Un jeune soumis fisté et baisé sauvagement par sa maman dominatrice

jeune soumis a dominatrice

“Regarde-toi”, m’ordonna Amélie à l’oreille. Elle se tint derrière moi. Ses mains caressaient le haut de mes épaules, le long de mes bras, puis à nouveau vers le haut. Puis le bout de ses doigts coulait légèrement dans mon dos. Des frissons couvraient mon corps à son contact et à mon excitation. J’ai senti ma bite se contracter en regardant.

Je me tenais devant un miroir intégral et j’ai vu mon fantasme prendre vie. Ma femme a souri par-dessus mon épaule alors que je me regardais. Ses mains se sont déplacées de mon dos vers mes hanches. Elle a suivi mes hanches jusqu’à mon front. Lentement et avec séduction, elle a glissé le bout de ses doigts dans la ceinture du collant en résille qui s’est enroulé autour du bas de mon corps. Elle a enfoncé sa main plus bas pour pénétrer dans le string noir que je portais alors qu’elle enroulait sa main autour de ma queue durcissante.

“J’aime vraiment la façon dont tes talons rendent tes jambes sexy”, me dit-elle en me taquinant l’oreille pendant qu’elle me frottait. J’ai immédiatement pensé à la veille, lorsque j’avais reçu un SMS m’invitant à me rendre dans un magasin de chaussures pour femmes pour faire un achat. Prenez des talons et essayez-les au magasin. Puis elle a gémi pendant qu’elle frottait. “Tu n’es pas contente que je t’aie fait les acheter ?”

“Si”, lui répondis-je.

Elle m’a tapé fort sur la joue droite de mon cul. “Oui, quoi ?”

“Oui, Maîtresse”, je me suis corrigé.

“Très bien, salope”, elle m’a encouragé en me donnant une autre claque sur le derrière.

Elle m’a enfoncé ses seins dans le dos. La dentelle de son nounours me frôlait avec la même douceur que le bout de ses doigts avant. Puis, la douceur de son toucher et la tendresse de son comportement se sont éloignées. J’ai senti la gomme dure de son gode ceinture au repos entre les fesses de mon cul.

“Je vais faire de toi ma chienne ce soir, petite salope”, me dit-elle en ronronnant dans l’oreille. Puis elle a attrapé mes épaules et m’a tourné sur le côté. Elle a fait un pas en avant pour me faire face. “Maintenant, mets-toi à genoux.”

Je me suis mis à genoux et je l’ai regardée. Elle s’est penchée, a attrapé une poignée de mes cheveux et m’a dit : “Ouvre la bouche.” Je me suis conformé à l’ordre et j’ai écarté les lèvres alors que le bout de sa bite en caoutchouc s’enfonçait dans mon visage. Elle n’a pas permis à ma tête de bouger. Elle m’a tenu en place en poussant ses hanches vers l’avant. Son gode s’est enfoncé profondément dans ma bouche et s’est immobilisé à l’arrière de ma gorge. J’ai eu des haut-le-coeur avant qu’elle ne lâche prise. Elle s’est retirée un peu avant d’avancer à nouveau. Puis elle a lentement commencé à m’enfoncer ses hanches dans le visage. Ma bouche s’est étirée et j’ai senti des crachats se former autour du phallus en caoutchouc qui remplissait ma bouche.

Amélie a continué à me baiser le visage pendant un moment. Soudain, elle s’est éloignée. “Retourne-toi et mets-toi à quatre pattes.”

Je n’ai pas hésité à me mettre en position. Je me suis mis à quatre pattes. Mon front a touché le sol et j’ai regardé le long de mon corps pour voir ma bite se gonfler à la retenue de ma culotte. Une forte claque a rempli la pièce juste avant qu’une piqûre aiguë ne s’installe dans mes fesses. Les filets de pêche n’offraient aucune protection contre les coups malveillants portés à ma peau. Je pouvais sentir mon cul devenir rouge. Puis elle m’a donné une nouvelle fessée, mais plus dure et du côté opposé. Le grésillement m’a donné des frissons dans la colonne vertébrale et dans le dos avant qu’elle ne frotte doucement ma peau pour apaiser la douleur.

J’ai senti tout mon corps frissonner pendant une seconde seulement avant qu’elle ne m’applique ses deux mains à plat sur le cul. Soudain, elle a enfoncé ses poings dans le filet de mes bas et les a déchirés. Je gémissais à l’idée d’être pris avec une telle ferveur, mais elle n’était pas prête à me baiser. Au lieu de cela, elle se frottait un peu plus ; d’abord sur mon cul, puis sous ma queue. Enfin, elle a accroché son pouce à l’arrière de mon string et l’a tiré de côté.

“Ouvre-moi”, dit-elle en me donnant une autre claque sur le cul.

J’ai écarté les genoux jusqu’à ce que je ne puisse plus descendre. L’intérieur de mes cuisses me brûlait à la sensation d’avoir les muscles si écartés. Puis j’ai entendu une bouteille de lubrifiant s’ouvrir et j’ai senti une bouffée de liquide suintant recouvrir mon trou.

Amélie a laissé le lubrifiant couler sur moi pendant une seconde avant de m’enfoncer un doigt dans le cul. Elle a reculé aussi vite que le lubrifiant a continué à couler. Puis elle a utilisé la partie plate de son pouce pour pousser plus de lubrifiant dans mon trou. Je pouvais sentir le liquide glissant s’accumuler à l’intérieur de mon cul.

“Tu sais ce que je fais en ce moment ? Je te remplis le cul de mon sperme.”

Je n’avais jamais été curieux de l’idée de me faire remplir le cul de sperme, mais son esprit sale me faisait sentir sale et ça m’excitait encore plus.

Sans plus de discussion, j’ai senti deux de ses doigts se frayer un chemin jusqu’au centre de mon cul. Elle les a enfoncés en moi, mais cette fois, elle ne les a pas retirés. Mon trou de cul frémit à son invasion soudaine.

“Ma petite salope trempée… Tu veux te faire baiser, n’est-ce pas ?” elle se moquait de ma vulnérabilité.

“Tu ferais mieux de te détendre… ou ça va faire mal”, dit-elle en commençant à m’enfoncer un troisième doigt. J’ai pris une profonde inspiration et j’ai fait de mon mieux pour m’ouvrir à elle quand son troisième doigt est entré. J’ai senti que je m’étirais en frissonnant pendant une seconde. Elle a cessé de pousser vers l’intérieur une fois que ses articulations ont rencontré mon cul. Elle a attendu que mes muscles se détendent avant de reculer si légèrement.

“Respirez”, ordonna-t-elle doucement en poussant lentement le bout de son avant-doigt dans mon trou.

Je gémissais fort quand elle poussait ses doigts en moi aussi loin qu’ils le pouvaient. Elle s’est retirée et a poussé plusieurs fois avant que je me détende suffisamment pour qu’elle commence à me baiser avec ses doigts. Puis j’ai senti une autre bruine de liquide froid entrer dans mon cul juste au moment où le bout de son pouce se mettait à me toucher en plein centre.

Elle a placé sa main à plat au milieu de mon dos et m’a poussé vers le bas pour me faire arquer pour elle. Puis elle a commencé à s’avancer contre la résistance de mon cul. Je m’étirais plus que je n’avais jamais été auparavant. C’était angoissant et glorieux lorsque je sentais sa main s’élargir au niveau de ses articulations. J’ai essayé de ne pas gémir quand ses articulations ont traversé mon trou d’extension.

Amélie m’a laissé m’adapter à la largeur de sa main en moi avant qu’elle ne s’enfonce plus profondément en moi.

“Et c’est mon pouce”, dit-elle avec un soupçon d’autosatisfaction alors que sa main glissait en moi en passant devant mon rectum. Ma bite a imbibé ma culotte de pré-cum. Mes jambes me faisaient mal à force de s’étirer. Mon cul était si plein en présence de sa main à l’intérieur de moi. Puis elle a poussé un peu plus profondément et j’ai senti sa main disparaître jusqu’à son poignet.

J’ai crié de désespoir sexuel total. “Oh putain, Maîtresse ! J’ai tellement besoin de jouir !”

J’ai tendu la main entre mes jambes et j’ai commencé à frotter ma bite dans ma culotte. J’étais si près du bord de l’orgasme que je n’ai pas pu m’empêcher de me branler. Soudain, Amélie m’a arraché la main.

“Putain, n’ose même pas, connasse.” Elle a commandé à travers des dents serrées et m’a poussé fort en guise d’avertissement.

J’ai ramené ma main et mon front sur le sol alors qu’elle continuait à me frapper.

“C’est une bonne petite salope”, me dit-elle, “lâche-toi pour que je puisse baiser ta chatte.”

J’ai senti plus de gouttes de pré-cum de ma bite alors qu’elle roucoulait et se moquait avec son poing dans mon cul. Je n’ai pas pu résister plus longtemps.

“S’il te plaît, baise moi, Maîtresse”, je gémissais.

“Qu’est-ce que tu veux, salope ?” Elle m’a demandé. Je sais qu’elle m’a déjà entendue, mais elle voulait que je la supplie.

“S’il te plaît, baise moi, Maîtresse”, lui répétai-je.

“Dis-moi ce que tu veux”, elle a continué à se moquer.

“Je veux que tu me baises le cul avec ta bite, Maîtresse”, j’ai supplié.

Elle arrêta de bouger sa main en moi et se retira lentement. Je sentais que mon cul restait dilaté. Je suis resté ouvert pour elle alors qu’elle posait ses mains sur mes hanches et guidait la tête de sa sangle sur mon trou. Elle a poussé vers l’avant et m’a pénétré d’un seul coup. Sa bite s’est enfoncée en moi jusqu’à ce que le devant de ses hanches repose contre mon cul. Puis elle a reculé jusqu’à ce que son membre en caoutchouc se retire de moi juste pour le pousser à nouveau. Elle me taquinait malgré mon envie drastique de jouir.

“S’il te plaît, baise mon cul, Maîtresse”, je l’ai supplié.

Elle a répondu à ma supplication avec une forte poussée en avant. Neuf pouces d’agressivité épaisse ont rempli mon cul et m’ont presque envoyé au sol. Mes bras ont plié jusqu’à ce que je sois allongé face contre terre avec mon cul en l’air. La bite de Amélie m’a pénétré jusqu’à la poignée et elle a commencé à me baiser fort. Ses hanches ont tapé fort contre mon cul. Les sons humides de mon trou rempli de lubrifiant entourant sa bite en caoutchouc ont rempli la pièce. Amélie m’a martelé jusqu’à ce que je ne puisse plus supporter ça.

“Oh ! Putain ! Je peux jouir, Maîtresse ?” J’ai crié sur le sol alors qu’elle continuait à me baiser par derrière.

“Puis-je jouir pour vous, Maîtresse ?” J’ai supplié à nouveau.

Sa miséricorde est venue avec un seul mot. “Oui.”

Je me suis mis entre les jambes et j’ai mis ma main dans ma culotte. J’ai attrapé ma bite et j’ai commencé à me branler au rythme de Amélie qui me martelait le cul. Je sentais les muscles de ma bite se développer pour exploser pendant que je frottais. Puis j’ai braillé. D’énormes giclées de sperme coulaient de ma bite et se déversaient dans le doux tissu de ma culotte. J’ai pompé mon poing pendant que Amélie me baisait le cul jusqu’à ce que le devant de ma culotte soit plein de sperme.

Mon orgasme s’est calmé et Amélie a lentement retiré sa bite de mon cul. Je suis tombé en avant, épuisé, et je me suis couché à plat ventre, les jambes encore écartées. Amélie a passé sa main sur mon cul, puis sur mes couilles et en dessous de ma bite. Je me suis tortillé et j’ai tremblé à son toucher post-orgasme.

“MMM, tu es trempée devant et derrière, salope”, gémissait-elle joyeusement.

“Oui, madame. Merci, Maîtresse”, lui ai-je dit avec un sourire bien baisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *