La première nuit

dominatrice enculeuse histoire porno

Ils sont entrés dans la pièce et ont laissé la porte se refermer derrière eux, enfin seuls. Instantanément, ils étaient dans les bras l’un de l’autre, s’embrassant avec avidité. Soudain, elle a rompu le baiser,

“Doucement, mon chou, on a tout le temps pour ça. Je vais aller me changer, pourquoi ne pas te déshabiller pour moi”. Avec un sourire, elle est entrée dans la salle de bains.

Quand elle en est sortie, le garçon était nu et rougissait en le voyant en chair et en os pour la première fois. Elle portait un haut en dentelle presque diaphane, ses seins se tendaient sur le tissu, et une paire de culottes en dentelle, la matière s’accrochant à la forme de sa féminité. Ils se regardèrent tous les deux avec convoitise pendant un moment, sa bite s’agitant déjà, ses lèvres s’humidifiant lentement.

“Sur le lit, et assumez karta pour mon animal de compagnie”, ordonna-t-elle.

Il grimpa sur le matelas, et prit la position, s’appuyant sur ses bras, en cambrant ses fesses vers le haut. Ses jambes sont bien écartées, ses parties les plus intimes restent ouvertes à son regard.

“Voilà un bon animal de compagnie obéissant”, dit-elle, en posant sa tête, en la faisant remonter le long de sa colonne vertébrale et en s’arrêtant à la fente de ses fesses.

“Nous allons commencer par une inspection. Vous m’offrez votre corps, et nous devons nous assurer qu’il en est digne. Vous avez certainement l’air en forme et en bonne santé. De bonnes fesses fermes”, poursuit-elle en serrant ses fesses dans sa main, avant de placer le bout de ses doigts entre les globes fermes.

“Quel joli anus tu as caressé”, dit-elle, en traçant un doigt autour du bord de l’ouverture plissée, ce qui le fait gémir doucement. Elle a fait courir le doigt sur son périnée, remarquant à quel point il était sensible à son toucher, tout comme son anus.

Elle a pris son scrotum dans sa main, le serrant doucement, faisant rouler ses testicules entre son pouce et son doigt, étirant le sac.

“Tout semble très sain comme animal de compagnie” lui dit-elle, alors que sa main continuait sa descente, le bout des doigts courant sous sa queue déjà raide.

Elle sourit à elle-même, heureuse que l’excitation quasi constante de ce jeune sous-fifre soit entièrement due à elle. En enroulant sa main autour de son bâton, elle commença à le masturber de façon experte, le laissant complètement droit en quelques secondes.

“Mmm… vous êtes un animal de compagnie de belle taille, Maîtresse est très contente.”

“Merci, Maîtresse”, répondit le garçon, rougissant devant les éloges et son exposition.

“Plus tard, tu me montreras comment ton corps se resserre quand tu jouis” lui dit-elle, en continuant à caresser lentement sa queue raide, “mais tu ne peux pas encore jouir, caresse-le. Tu dois gagner tes fesses en étant un bon petit garçon et en faisant plaisir à ta maîtresse. Tu veux faire plaisir à ta maîtresse, n’est-ce pas ?

“Oui Maîtresse”, il respira, “Je vis pour vous servir et vous faire plaisir.”

“Bon garçon, si bon garçon” elle le loua, le masturbant lentement jusqu’à ce qu’elle entende sa respiration s’alourdir et que de petits gémissements de plaisir se fassent entendre, avant de s’arrêter brusquement, laissant son érection suspendue entre ses cuisses écartées, le bout brillant de pré-cum. Se levant du lit et se dirigeant vers la commode, elle lui répondit par-dessus son épaule ;

“Tends la main derrière toi pour moi, mon amour, et écarte bien large ton beau derrière. Je veux voir ton trou s’ouvrir pour moi”.

Sur la commode, elle ouvrit un pot de son lubrifiant préféré, dont elle enduisit généreusement deux doigts. En se retournant vers le garçon, elle observa avec un sourire qu’il avait fait ce qu’elle lui avait ordonné, ses mains écartant ses fesses, de sorte que l’ouverture rose plissée entre elles était grande ouverte sur l’étalage.

En retournant au lit, elle s’agenouilla derrière lui, l’admirant une seconde. Souriant à elle-même, elle se pencha et l’embrassa entre ses fesses écartées, sa langue s’élançant pour appuyer sur le bord de son anus.

“Il s’écria : “Oh, Maîtresse !

En gloussant, elle fit passer sa langue dans son périnée à travers son trou.

“Comme ça, mon garçon ? Si tu es bon, tu pourras peut-être en avoir plus plus tard.”

Il se mit à répondre, mais il gémit profondément lorsque le bout de ses doigts lubrifiés trouva son anus pour la première fois. En frottant le lubrifiant contre l’extérieur de son trou, elle enfonça un doigt à l’intérieur, le faisant glisser lentement jusqu’à la jointure. En le retirant, elle en a pressé deux contre lui cette fois-ci, et lui a souri, satisfaite, car son corps les a facilement pris tous les deux à l’intérieur.

“Quel bon garçon, si serré et si chaud”, ronronna-t-elle, “bien que je pense que nous devrons t’étirer avant que tu sois prêt à être utilisé correctement”.

Elle fit glisser ses doigts vers l’intérieur et l’extérieur de lui lentement pendant quelques minutes, les tordant comme elle le fit, massant sa prostate, appréciant la sensation qu’il avait et la vue de son bord joliment étiré. Puis elle a retiré ses doigts, le faisant gémir légèrement de déception, son trou se refermant bien.

“Bon, où est-il, ah celui-là devrait faire” a-t-elle déclaré, en retirant de son sac un bouchon de taille moyenne. Elle se retourna vers lui et lui ordonna de le faire,

“Garde ces fesses bien écartées pour moi chérie, j’ai besoin que ton trou soit ouvert pour ça.”

Agenouillé derrière lui, il frissonnait légèrement lorsqu’elle plaça le bout de la prise contre lui. En appuyant doucement mais fermement, le bout s’est glissé vers lui, son anneau serré s’étendant autour de lui. Elle l’a entouré et lui a caressé légèrement la queue, l’encourageant, tandis qu’il grognait en pressant fermement le bouchon contre lui.

“Bon garçon, détends-toi, appuie-toi contre moi, voilà”, roucoula-t-elle alors que le point le plus large du bouchon glissait sur son sphincter et qu’il se refermait autour de celui-ci, avec seulement l’extrémité évasée laissée à l’extérieur.

“Maintenant, nous allons laisser ça là un moment, le temps de vous réchauffer un peu plus, extérieurement”, dit-elle en riant. “Mets tes bras sous ta tête et relève tes fesses.”

Comme il l’avait ordonné, elle continua à lui parler.

“Apprendre à prendre des punitions est une partie vitale du dressage de tout sous-marin. Ton derrière n’est pas seulement pour baiser, il sera pour donner la fessée et la flagellation si tu me déplais. La punition pour les garçons et les filles de mon écurie est une fessée à fond nu, avec une main, un fouet ou une canne, à raison de dix coups par fesse. Les infractions plus graves entraînent une double fessée sur le derrière, ou les vingt habituelles mais entre les jambes. Compris ?

“Oui Maîtresse”, le garçon a avalé.

“Bien” répondit-elle, en prenant un petit fouet en cuir dans sa valise, “maintenant, comme tu as été un très bon garçon, et que c’est ton entraînement, tu n’en auras que dix au total. Tu compteras chacun d’eux avant de recevoir le suivant”.

Avec cela, elle a balancé son bras et le flogger a atterri sur son dos ferme, le faisant basculer vers l’avant par surprise. Malgré cela, il se souvient encore du compte ;

“Une Maîtresse”, dit-il en haletant.

Neuf ans plus tard, son derrière était d’un rouge agréable, la teinte cramoisie n’étant brisée que par la poignée noire du bouchon qui sortait d’entre ses deux fesses rondes.

“Je pense que tu es prêt”, déclara-t-elle, souriant sournoisement en tendant la main, prit la fiche fermement dans sa main et, sans crier gare, la lui retira d’un seul mouvement. Le garçon s’écria alors que son anus s’étirait soudainement en largeur, et elle fut heureuse de voir, en s’approchant, qu’il ne se refermait pas entièrement ; il était prêt pour elle.

Elle ouvrit à nouveau sa valise et sortit un bandeau qu’elle avait acheté spécialement pour son moment. Elle se déplaça pour s’asseoir à côté de sa tête, son entrejambe couvert de dentelle à quelques centimètres de son visage. Il gémissait doucement, il pouvait sentir son excitation, voir comment le tissu doux suivait les contours de ses douces lèvres.

Alors qu’elle lui glissait le bandeau sur les yeux, elle lui chuchota à l’oreille,

“Les sensations seront accrues mon animal de compagnie. D’ailleurs, vous n’avez pas encore gagné l’honneur de contempler ma splendeur nue.”

Enfermé dans l’obscurité, il se tendit les oreilles, n’entendant que le doux murmure de la dentelle, et elle enleva sa culotte. Oh, comme il voulait désespérément voir ce qui se trouvait entre ses jambes, pour vénérer sa parfaite féminité ! Il l’entendit fouiller dans sa valise, à la recherche de ce qu’il savait être sa ceinture. Il se demandait en silence quelle serait sa taille. Il espérait tellement qu’il pourrait la prendre. Le garçon sentit le lit bouger alors qu’elle grimpait derrière lui, soudain très conscient de l’exposition de ses parties intimes.

Saisissant un de ses fesses dans chacune de ses mains, elle l’a écarté, se déplaçant vers l’avant, de sorte que la pointe du strapon reposait contre l’ouverture du lit, ce qui l’a fait gémir d’avance.

“C’est ce que tu veux, mon petit garçon chéri ? Que ta Maîtresse glisse sa belle grosse bite dans ton petit cul lisse et serré ? Qu’elle utilise ce petit trou gourmand pour son vrai but ?”

Il a supplié, la voulant, “oui, s’il vous plaît Maîtresse, prenez-moi, remplissez mon derrière, je vous supplie de me baiser.”

“Un si bon garçon”, elle ronronna en poussant fermement mais lentement avec ses hanches, regardant la tête du manche étirer son jeune anus, le bord s’élargissant alors qu’elle s’enfonçait plus profondément dans lui.

En regardant le bord lisse de son anus s’étirer alors qu’elle retirait la longueur de la queue, serrant fermement la tige, elle commença à utiliser habilement toute la longueur de sa queue pour ouvrir son jeune rectum serré. Utilisant habilement ses hanches, elle s’enfonça profondément dans son corps, le pénétrant de chaque centimètre de la tige.

“Oh mon Dieu, tu es si serré”, grogna-t-elle en s’approchant de lui de plus en plus profondément, son corps serrant fermement la tige, la faisant appuyer fortement sur son clitoris.

En quelques minutes, elle sentit son orgasme approcher ; elle avait voulu être lente et douce la première fois, mais il était si serré, et son trou semblait si parfait, tendu autour de son axe, qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de le baiser fort. Pendant un instant, les seuls sons qu’elle entendait étaient ses cris chaque fois qu’elle se lançait à fond vers lui, la tête de son gode frappant sa prostate, et le claquement de son ventre et de ses cuisses lorsqu’ils se frappaient contre son corps. Sa bite et ses couilles palpitantes se balançaient d’un côté à l’autre pendant qu’elle le baisait, le pré-cum suintant du bout de son pénis. Comme elle sentait ce picotement familier s’installer entre ses jambes, elle lui a écarté les fesses aussi loin que possible, ne voulant pas perdre un centimètre du gode ceinture, voulant qu’il se sente complètement rassasié. Avec un cri, elle l’enfonça une dernière fois dans son corps, éjaculant fortement, lui saisissant les hanches et tirant son corps vers l’arrière pour qu’il rencontre la tige envahissante, lançant un coup de lance sur sa jeune et tendre forme.

Respirant lourdement, elle s’étendit en avant, s’appuyant sur son dos, sangle au poignet enfouie dans ses entrailles brûlantes.

“Oh chéri, tu as été parfait, absolument merveilleux”, lui fit-elle des compliments alors qu’elle se remettait, lui envoyant de doux baisers sur le dos.

Il respirait tout aussi fort et ne pouvait que lui murmurer des platitudes, se prélassant dans la chaude lueur de lui avoir fait plaisir, d’être devenu un avec elle.

Au bout de quelques instants, elle lui embrassa le cou, jusqu’à l’oreille, et lui chuchota “sur le dos maintenant, ma chérie”.

Tenant ses hanches pour le maintenir immobile, elle commença très lentement à se retirer de lui, jusqu’à ce que finalement la tête du strap-on apparaisse d’entre ses fesses roses, son anus légèrement rouge scintillant de lubrifiant entre elles, ouvert, comme si elle suppliait pour en avoir plus. Il gémissait de déception, sachant que pour toujours, chaque instant où elle n’était pas en lui serait un moment où il se sentirait vide, et moins que complet.

Alors qu’il se retournait pour s’allonger sur le dos, elle prit l’ourlet de son haut dans ses mains et le souleva au-dessus de sa tête, lui révélant ses seins pour la première fois.

“Wow” est tout ce qu’il a pu rassembler, abasourdi par la vision de la beauté qui s’offrait à lui. Elle était maintenant complètement nue, seule la tige épaisse qui dépassait entre ses cuisses lui cachait sa vulve.

“Maîtresse, vous êtes parfaite” murmura-t-il. Elle jeta un coup d’œil entre ses propres cuisses, à sa longue queue dure, et elle savait qu’il pensait chaque mot.

Sans mot dire, elle se dirigea vers lui. Alors qu’elle s’agenouillait entre ses jambes, il les a tirées vers le haut de sa poitrine, lui permettant d’accéder plus facilement à son ouverture. Elle le fixa profondément dans les yeux, caressant sa fesse d’une main tandis qu’elle plaçait le bout du gode ceinture contre son anus.

“Tu sais que tu m’appartiens, n’est-ce pas mon animal de compagnie ?” lui demanda-t-elle.

Il ne pouvait que hocher la tête, incapable de détourner son regard de ses yeux. Lentement, elle s’est enfoncée sur lui, la tige de sa courroie glissant facilement dans son derrière bien utilisé, jusqu’à ce que son ventre s’appuie sur le sien, sa queue dure pressée entre eux, ses seins contre sa poitrine. Elle resta immobile pendant un moment, tandis qu’ils s’embrassaient doucement, les langues se retrouvant, et qu’il enroulait ses jambes autour de son dos.

Doucement, avec amour, elle commença à balancer ses hanches, lui faisant l’amour. Il s’écria avec plaisir tandis que sa queue se recourbait vers lui, remplissant son intestin. La tirant fortement contre lui, il lui chuchota à l’oreille,

“Jouis en moi ma Reine, ma Déesse. Jouis dans mon trou. Remplis-moi, fais-moi tienne. Je t’aime. Je te vénère.”

Souriant à son merveilleux garçon, elle leva un sein à sa bouche, soupirant de plaisir lorsqu’il commença à lui sucer le mamelon, l’étroitesse de son corps faisant déjà que le gode appuie agréablement sur son clitoris. Son garçon parfait serait bien utilisé dès le matin qu’elle connaissait, et elle serait bien satisfaite. Elle ferma les yeux, pensant à la façon dont elle allait le faire descendre sur elle avec sa merveilleuse langue pendant une heure environ pour donner à son trou le temps de se remettre. Ce serait une nuit dont on se souviendrait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *