Une femme encule un mec dans le bar

homme enculé par une femme dans un bar

Il est dix heures du soir un mercredi et le bar est bondé. Il fait 35 degrés ce soir, donc je suis sûr que cela a probablement un rapport avec la situation.

En arrivant au bar, je me suis excusé alors que je me glissais entre deux personnes. D’un côté, il y a un homme âgé chauve et en surpoids qui porte un costume de loisir en polyester. Mais de l’autre côté, je ne peux que dire que c’est la plus belle femme que j’ai jamais vue.

J’ai commandé une bière et pendant que j’attendais, la femme s’est penchée et m’a murmuré à l’oreille. Dieu merci, vous êtes venue. Je m’appelle Cindy et je vous attendais. Disco Dan là-bas a commencé à me draguer dès que j’ai passé la porte. Alors je lui ai dit que j’attendais mon petit ami. Alors s’il te plaît, sois mon petit ami pour la nuit.

En la regardant voir à travers son chemisier, j’ai souri et j’ai dit bonjour à Cindy, désolée d’être en retard. J’ai eu des problèmes de dernière minute au travail. Tu veux une autre bière, Hun ?

Je n’ai pas besoin de regarder disco Dan pour savoir qu’il est énervé, il a juste frappé sa bouteille de bière si fort qu’elle a craqué. Mais je m’en fiche, je regardais son chemisier transparent bleu pâle et ce qu’elle peut appeler un soutien-gorge. C’est un morceau de ficelle avec un brin de dentelle qui ne cache pas ses petits seins fermes ou ses tétons très durs.

Elle se racle la gorge pour attirer mon attention et je regarde son visage souriant. Puis elle m’a dit que ma culotte ressemblait à mon soutien-gorge, vous pourrez peut-être le voir par vous-même ce soir si vous avez de la chance. J’ai senti mon visage devenir rouge alors qu’elle souriait et riait.

Je ne sais pas si c’était ses yeux bruns ou son bronzage foncé ou peut-être ce sourire de merde, mais j’étais sans voix. En riant, elle m’a dit : “Allez, petit ami, je ne peux pas être la première fille à qui tu parles. Je dois aller me laver les mains, ça devrait te donner une chance de reprendre ton souffle, ok.

En la regardant s’éloigner, je n’arrêtais pas de penser à l’aspect de son cul dans cette culotte.

Sa jupe était courte et plissée, comme celle qu’une écolière porterait, mais ces bas noirs et ces talons hauts ne faisaient absolument pas partie d’une tenue d’écolière dont je connaissais l’existence.

Quand elle n’est pas revenue, je me suis dit qu’elle était partie pour la nuit, alors j’ai pris ma bière et je suis allé jouer au billard dans l’arrière salle.

J’y étais depuis une heure environ et il se faisait tard. J’avais gagné quelques parties et je pensais rentrer à la maison quand elle a posé sa pièce de 25 cents et a dit la prochaine partie.

En regardant dans ce putain de sourire, j’ai failli rater le tir. En souriant, elle m’a demandé si je l’avais manquée. En frappant la dernière balle, je lui ai répondu : “Pas question que Cindy I new you se montre, du moins je l’espérais.

Alors que je lui dis, la première Cindy de la dame, tu vas la casser. Elle a ri en me disant : “Je suis sûre que tu ne veux pas parier sur le jeu. Pourquoi pas, je lui ai répondu, ce que vous voulez parier.

Elle s’est dirigée vers la table et s’est penchée pour tirer. En regardant par-dessus son épaule, elle a souri et m’a dit : “Que dis-tu de ça, alors qu’elle remue ses fesses ? Je regarde bien sa culotte noire à froufrous, encadrée par deux lanières de cuir noir et je dis d’accord.

Elle a une bonne pause et laisse tomber deux balles solides. Elle vient me voir et me dit : “Et si tu gagnes, je rentre à la maison avec toi et je suis ton esclave sexuelle et je fais tout ce que tu veux. En me regardant dans les yeux, elle me touche la joue et me dit : “Absolument tout !

Son prochain tir a raté et j’aurais dû alors réaliser qu’elle se jouait de moi. Elle l’a martelé alors qu’il lui suffisait de taper dessus pour qu’il tombe. Je me suis approché d’elle et je lui ai demandé ce qui se passerait si vous gagniez. En souriant, elle me dit que si je gagne, tu rentres chez toi avec moi et tu deviens mon esclave sexuelle pour la nuit. Qu’est-ce que tu dis de ça ?

Je laisse tomber les trois prochaines boules avant de lui demander ce qu’elle entend par esclave sexuel. Elle s’est penchée sur la table pour s’assurer que je regardais bien son chemisier. Son soutien-gorge a disparu et j’avais raison. Ses seins étaient parfaits comme je le pensais, petits et guilleret avec des tétons durs.

L’entendre s’éclaircir la gorge me fait lever les yeux. Elle a souri en disant que nous devions arrêter de nous rencontrer comme ça. Ses lèvres étaient à quelques centimètres des miennes pendant qu’elle chuchote, tu sais qu’on baise et qu’on suce jusqu’à ce que je sois épuisé.

Elle me donne un baiser rapide et m’aligne un coup facile. En riant quand elle a raté son coup, elle a dit qu’on devrait peut-être faire ce deux sur trois. C’est mon tour maintenant et je dirige la table. Avant de lâcher la boule 8, je la regarde et je lui demande si tu es sûr de vouloir le faire.

Lorsque la boule 8 tombe dans la poche, je la regarde et je lui dis que c’est une boule de moins que Cindy et que vous voulez toujours parier. Vous ne semblez pas être très douée au billard et je ne veux vraiment pas profiter de vous. Elle a souri avant de dire : “Eh bien, on peut toujours augmenter la mise si tu penses que tu es si bon.

Je suis stupide, je l’ai laissée faire une nouvelle pause et en deux minutes, tout est fini. Je suis là à regarder la table et je n’arrive pas à y croire, elle a perdu toutes ses boules en moins de deux minutes. En la regardant, je lui dis que tu t’es joué de moi, salope. En riant, elle me dit : “Allez, remets-toi, tu es un grand garçon, en plus de l’égalité, tu as encore une chance, mais tu te retires si tu es une poule mouillée.

Il n’y a pas moyen qu’elle ait le meilleur de moi et je le lui ai dit. Je me dis que même si je perds, je gagne, alors on s’en fout. C’est là que je me suis demandé à quoi servaient les bretelles, alors je lui ai demandé.

A la seconde où c’est sorti de ma bouche, j’ai envie de me donner un coup de pied. Mais quand je la regarde, elle sourit. En s’approchant de moi, elle me dit que si tu perds ce jeu, tu le découvriras. Puis elle se tourne vers la table et il lui faut une trentaine de secondes pour débarrasser la table. Puis elle tourne lentement autour de la table jusqu’à ce qu’elle se tienne devant moi.

Ok, c’est le moment pour moi d’encaisser notre pari et pour toi de découvrir à quoi servent les bandes. Elle prend la queue de billard dans ma main avant de soulever le devant de sa robe. J’ai failli tomber, sous sa robe, dans sa culotte, il y avait une bite, pas une vraie bien sûr, mais une de ces lanières.

J’ai dû avoir un regard choqué, car en voyant ma réaction, elle m’a dit : “Tu peux toujours reculer si tu n’es pas assez viril. Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas si je peux. Mais ce qui m’a vraiment surpris, c’est que je me suis dit que j’aimerais essayer.

J’ai regardé autour de la salle de billard et j’ai vu qu’ils étaient seuls, qu’il n’y avait personne. Je l’ai regardée pendant une minute ou deux sans savoir quoi dire. Pour la première fois, je vois l’incertitude sur son visage quand soudain elle me dit que je suis désolé, que je n’aurais pas dû faire ça. Quand je t’ai vu pour la première fois, la pensée de baiser m’a vraiment excité. J’y ai pensé toute la nuit et je ne savais pas comment m’y prendre autrement.

Elle continue à me parler en respirant à peine, jusqu’à ce que soudain elle me dise d’oublier. Quand elle s’est retournée pour partir, je me suis surpris à lui dire “attends une minute, tu vas gagner le pari que tu ne veux pas prendre. Sans se retourner, elle m’a dit : “Es-tu sûr ? Je veux dire non, mais je dis oui. Je suis prêt à essayer si nous prenons notre temps et si nous allons lentement. Sur ce, elle s’est retournée et m’a embrassé. Elle m’a serré dans ses bras et m’a murmuré que tu étais bébé.

Il est maintenant minuit passé, la salle de billard est vide, à l’exception de l’employé qui dort. Ses bras autour de moi, elle continue à m’embrasser, ses lèvres sont si douces qu’on dirait que j’embrasse un brin de soie. J’étais presque en transe lorsqu’elle m’a murmuré à l’oreille de me sucer la bite. Choqué et ne sachant pas si j’avais bien entendu, je lui ai répondu par quoi ! Elle m’a embrassé à nouveau, cette fois-ci avec une faim lubrique, elle m’a regardé dans les yeux, fais-le maintenant bébé, suce ma bite.

Je m’en suis rendu compte, mais j’avais déjà pris sa bite dans sa culotte et je la caressais. Je n’ai jamais été aussi excité de ma vie et avant de réaliser ce que je faisais, je me suis mis à genoux. En tenant sa bite dans ma main, j’ai léché le bout avant de prendre la tête dans ma bouche.

En levant les yeux, je vois que ses yeux sont fermés et qu’elle se mord la langue en respirant fort. Ses mains sur mes épaules tremblent. Quand je mets mes mains sur son cul, elle reprend son souffle et j’entends AHHHHHHH. En prenant ma tête dans ses mains, elle me regarde à travers des yeux à moitié fermés et voit ma bouche sur sa queue. En la sentant tirer sur ma tête, j’ouvre la bouche et sa bite entre lentement dans ma bouche quand elle dit : “Oui, bébé, suce ma bite”.

Ses doigts sont entrelacés dans mes cheveux alors qu’elle tire ma bouche sur la longueur de sa bite. Quand je m’étouffe, elle sort un peu et me dit de me détendre avant de rentrer. Je ferme les yeux et je me détends, cette fois-ci, ça va un peu plus loin. Lorsqu’elle sort, je place mes mains sur son cul et je tire, déterminé cette fois à tout prendre. En me battant au-delà de mon réflexe de bâillonnement, je peux sentir sa bite descendre dans ma gorge.

Ses mains tirent plus fort mes cheveux pendant qu’elle baise grossièrement ma bouche. Elle force sa bite dans ma bouche, en la baisant fort. Ses jambes commencent à trembler et, d’après la chaleur humide soudaine sur ma poitrine, je sais qu’elle vient d’arriver. Elle continue à jouir en baisant dans ma bouche, chaque orgasme étant plus grand que le précédent. Chaque fois que je tire sur son cul, elle m’enfonce sa bite dans la gorge jusqu’à ce qu’elle frémisse enfin d’un dernier plaisir orgasmique et qu’elle soit épuisée.

En regardant le commis, je vois qu’il dort encore, en tirant sur sa main, je lui dis qu’elle me lâche. Mais elle recule et me dit qu’elle a hâte d’avoir besoin de moi maintenant. Elle m’embrasse alors qu’elle ouvre mon pantalon et je le sens tomber par terre. Je sors de mon pantalon alors qu’elle se met à genoux.

En parlant de ma bite dure dans sa main, elle lèche le prépuce du bout avant de l’avaler sans s’arrêter jusqu’à ce que son nez touche mon ventre. Au bout de quelques minutes, elle retire sa bouche de ma bite. En me regardant, elle me dit : “Passe-moi mon sac à main, bébé”. Je suis trop loin pour l’interroger, alors je lui tends le sac à main.

Elle recommence à me sucer la bite, m’amenant au point d’orgasme quatre ou cinq fois. Chaque fois, elle s’arrêtait juste à temps. Debout, elle me retourne et me penche sur le billard. Avant de fermer les yeux, j’ai regardé par-dessus mon épaule. J’ai vu sa robe drapé sur sa bite qui pointait vers le plafond.

Dans le noir, on dirait qu’elle avait une vraie bite. En la regardant déboutonner son chemisier, je vois ses seins et cela me rappelle qu’elle est toute femme. Je la regarde mettre du lubrifiant sur son doigt, ce qui me crispe. Quand son doigt est entré dans mon cul, ça m’a fait un peu mal. Mais quand elle a mis le lubrifiant dans mon cul, j’ai senti ma bite devenir encore plus dure, plus dure que jamais, c’était si dur que ça faisait mal.

Bientôt, le doigt est retiré et je me crispe quand je sens qu’il est remplacé par la tête de sa bite. Avec une main sur ma hanche et l’autre qui caresse ma bite, elle m’a dit : “OK, bébé, détends-toi, ça vient, je vais d’abord y aller doucement pour que tu t’habitues, mais ensuite je te donnerai tout. Elle s’est arrêtée quand j’ai haleté en entrant dans la tête, puis avec une lente poussée, j’ai senti ses hanches toucher mes cuisses.

Je pensais que ça allait faire mal mais j’ai été choqué quand j’ai senti que ça allait si bien. Quelques coups et je me suis retrouvée sur sa main. Mais cela ne l’a pas arrêtée, quand elle a réalisé que je jouissais, elle a mis ses doigts sur mes lèvres en disant : “Goûte, salope, goûte, lèche-moi les doigts”. J’ai fait ce qu’elle m’a dit et j’étais tellement excitée que je ferais tout ce qu’elle me demanderait.

Quand sa main était propre, elle a mis les deux sur mes hanches et a commencé à me baiser. Elle a commencé doucement ; je pouvais sentir chaque ondulation sur sa bite quand elle se retirait lentement avant de la claquer à la maison. Elle me parlait pendant que son orgasme se développait, me disant à quel point elle se sentait bien. Quand elle a pris de la vitesse, ses grognements m’ont dit qu’elle se rapprochait et quand son orgasme est arrivé, elle m’a enfoncé sa bite dans le cul si vite et si fort qu’elle m’a fait rebondir sur la table.

À chaque orgasme, elle ralentissait et me disait à quel point elle se sentait bien. Puis, lorsqu’elle commençait à avoir un autre orgasme, elle recommençait à me frapper le cul jusqu’à ce qu’à son troisième orgasme, je sois à nouveau dur et prêt à jouir.

Je me suis surprise à dire : “Allez, salope, donne-moi vraiment ça, baise mon cul comme tu le veux. En entendant cela, elle m’a giflé et m’a dit : “Ok, bébé, prépare-toi, tu veux que ce soit fort et rapide, je vais te le donner fort et rapide”.

En tenant mes hanches serrées, elle a posé ses pieds sur le sol. Alors qu’elle me baisait comme une folle, ses coups étaient si forts que mes pieds se soulevaient du sol. Cette fois-ci, quand elle est arrivée, elle n’a pas ralenti, elle m’a plutôt baisé plus fort. Quand j’ai senti son sperme, je l’ai rejointe avec l’orgasme le plus intense et le plus dur de ma vie.

Nous avons dû faire beaucoup de bruit parce que le commis s’est réveillé et quand il a réalisé ce que nous faisions, il a commencé à nous crier dessus pour sortir. Aussi vite que j’ai pu mettre mon pantalon, nous sommes partis.

C’était il y a deux ans, nous étions encore ensemble et nous faisons encore des choses folles de sexe. Qui sait, peut-être qu’un jour tu nous attraperas dans un bar. Peut-être que si tu as de la chance, tu pourras te joindre à nous. Si tu as vraiment de la chance, tu pourras goûter à la bite de Cindy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *