branler. Je le faisais en conduisant des camions de l’armée, en public, dans le garage, avec n’importe quel type de lubrifiant que je pouvais trouver, allongé sur le sol froid en ciment du garage, bref, avec ce sperme à l’esprit. Oui, toujours avec une sorte de vêtement de femme.

Plus tard, j’ai dû attendre que ma femme soit au travail et toute la maison s’est transformée en ma petite maison de pute privée où je me suis maltraité. À cette époque, je ne possédais que des culottes pour femmes et je ne les portais que. J’ai commencé à me raser les couilles et la bite, puis je suis passé à mon ventre et à mon cul, puis à tout mon corps. J’étais alors tellement lisse et soyeux. J’avais aussi découvert que j’avais deux trous de désir et que j’y mettais presque n’importe quoi en me branlant. Je mettais des manches de balai, des dépoussiéreurs, des pelles, des râteliers, l’ascenseur était tout autour, il allait dans mon cul. De plus en plus profondément, jusqu’à ce que je voie mon ventre se gonfler. Je mettais des crayons, des stylos, de l’argenterie, des tuyaux et des sons dans ma bite. WOW je m’amusais tellement. Avec les tuyaux, je les remplissais d’huile de cuisson et je la soufflais dans ma bite au fur et à mesure que je l’insérais, j’atteignais une longueur de 30cm dans ma bite. J’adore ça.

Un jour, ma femme est partie tôt au travail et je me suis habillé avec des bas, une jarretière, un soutien-gorge, des talons et un slip intégral. J’ai rempli mon mais d’huile et d’un gros gode et je suis allé faire un tour en voiture. Je me suis mis à jouir de tout mon corps en conduisant. En entrant dans le garage, je l’ai vu du coin de l’œil, la chose ultime à me fourrer dans le cul. J’étais tellement excitée que j’ai couru dans la maison pour prendre l’huile de cuisson. De retour au garage, toujours bien habillé, j’ai sorti le gode de mon cul, j’ai trouvé l’entonnoir, je me suis dirigé vers le mur et je me suis appuyé sur l’épaule, j’ai mis l’entonnoir dans mon cul et j’ai jeté ¾ de la bouteille dans mon cul. Puis j’ai pris le tuyau et j’ai aspiré de l’huile dedans et je l’ai inséré dans ma bite en soufflant l’huile à l’intérieur. Une fois que j’ai été huilé, je suis allé vers lui, un baril de roue. Je l’ai fait asseoir et j’ai poussé la façade contre le mur. Je me suis mis à genoux, j’ai soulevé le patin et j’ai reculé dans la poignée. Mon cul s’est ouvert et a accepté la poignée de 2 pouces. J’ai jeté le dérapage par-dessus et j’ai continué à reculer en regardant sous moi pour voir ce qui se passait, il y avait ma queue chauve et mes couilles qui pendaient là, dégoulinantes et dures comme de la pierre. Je me suis penché et j’ai étalé l’huile sur mes couilles et ma queue en commençant à jouer avec moi-même. J’ai continué à pousser la poignée du baril de la roue plus profondément en moi pendant que je me massais les couilles. Je suis allé si loin que j’ai dépassé la limite où la poignée est passée du rond au carré, deux pieds à l’intérieur. J’étais tellement excité que je n’arrivais pas à y croire. De l’huile jaillissait de mon cul et je me suis mis à jouir encore et encore du tuyau dans ma bite. J’ai mis la main dans ma bouche. L’orgasme était si fort que je suis tombé en tirant le baril de la roue avec moi, j’ai failli m’évanouir. Une fois sur le dos, j’ai dû haleter pour respirer et le sperme a bavé sur mon visage, le long de mes joues, sur mes yeux et mon menton. C’était fantastique. Je suis resté allongé pendant environ une heure à me pisser dessus de l’huile en me massant. Puis je me suis retournée en tirant sur la poignée et j’ai libéré l’huile de mon cul en la laissant couler entre mes jambes et dans mon dos. Je me suis sentie sensationnellement couverte d’huile et de sperme.

Après m’être calmé, j’ai placé un morceau de plastique sur le siège de ma voiture, je suis monté et je suis allé à la lisière du bois. En entrant dans les bois, totalement seul, couvert de sperme et d’huile, toujours avec le tuyau dans la bite, j’ai commencé à me déshabiller. Quelque part autour de la marque des 2 miles, j’étais totalement nue et je me sentais merveilleusement bien. Je suis retourné à la voiture avec mes vêtements trempés sur l’épaule, me sentant libre comme un oiseau et si fier de moi.

Je me baise encore avec le tonneau de la roue et tout ce que je peux trouver, mais je n’ai jamais eu un orgasme aussi grand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *