Cocktail dînatoire chez une coquine

sexe après la soirée

Rachel s’est assise sur sa commode, a mis la dernière touche à son maquillage et s’est admirée dans le miroir. Son mari, Edward, lui avait dit qu’il ramenait trois de ses collègues du travail pour des cocktails et des collations en début de soirée et elle s’assurait qu’elle était à son meilleur pour ce cocktail.

Elle avait mis une robe de soirée rouge sur une culotte de soie rouge assortie et un soutien-gorge, les sous-vêtements qu’elle avait choisis étaient courts, la culotte un peu plus qu’un string, pour que cela ne se voit pas à travers sa robe. La robe mettait bien en valeur sa silhouette élancée et soulignait ses seins, pensait-elle, et ajoutait une touche d’élégance, elle s’évasait légèrement dans la jupe et l’ourlet était juste au-dessus de ses genoux.

Elle a choisi avec soin des bijoux, des boucles d’oreilles en diamant et un collier de perles. Elle fut particulièrement impressionnée par le collier ; c’était un cadeau d’Edward et il consistait en un collier complet de grosses perles qui s’étendaient autour de son élégant cou.

Comme il faisait chaud dehors, elle décida d’y aller jambes nues et de mettre ses sandales noires à talons. Ses cheveux noirs allaient bien avec la robe, elle mit ses boucles d’oreilles en diamant et un collier en or et considéra l’effet dans le miroir. “Hmm, pas mal”, dit-elle. Enfin, elle a coupé ses cheveux avec élégance.

Elle réfléchit aux deux dernières années, elle avait vingt-quatre ans et, depuis sa rencontre avec Edward, s’était installée dans une vie stable avec lui. Elle avait un peu de passé, mais tout cela était derrière elle maintenant et Edward semblait heureux qu’elle reste à la maison et qu’elle s’occupe de la maison et qu’elle organise de temps en temps des boissons ou des dîners pour ses nombreux collègues de travail et qu’elle voyage avec lui chaque fois qu’il se rend à l’étranger.

Pendant la journée, lorsqu’elle n’était pas avec Edward, elle s’entraînait régulièrement à sa salle de sport ou promenait leur chien. “Pas une mauvaise vie”, a-t-elle décidé. Elle descendit et s’occupa de préparer de petits en-cas et de ranger les verres et les assiettes.

Pendant qu’elle était occupée, elle pensait à Edward et à ses collègues de travail, elle avait rencontré un ou deux d’entre eux, pour la plupart plus âgés qu’elle, probablement dans la trentaine ou plus, pensait-elle. Elle se demandait exactement ce qu’ils faisaient tous au travail. Elle pensait à sa relation avec Edward. Une relation étrange mais affectueuse, pensait-elle. Récemment, ils avaient discuté en détail de leurs désirs et de leurs fantasmes.

Les pneus de la voiture ont crissé sur le chemin de gravier à l’extérieur et elle a entendu des rires et les portes de la voiture claquer, puis la porte d’entrée s’est ouverte et les hommes sont arrivés, Edward, comme toujours, en tête. Après l’avoir embrassée, il lui a présenté ses collègues. “Ce sont trois de mes amis de travail”, a-t-il dit, “Tony, George et Andrew”.

Ils étaient tous habillés élégamment mais dans un style décontracté avec des chemises à col ouvert et des vestes de sport. Ils semblaient très bien s’entendre, comme s’ils se connaissaient depuis des années, peut-être pensaient-ils Rachel ; ils allaient à l’école ensemble et jouaient au football ou à un jeu similaire ensemble.

Elle est allée au bar dans le coin de la pièce et a proposé de leur offrir à tous un verre. Elle a mélangé les cocktails pendant que les hommes continuaient à parler, ils plaisantaient à propos de quelque chose qui s’était passé pendant la journée.

Ils se sont tous détendus dans les chaises en cuir qu’Edward avait achetées quelque part en Afrique. Rachel aimait l’odeur et le doux confort du revêtement. La conversation se poursuivit, peut-être même sous l’effet de l’alcool. Rachel avait l’impression de dériver, ne rattrapant qu’occasionnellement la conversation. Le cuir était doux et soutenait les cuisses de Rachel, ses jambes étaient légèrement ouvertes.

Elle a soudain réalisé qu’ils parlaient de sexe d’une manière qui l’a surprise. Edward racontait aux autres un acte sexuel qu’ils avaient réalisé il y a quelques soirs dans l’intimité de leur chambre. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il raconte cet événement aux autres, surtout en sa compagnie, elle a été choquée. Les autres se sont joints à la conversation en donnant quelques détails intimes sur leurs partenaires. Malgré sa réaction initiale, Rachel n’a pu s’empêcher d’être très excitée par leur conversation obscène.

Sans prévenir, Edward a dit : “Lève-toi Rachel, nous avons quelque chose à te demander de faire pour nous”. Il s’est levé pour l’aider, et les autres sont restés assis. Edward sortit une fine écharpe de soie de sa poche, se mit derrière elle et lui chuchota à l’oreille “Je pense que tu vas aimer ça, chérie, bien que tu sois libre de dire stop si tu ne veux pas que ça continue”. Elle était intriguée par cela, que voulait-il dire ?

Elle ne s’est pas sentie capable (ou n’a pas voulu ?) de résister et a suivi ses souhaits. À sa grande surprise, il lui a attaché les mains derrière elle avec le foulard de soie. La position de ses mains la contraignait à se tenir debout, la poitrine tournée vers l’extérieur, elle se sentait étrangement vulnérable, mais en sécurité avec Edward qui était là pour la soutenir.

Les autres hommes la regardaient avec admiration. Dans un mouvement très soudain et inattendu, Edward la poussa vers l’une des chaises en cuir à dossier bas et la fit s’agenouiller sur deux tabourets bas qu’il avait placés près du dossier de l’une des chaises en cuir.

Il l’a ensuite poussée doucement pour qu’elle se penche vers l’avant par-dessus le dossier de la chaise. Le dossier de la chaise s’est incliné doucement vers l’avant, soutenant le haut de son corps. Son visage, tourné sur le côté, et ses épaules reposaient sur l’ample coussin en cuir de la chaise. En raison de la contrainte de ses mains dans le lien de l’écharpe de soie, la position lui faisait courber le dos de sorte que ses fesses étaient offertes aux hommes. Elle se demandait ce qui allait se passer ensuite. Elle réalisa soudain qu’Edward réalisait l’un des fantasmes qu’elle lui avait décrits. Le ferait-il complètement comme elle l’avait décrit ?

Sa jupe rouge était montée de telle sorte que le haut de ses cuisses était exposé à l’arrière. Edward a lentement remonté la robe et l’a pliée sur son dos. Ses fesses et la petite culotte rouge en soie étaient exposées à la vue de tous les hommes.

Edward écarta les tabourets qui soutenaient ses genoux de manière à ce que la fine bande de soie qui couvrait sa zone intime soit bien visible et bien tendue. Les hommes s’approchèrent pour voir. La silhouette de son sexe était visible à travers le léger renflement du tissu. Rachel réfléchit à ce qui se passait, elle savait qu’elle aurait pu, si elle le souhaitait, s’opposer à son traitement et se lever et sortir. Cependant, elle se sentait étrangement détendue et intriguée par ce qui allait se passer ensuite.

La bande de tissu rouge qu’elle avait apprise et qui s’étendait entre ses fesses écartées était tout ce qui cachait sa zone intime du regard des hommes. Puis elle a senti la main d’Edward sur l’élastique de sa culotte, il n’allait sûrement pas…. ? D’un geste brusque, il a saisi le tissu, elle a ressenti une vive douleur à cause de l’élastique trop étiré, puis il a cédé, il a relâché le morceau de tissu et ce qui restait a glissé le long de sa jambe gauche jusqu’au genou.

La respiration des hommes était devenue lourde à la vue de la belle jeune femme aux fesses bien ouvertes. Edward caressa doucement les lèvres extérieures de son vagin, puis ses doigts devinrent plus insistants et pénétrèrent dans son vagin humide.

Rachel s’étonnait d’elle-même alors que les doigts qui la sondaient l’excitaient. La pièce était calme, à part la respiration des hommes et le faible bruit de frottement des doigts d’Edward dans sa chatte. Elle pouvait voir du coin de l’oeil que les hommes avaient sorti leur bite de leur pantalon, exposant en même temps leurs couilles.

Edward parlait de son corps en termes très graphiques et très crus, en particulier de la zone qui était exposée aux autres hommes. Ses doigts avaient ouvert ses lèvres vaginales intérieures comme une fleur, exposant son trou de chatte, qui s’est légèrement ouvert, sous lequel on pouvait voir la faible brosse de ses poils pubiens. L’anneau sombre et plissé de son anus était exposé. “Je pense qu’elle est prête pour nous”, a-t-il dit.

Un des autres hommes, Tony, s’est déplacé et Edward s’est écarté. Rachel sentit la chaleur de son bouton en érection sonder l’extérieur de son vagin, forçant son chemin, et d’une rapide poussée il l’avait pénétrée, elle gémit légèrement de surprise. Il ajusta son pied et sa poussée à nouveau, la pénétrant cette fois-ci de manière dure et profonde.

Les autres hommes applaudirent. Tony se retira, presque complètement, pour la pousser à nouveau. Les hommes pouvaient voir ses lèvres intérieures être rentrées et sorties et tendues autour de la queue engorgée. “Rachel gémit, surprise et heureuse que le bouton dur la pénètre profondément, encore et encore.

Tony grogna et entra en elle après seulement quelques coups, son bouton lui faisant gicler son liquide chaud en profondeur. Il retira son pénis encore en érection, qui brillait dans la lumière du soir. Les hommes virent le sperme remonter lentement de la fissure vaginale encore béante de Rachel et s’écouler lentement sur son clitoris, laissant une trace sur le dossier de la chaise. “Tony, bien joué !” dit Edward.

George s’est déplacé entre ses fesses et a caressé son vagin avec ses doigts. Elle était consciente qu’elle était complètement exposée et vulnérable. Elle a été impressionnée par sa douceur, mais cela a été de courte durée, car elle l’a senti utiliser l’humidité de ses doigts pour lui ouvrir l’anus. Il avait récupéré l’humidité de son vagin avec ses doigts et s’en servait pour lubrifier son anus, en massant le bord de la petite ouverture et en la lubrifiant finalement à un point tel qu’il pouvait facilement pénétrer cette étroite ouverture avec deux doigts.

Il s’est reculé pour admirer son travail alors que l’ouverture anale de la jeune femme s’est légèrement ouverte. Puis, au grand désarroi de Rachel, elle sentit la dureté de son pénis pousser contre son anus. Edward l’avait déjà pénétrée de cette façon, mais une seule fois. George pouvait sentir l’odeur de son sexe pleinement excité alors qu’il s’ouvrait et suintait le sperme dépensé par Tony profondément dans sa fissure. Sa bite se raidit contre la résistance de son anus.

D’un coup, il était en elle. Son tube anal s’étirait sous la pression de la bite trop impatiente de George, alors que la luxure l’envahissait, il s’accrochait férocement à ses fesses en la poussant plus loin. Sa fissure anale s’est involontairement contractée sur son pénis, provoquant une intense sensation de plaisir chez George, il a crié à haute voix : “Va te faire foutre Rachel, je vais te rentrer dans le cul”. C’était plus que ce qu’il pouvait supporter et d’une nouvelle poussée vicieuse, son pénis a fait éruption dans son intestin.

Quand ses spasmes orgasmiques se sont calmés, il a retiré doucement sa bite flétrissante. Rachel essaya de conserver un peu de dignité, mais elle fut choquée lorsqu’elle sentit son anus laisser échapper un pet doux involontaire en réaction au violent pompage qu’il avait reçu. Les hommes en ont ri et elle les a entendus discuter à nouveau des détails de son anatomie intime. Du sperme s’échappait de ses deux trous fraîchement percés, elle savait qu’elle était encore ouverte aux yeux des hommes.

Edward la tira à peu près en position debout. La robe rouge coula pour couvrir sa zone de sexe humide. Le morceau de culotte rouge a glissé jusqu’à sa cheville gauche, recouvrant sa chaussure. Puis Edward l’a poussée pour la mettre à genoux sur le sol. Les bras toujours attachés derrière le dos, il a poussé son sexe dans son visage, ce qui l’a forcée à prendre son pénis grossièrement exposé dans sa bouche.

Elle aurait aimé avoir les mains libres pour pouvoir caresser ses couilles, mais ce plaisir ne lui était pas permis. Il a poussé sa bite en érection dans sa bouche et a tenu l’arrière de sa tête avec la paume de sa main droite pendant qu’il s’apprêtait à baiser sa bouche. Ses amis se sont rassemblés pour assister à la scène alors que sa grosse bite veinée entrait et sortait de sa bouche.

Elle essayait de suivre le rythme, en léchant autant que possible la tête de la bite retirée, mais c’était presque impossible car il continuait à se satisfaire dans sa bouche. D’un seul coup final, sa graine explosa de la tête de pomme violette, avec un léger bruit sourd à l’arrière de sa gorge, mais la bite pulsatile était trop forte pour que sa bouche puisse la contenir et elle se libéra à nouveau, en continuant à gicler, sur son visage et ses cheveux. De grosses gouttes de sperme s’accrochèrent à son visage et à ses cheveux et descendirent lentement en laissant des traces dans ses cheveux et sa peau.

Edward la releva et la poussa vers sa position initiale sur les tabourets et se pencha sur le dossier de la chaise en cuir. Edward avait remonté sa robe et elle sentait l’humidité entre ses cuisses exposées se refroidir dans l’air.

Andrew avait observé le spectacle en silence. Sa queue était devenue rigide et sa longueur totale était de neuf pouces et elle avait une énorme circonférence, presque autant que le poignet d’un homme. Les autres hommes admiraient cet énorme pénis, et non sans une certaine envie. Il s’est déplacé et a pris sa place entre les fesses écartées de Rachel. Il pouvait voir que la zone entre ses cuisses était brillamment mouillée, là où le sperme des autres hommes s’était mêlé à sa propre humidité.

Il se pencha sur son dos, frottant l’énorme bite le long de la crevasse entre ses fesses. Il lui tendit la main jusqu’à la nuque, détacha doucement son collier de perles et se remit debout. Rachel tremblait d’impatience ; tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était que l’énorme coq se fraye un chemin dans sa chatte humide. Mais Andrew la fit attendre.

Il lui ouvrit doucement l’anus avec ses doigts et inséra le collier de perles, une perle à la fois, dans son ouverture bien lubrifiée jusqu’à ce que seul le fermoir à une extrémité du collier dépasse du petit anneau plissé.

Ensuite, il a soigneusement ouvert l’ouverture de sa chatte avec ses doigts et lui a massé les fesses écartées. Il était grand et prêt et a doucement poussé son puissant pénis lentement dans sa chatte. Rachel grogna en sentant le pénis massif s’enfoncer dans son corps. Cependant, elle n’était pas du tout préparée à la poussée violente suivante d’Andrew et elle avait l’impression qu’elle allait s’évanouir sous le choc alors qu’il la remplissait complètement.

Andrew s’est rapidement habitué à la tâche et a poussé à plusieurs reprises dans la chatte accueillante de la jeune femme. Rachel sentit l’énorme bouton appuyer sur son clitoris et elle se dirigeait vers un immense orgasme. “Oh mon Dieu !” cria-t-elle, les autres hommes étaient dépassés par le spectacle de la luxure et avaient commencé à masturber leurs bites exposées. Mais Andrew n’avait pas fini et il la pilonnait de toutes ses forces, d’un coup sec après l’autre. Sa grosse queue faisait un bruit de claquement très fort alors qu’elle se glissait facilement dans la chatte trop lubrifiée de Rachel et en sortait.

Rachel sentit l’orgasme se développer en elle à nouveau. Cette fois-ci, alors qu’elle était en pleine phase d’orgasme, Andrew a retiré lentement le collier de son anus, une perle à la fois. Le plaisir de la stimulation anale était si grand que Rachel a crié puis s’est complètement évanouie. Andrew a sorti sa bite de son vagin béant et s’est masturbé pour éjaculer d’énormes fontaines de filaments sur ses fesses et sur sa robe rouge. Les autres hommes ont contribué et sont arrivés à quelques secondes d’intervalle ; couvrant presque complètement le dos de Rachel inconsciente avec des jouissances fraîches et collantes.

Elle s’est réveillée avec les hommes qui essuyaient doucement son corps maintenant nu avec des serviettes chaudes. Après l’avoir nettoyée, et en faisant très attention aux endroits où ils avaient pulvérisé leur propre liquide, ils l’ont enveloppée dans une robe de soie et l’ont portée dans la chambre. Rachel tomba dans un sommeil profond, rêvant du fantasme qu’Edward lui avait décrit. Comment pourrait-elle lui rendre la pareille ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *