Mon affaire

salope dans la chambre hôtel

Je m’appelle Heather, j’ai 30 ans et j’ai un secret. J’ai eu une liaison récemment. Pour être honnête, c’était plus une aventure qu’une liaison, mais cela impliquait quand même de tromper mon mari. Je ne l’avais jamais trompé auparavant et maintenant que j’ai goûté à ce qu’un autre homme peut me donner, je peux dire sans risque de me tromper à nouveau. Je ne regrette pas du tout ce que j’ai fait, je dois juste dire à quelqu’un ce que j’ai fait, me soulager pour ainsi dire. Laissez-moi vous expliquer.

J’ai rencontré mon mari, David, quand j’avais 19 ans. David a quelques mois de plus que moi. Nous nous sommes mariés quand nous avions tous les deux 23 ans. Nous sommes ensemble depuis 11 ans et nous sommes mariés, heureusement, depuis 7 ans.

J’ai eu plusieurs petits amis avant David, mais c’est le premier avec qui j’ai couché. Cela ne veut pas dire que je n’ai jamais donné à aucun de mes anciens petits amis une quelconque action, pas du tout !

Je sortais avec des garçons depuis l’âge de 13 ans, même si à l’époque, ce n’était rien d’autre que des baisers et des tâtonnements avec tous nos vêtements. À 15 ans, j’ai rencontré Steve. Il avait 17 ans et a été le premier “homme” à me voir nue. Il m’a appris les joies du massage érotique et du sexe oral, à la fois donner et recevoir. Pendant l’année que nous avons passée ensemble, j’ai appris et perfectionné toutes les techniques que mes petits amis suivants, dont David, ont appréciées. J’ai fait l’expérience de toute la gamme des activités sexuelles, en apprenant à prendre plaisir aux différences de style et de technique. La seule chose que je n’ai jamais faite, c’est de baiser avec l’un d’entre eux.

Pourquoi ? Je ne sais pas. Une idée romantique de me réserver pour M. Right ? Cela semble peu probable puisque j’étais heureux de faire tout le reste. Quoi qu’il en soit, si c’était le cas, alors David était certainement M. Right !

Nous étions ensemble depuis environ 6 mois quand je lui ai confié ma virginité quelque peu douteuse. Nous étions chez lui et avions passé des heures à nous faire plaisir avec nos mains, nos lèvres et nos langues. S’embrasser et se caresser, se lécher et se sucer. David a toujours aimé mon habileté à faire des fellations fantastiques. Il prétend que je donne le meilleur de lui-même et me taquine souvent à propos de ma “formation”. Depuis le début, nous avons toujours été complètement honnêtes à propos de nos expériences sexuelles.

David avait son visage enfoui dans ma chatte et venait de me manger jusqu’à l’orgasme. Je tremblais encore lorsqu’il a bougé son corps le long du mien pour me prendre dans ses bras. J’aime la proximité de la prise dans les bras alors que mon corps se remet lentement d’une libération cataclysmique. Il a commencé à m’embrasser et je pouvais sentir le goût de ma chatte sur ses lèvres. Alors que nous nous embrassions, mes mains ont cherché sa queue qui était dure et s’est complètement remise d’avoir libéré une charge de sperme dans ma bouche impatiente.

Je l’ai caressée de façon absente, m’émerveillant, comme toujours, de l’effet que j’ai sur elle. Lentement, j’ai commencé à me taquiner avec sa tête, en la faisant glisser de haut en bas le long de ma chatte mouillée. Tout me semblait si juste que, inconsciemment, j’ai commencé à guider la pointe vers mon trou d’attente.

Sans aucune hésitation, David a pris sa décision et a lentement commencé à me glisser sa bite. Je me suis mordu la lèvre inférieure alors que, centimètre par centimètre, il s’enfonçait profondément en moi, m’étirant, me remplissant complètement jusqu’à ce que sa bite soit enfouie jusqu’à la poignée dans ma chatte.

Nous sommes restés allongés là, immobiles pendant un moment, savourant la sensation de nos corps réunis pour la première fois. J’ai saisi sa bite avec ma chatte alors que nous étions allongés là, en l’embrassant profondément. Puis, toujours aussi lentement, David a commencé à bouger. Sa bite a commencé à entrer et à sortir. Je soupirais de plaisir tandis que sa bite entrait et sortait.

David a commencé à augmenter son rythme et mes hanches ont commencé à bouger, se levant pour répondre à chaque poussée de sa bite, nos corps se déplaçant dans un contretemps harmonieux. Une lueur chaude s’est répandue sur moi alors que son corps bougeait, à la fois sur le mien et à l’intérieur du mien, me clouant au lit.

Une fois de plus, David a augmenté son rythme. Sa bite s’enfonçait dans ma chatte, ses couilles me frappaient de toutes parts. J’ai levé les genoux et je l’ai emmené plus profondément, le serrant fermement contre ma chatte. Nous avons baisé à un rythme de plus en plus rapide pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que la respiration de David soit de plus en plus tendue. “Je vais jouir”, dit-il dans un murmure rauque. J’ai fermé les yeux et j’ai hoché la tête, pris par les sensations, puis j’ai soudain senti sa bite se mettre à bouger violemment en moi alors qu’elle vidait sa charge de sperme chaud et collant au fond de ma chatte.

David s’est effondré sur moi et nous sommes restés allongés là, se tenant l’un l’autre. Alors que David avait du sperme, moi pas. Cela n’enlève rien au plaisir que j’ai eu. En fait, je jouis rarement d’avoir été baisée seule. J’ai besoin de l’attention plus directe d’une langue ou d’un doigt sur mon clito.

Depuis lors, le sexe entre nous a toujours été fantastique, même après les 11 ans que nous avons passés ensemble, je ressens toujours la même excitation que celle que j’ai ressentie la toute première fois. Alors pourquoi ai-je eu une liaison ? Ce n’est pas que je n’aime pas David, je l’aime ! Je l’aime probablement encore plus maintenant que je ne l’aimais il y a tant d’années. Je suis également certaine que David ne m’a jamais trompée, alors pourquoi l’ai-je fait ? La réponse, je suppose, est assez simple. Peu importe l’épanouissement que David me procure, et croyez-moi, il y a une chose qu’il ne pouvait pas me donner et c’était la sensation de la bite d’un autre homme en moi. Pourquoi cela devrait-il me déranger alors que David est tout ce que je veux ? Je ne sais pas vraiment. Je suppose qu’il y avait un simple désir de voir si cela serait différent. Comme je l’ai dit plus tôt, j’avais eu beaucoup de petits amis et j’avais été assez aventureuse avec eux, mais seul David m’avait jamais baisée. Au fil des années que nous avons passées ensemble, j’ai ressenti une sorte de “regret” pour toutes ces opportunités gâchées. Je me suis convaincue que si j’étais allée jusqu’au bout avec ne serait-ce que deux de mes anciens petits amis, j’apprécierais encore plus ce que j’avais avec David.

Malgré cela, je n’ai jamais vraiment eu l’intention d’y faire quoi que ce soit. J’étais plus que satisfaite de ce que j’avais et l’idée de me laisser draguer par un parfait inconnu pour une aventure d’un soir était totalement contre ma nature. Alors comment en est-on arrivé à avoir une liaison ?

La réponse se résume à une série de circonstances fortuites. Mon travail m’oblige parfois à me rendre dans différents bureaux à travers le pays. “C’est arrivé lors de mon dernier voyage, il y a quelques mois à peine. Ma société a un bureau à Dublin et j’ai dû y passer une semaine pour rencontrer mes collègues de ce bureau. J’y ai pris l’avion le dimanche après-midi et je rentrais le vendredi, en me faisant installer, comme d’habitude, dans un hôtel de luxe. Les premiers jours se sont déroulés sans incident. C’est le jeudi, alors que j’allais prendre mon repas du soir, que je suis tombé sur Roy.

Roy et moi avions travaillé ensemble il y a plusieurs années et nous étions devenus de bons amis. Rien de sournois, juste des copains. Il était parti il y a environ deux ans pour prendre un emploi à Londres et je ne l’avais pas revu depuis. Il m’a rejoint pour le dîner et m’a ensuite demandé si je voulais le rejoindre pour prendre un verre. J’ai dit oui, car je pensais que ce serait bien d’avoir quelqu’un avec qui je pouvais discuter pour changer.

Au début, la conversation consistait à remplir les formalités habituelles. Nous avons parlé du bon vieux temps, échangé des ragots sur de vieux amis et des connaissances et, en général, nous avons bien ri. Roy a toujours été une personne facile à vivre, très amicale, nous nous sommes toujours bien entendus. Finalement, il m’a dit qu’il allait bientôt émigrer en Australie. Son mariage s’était brisé et c’était l’occasion de prendre un nouveau départ. Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai senti que cela pouvait être ma chance, même si je ne savais pas quoi faire. J’aimais bien Roy, donc ce ne serait pas un étranger, il partait pour commencer une nouvelle vie dans un autre pays, donc ça ne pouvait jamais être sérieux. Ça m’excitait rien que d’y penser. Le problème, c’est que je ne savais pas comment faire un geste.

Le problème s’est résolu vers la fin de la soirée. Nous étions au bar depuis environ trois heures et j’étais un peu joyeux. Mon cœur a failli s’enfoncer quand Roy m’a dit qu’il avait passé une belle soirée mais qu’il allait devoir se retirer pour la nuit. Je me suis résigné au fait que ma chance s’était envolée.

Il s’est levé pour partir et je me suis levée pour lui souhaiter bonne nuit. Ce n’était qu’un bref baiser. Un baiser entre amis, c’était tout ce que cela devait être. Nos lèvres se sont touchées, se sont séparées puis ont été réunies à nouveau. Nous nous sommes embrassés profondément et je savais que je ne pouvais pas laisser passer cela. Nos lèvres se sont séparées et nous nous sommes regardés, il y avait un désir dans ses yeux qui correspondait à mon humeur. J’ai simplement hoché la tête et sans un mot, il m’a ramenée dans sa chambre.

La porte s’est refermée derrière nous et nos lèvres se sont retrouvées. Pendant que nos langues exploraient la bouche de l’autre, nos mains se débattaient avec les vêtements de l’autre, les tirant, les tiraillant, les jetant négligemment sur le sol. Roy était déjà dur. Je lui caressais légèrement la bite pendant que nous nous embrassions, puis je le poussais contre le mur et me mettais à genoux devant lui. J’ai fait courir ma langue sur toute la longueur de sa bite, la caressant, comme je l’ai fait, d’une main tout en jouant doucement avec ses couilles de l’autre. J’ai embrassé et léché sa queue, la recouvrant d’une fine pellicule de salive. J’ai ouvert les lèvres et je l’ai lentement porté à ma bouche.

Roy s’est mis à murmurer doucement tandis que mes lèvres se mettaient à glisser de haut en bas sur la longueur de sa queue. Je l’ai sucé avidement, changeant fréquemment de rythme entre rapide et lent, dur et doux. Pendant que je le suçais, je taquinais doucement la zone située entre ses couilles et son cul, ce qui faisait que ses hanches se déformaient et que sa bite entrait de plus en plus dans ma bouche.

Les mains de Roy étaient sur ma tête, me poussant sur sa bite. Je l’ai fait glisser hors de ma bouche et j’ai fait courir ma langue autour de la tête de sa bite, en rond, en tourbillonnant dans un sens puis dans l’autre. Puis je l’ai repris dans ma bouche.

J’étais vaguement conscient que Roy disait des choses comme “Oh mon Dieu”. et “Vas-y, suce-moi plus fort, petite salope“, alors que mes lèvres s’agitaient sans relâche le long de son poteau. Il se perdait dans les sensations que je lui donnais et j’en aimais chaque minute. Je suis toujours très excitée quand les hommes commencent à me parler de choses cochonnes quand je les suce. Cela me donne un sentiment de pouvoir sur eux.

En le suçant, j’ai commencé à le branler, mes doigts et mes lèvres se rejoignant à mi-chemin sur la longueur de sa queue. Je sentais qu’elle commençait à palpiter quand mes doigts battaient sa queue. Je pouvais sentir le pré-cum dribble de la fin.

Les hanches de Roy ont commencé à se déformer de façon incontrôlable. “Oh Heather !” s’est-il écrié, “Je vais jouir. Je vais jouir dans ta douce petite bouche ! Je vais remplir ta bouche de mon sperme !”

Ma main s’est furieusement jetée sur sa bite, mes lèvres ont glissé vers l’arrière jusqu’à ce que seule la tête soit dans ma bouche. J’ai donné une dernière succion et puis Roy a explosé. Une énorme giclée de sperme chaud et collant a frappé l’arrière de ma gorge. J’ai avalé rapidement, puis une deuxième et une troisième ont suivi. Sa bite a glissé entre mes lèvres alors que deux autres jets m’ont atteint au visage. J’ai avalé son sperme, en me léchant les lèvres et les derniers jets ont atterri sur mes seins. Je suis resté assis pendant que Roy s’affaissait sur le sol. J’ai essuyé son sperme de mon visage puis je l’ai frotté sur la peau de mes seins. Enfin, j’ai léché mes doigts et je me suis intéressée à sa bite semi-dressée, en léchant les dernières gouttes de sperme qui suintaient du bout. Je me suis levée, j’ai donné la main à Roy et je l’ai conduit sur le lit.

Nous nous sommes allongés. En quelques secondes, Roy m’embrassait. Il m’embrassait légèrement sur les lèvres, descendant le long de mon cou et de mes épaules, me rendant folle de désir. Je gémissais quand il commençait à m’embrasser et à me lécher les seins.

D’un mouvement circulaire, commençant à l’extérieur et allant jusqu’au mamelon, il les a léchés chacun à son tour, faisant glisser la peau avec sa salive.

J’ai soupiré lorsque ses mains ont glissé sur ma peau mouillée. Mes seins sont assez gros, fermes et très, très sensibles. Roy les a rapprochés, en taquinant mes tétons entre son pouce et ses doigts.

“Mmm”, ai-je gémi, alors qu’il taquinait doucement chaque mamelon avec ses dents. “Aahh !” J’ai haleté alors qu’il poussait mes seins ensemble et léchait rapidement d’un côté à l’autre. Je me suis mordu la lèvre pour m’empêcher de crier pendant qu’il aspirait le plus possible de chaque mamelon dans sa bouche et qu’il léchait le mamelon avec sa langue. J’étais pris dans l’extase de me faire lécher les seins et de les voir pressés, sucés et caressés.

Avec un dernier baiser, il a quitté mes seins et s’est déplacé vers le bas. Roy m’a écarté les jambes, a laissé tomber sa tête sur ma chatte et a fait courir sa langue légèrement sur toute sa longueur. Sa langue a claqué sur mon clitoris gonflé, envoyant des bouffées de plaisir dans tout mon corps. Sa langue a écarté les lèvres de ma chatte et s’est enfoncée doucement dans mon trou d’eau.

La langue de Roy a clapote et clapote, les sensations dans ma chatte sont devenues plus fortes. Mes jambes étaient au-dessus de ses épaules et Roy s’est levé pour jouer avec mes seins tandis que sa langue continuait à explorer ma chatte.

Les mains de Roy serraient et taquinaient mes tétons alors que sa langue se concentrait sur mon clitoris. J’ai poussé mes seins ensemble pendant qu’il travaillait sur mes tétons.

“Plus fort !” Je gémissais. “Serrez mes seins et léchez-moi plus fort ! Baise-moi avec ta langue. Vas-y, baise moi !” J’ai crié quand les sensations ont commencé à prendre le dessus.

Mes hanches se poussaient de façon incontrôlable tandis que Roy léchait et suçait frénétiquement mon clitoris. J’ai senti mon moi glisser sur le bord.

“Oh oui, oh oui, mmm OUI !!” J’ai pleuré en arrivant, en m’agrippant aux cheveux de Roy, en poussant son visage plus fort contre ma chatte palpitante.

Alors que des vagues successives de bonheur orgasmique me traversaient, la langue de Roy continuait à me lécher et à sonder mes parties inférieures. Tout mon corps était en feu alors que mon orgasme continuait à monter. Soudain, je tremblais de façon incontrôlable. “OOOOHHH YESSSS !!” J’ai crié alors qu’un second orgasme plus fort me transperçait. “AAHH !” J’ai gémi, puis j’ai su que j’avais besoin de la bite de Roy en moi.

“Arrêtez”, j’ai supplié. “Je veux ta bite. Baise-moi”, je t’ai supplié. “Baise-moi, je veux ta bite en moi. Je veux te sentir en moi. Baise-moi, Baise-moi s’il te plaît.” J’étais désespérée de l’avoir.

Roy est monté sur moi. Il m’a embrassé et sa bite a commencé à appuyer sur l’entrée de ma chatte. Il a essayé de me taquiner, mais je n’ai rien ressenti. J’ai tendu la main entre mes jambes, j’ai attrapé sa bite complètement engorgée et je l’ai rapidement guidée en moi. “Ooohh”, j’ai haleté, centimètre par centimètre, Roy s’est glissé en moi, me remplissant totalement. J’ai levé les genoux pour le laisser entrer plus profondément. Roy a commencé à pousser et j’ai serré ma chatte autour de ce qui n’était que la deuxième bite qui avait jamais été à l’intérieur.

Roy a rapidement trouvé son rythme. Sa bite est entrée et sortie de ma chatte et j’ai enfoncé mes doigts dans les joues de son cul, le forçant à s’enfoncer plus profondément. Il est entré et sorti en glissant avec de longs coups lents et délibérés. Mes propres hanches s’appuyaient contre les siennes et ma chatte se contractait contre sa longueur.

Nous nous sommes retournés. Je me suis penché en avant, en poussant mes seins dans le visage de Roy, alors que je glissais de haut en bas de sa bite. J’ai crié alors qu’il prenait mes seins dans ses mains et commençait à jouer avec eux. Il a levé la tête et s’est mis à sucer, les prenant lentement et profondément dans sa bouche.

Puis les mains de Roy étaient sur mes hanches, me soulevant lentement de haut en bas de sa bite. J’ai glissé vers le haut jusqu’à ce que seul le bout soit encore en moi. J’ai tenu là pendant un moment et ma chatte a redescendu en claquant le long de son bâton, m’empalant dessus. Au bas de chaque coup, je le serrais fort. De haut en bas, mes hanches bougeaient en un rythme propre. De l’intérieur et de l’extérieur, la bite de Roy me remplissait et m’étirait. Je le chevauchais pour ce que je valais pendant qu’il continuait à me lécher et à me sucer les seins.

On s’est encore retourné. Roy a légèrement changé de position, me clouant au lit. Ses hanches poussaient à un rythme de plus en plus rapide. “Oohh oui !” Je soupirai. “Plus fort ! Plus fort ! Baise-moi plus fort. Tu te sens si bien en moi. Baise-moi ! Baise-moi !” Je lui criais des obscénités, je le poussais. Je ne peux pas m’en empêcher. Quand je suis excitée, je n’ai qu’à dire des cochonneries, ça ajoute aux sensations.

Roy respirait fort. J’ai enroulé mes jambes autour de son dos, en attrapant son cul avec mes mains, le poussant de plus en plus profondément. La bite de Roy m’a frappé avec toute la force qu’il a pu rassembler. “J’éjacule”, s’est-il écrié, “Je vais éjaculer en toi”.

“Remplis-moi”, lui ai-je répondu, “Remplis-moi de ton sperme”.

Roy se retira, sa bite glissant presque hors de moi puis il poussa, une longue poussée, dure et puissante. Ses couilles se sont cognées contre moi, sa bite a bougé à l’intérieur de moi et j’ai senti son sperme chaud et collant exploser en moi. Il a poussé encore et un autre jet de sperme a jailli de sa bite, encore et encore il a poussé, son corps tremblait au bord de l’épuisement alors que sa bite crachait charge après charge de sperme au fond de ma chatte douloureuse. Roy s’est effondré sur moi et nous sommes restés allongés là à nous tenir l’un l’autre. Je me sentais euphorique, sachant que j’avais enfin appris ce que ressentait la bite d’un autre homme en moi, mais aussi sachant que malgré tout, j’aimais toujours David plus que tout.

Je suis partie peu de temps après, sachant que le matin, Roy serait parti, bientôt pour un autre pays. J’ai ressenti un léger regret. Non pas pour ce que j’avais fait, mais à l’idée que cela ne se reproduirait plus jamais. Roy avait été fantastique, pas meilleur que David, juste différent. Je me suis allongée dans mon lit et je me suis arrachée avec mes doigts avant de tomber dans un sommeil de rêve.

Le lendemain, j’étais en état d’excitation pendant tout le trajet du retour. Je me suis littéralement jetée sur David dès que je suis rentrée à la maison. Nous avons baisé avec une intensité que nous n’avions jamais connue, mon corps étant encore chargé de la nuit précédente.

Cela fait maintenant presque trois mois que cette nuit-là est passée. Je n’en ai pas parlé à David. Malgré le fait que je l’aime beaucoup et que je ne veux personne d’autre, je ne pense pas qu’il comprendrait. Nous sommes encore plus proches maintenant qu’avant, même si parfois je fantasme sur cette nuit-là quand je suis avec lui.

Alors, ai-je vraiment été infidèle ? Bien sûr que je suis mariée et que je me suis fait défoncer la cervelle par un autre homme, mais aussi agréable que cela ait été, pour reprendre un vieux cliché, juste du sexe. J’avais besoin de le faire sortir en l’air, alors voilà. Peut-être qu’un jour David trouvera ce site et lira cette histoire et alors il saura. Je ne veux jamais lui faire de mal. A la fin de la journée, je voulais trouver quelque chose et maintenant je l’ai fait. Est-ce différent des femmes qu’il a baisées avant de me rencontrer ? Nous avons fait des expériences dans un ordre différent, c’est tout. Maintenant que c’est fait, comme je l’ai dit plus tôt, je suis presque sûr que je n’aurai plus à le faire. Je sais quand je suis sur une bonne chose.