Une professeur soumise et accro au sexe

histoire porno prof salope

Oh mon Dieu, tu ne croiras jamais ce que j’ai trouvé !” Sara a dit qu’elle a fait irruption dans la porte de John. Elle mesurait 1,80 m, avait des cheveux auburn, un corps de pom-pom girl et les plus beaux yeux bleus. Du moins, c’est ce que John pensait. Sara et John ont été les meilleurs amis et voisins toute leur vie, ils faisaient tout ensemble. Ils sont même nés au même étage du même hôpital, à quelques heures d’intervalle. Il n’est donc pas surprenant, lorsqu’il va ouvrir la porte d’entrée, qu’elle fasse irruption sans aucune salutation ni invitation.

Sara a rapidement contourné John dans le foyer et a regardé à gauche dans son salon, puis à droite dans la cuisine. “Ta mère est à la maison ?” demande-t-elle.

“Non, elle est sortie faire des courses il y a environ une heure, répond John, quelque peu choqué par l’attitude de Sara.

“Et ton père ou Jake ?” dit-elle en levant ses beaux yeux pour les regarder directement dans les siens.

“Non, mon père est encore au travail et Jake est à l’entraînement de football, il est vraiment motivé, je sais que ce n’est que sa première année, mais il s’est beaucoup entraîné. Je pense qu’il pourrait…”

“C’est bien.” Elle lui a coupé la parole “Mais je dois vous montrer ce que j’ai trouvé, suivez-moi.” Sur ce, elle s’est retournée et a monté les escaliers jusqu’au deuxième niveau. Bon sang, elle a un joli cul, pensa John en la regardant monter les marches d’un bond, mais il laissa tomber cette pensée et la suivit comme elle l’avait ordonné. Au deuxième étage, il prit à droite dans le hall de sa chambre et la trouva assise à son bureau en train d’essayer de se connecter à son ordinateur.

“Depuis quand as-tu un mot de passe sur ton ordinateur ?” dit-elle en pivotant sur sa chaise de jeu.

“Je ne sais pas, depuis que les gens ne font pas irruption dans ma chambre pour essayer de l’utiliser !” lui lance John en plaisantant à moitié.

“Oh c’est pour cacher ta collection de porno.” Elle lui a répondu en souriant. “Ou juste pour cacher ton porno gay ?”

“Tais-toi. Je ne voulais pas que Jake l’utilise depuis qu’il a cassé son ordinateur portable la semaine dernière.” Il s’est approché et a tapé son mot de passe en essayant de lui cacher la vue. Elle a déplacé la chaise près de l’ordinateur et John s’est assis sur le lit à sa gauche.

“Ouais, avec vous deux partageant une salle de bain, ça doit être difficile de le tenir à l’écart de vos affaires”. dit Sara en se concentrant sur l’écran de l’ordinateur. “Dieu merci, ma soeur est plus âgée que moi, je n’ai pas à m’inquiéter de ça.”

“Je parie que c’est le cas ?” dit John à personne en particulier.

“Quoi ?” Sara se tourne vers John.

“Ce n’est pas la couleur du rouge à lèvres de ta soeur ?”

“Et alors ?” répondit-elle.

“Et son pull ?” Il a dit en remarquant combien il était serré sur sa poitrine.

“Et ?”

“Et son…”

“Ok, j’ai compris ! Je suis aussi mauvaise que ton frère.” Sara a avoué en se retournant vers l’ordinateur.

“Je parie que c’est plus dur pour toi, il a juste à marcher de sa chambre à la salle de bain et directement dans ma chambre.” “Et au fait, ça te va mieux à toi.”

“Merci et chut, j’essaie de me souvenir du site. Oh ouais.” Sara a dit qu’elle a tapé le site dans la barre de recherche de Google. Quand elle a appuyé sur Entrée, la page de résultats s’est affichée et le premier lien était violet, ce qui signifiait qu’il avait déjà été consulté. John a regardé pour voir quel site elle avait recherché et a constaté que c’était l’un de ses sites pornographiques hardcore préférés.

“Oh, on dirait que ce n’est pas la première fois que tu viens ici”. Sara dit sournoisement en regardant par-dessus pour voir John devenir un peu plus rouge. “Vous êtes un membre ou juste un spectateur occasionnel, je parie que vous avez la carte de membre d’or.”

“Tais-toi, c’est toi qui l’a tapé”, dit-il en détournant le regard, gêné. Sara retourne sur la page et clique sur le lien qui l’amène à la page d’accueil du site. John se retourne pour la voir taper dans la barre de recherche du site.

“Hot Horny Honey Teach.” Elle dit en tapant. Immédiatement, la page de résultats de recherche s’est affichée et il n’y avait que deux vidéos correspondantes.

“Ok, tu es prête pour ça ?” Sara a dit en regardant son amie qui rougissait.

“Pour ce que je ne sais pas comment je me sens de regarder un porno avec une fille.”

“Tais-toi”, rétorque-t-elle, “tu me remercieras” et sur ce, elle appuie sur play.

Sur l’écran est apparue une belle femme nue, attachée et bâillonnée dans un dispositif en forme de croix. Elle avait les yeux bandés et de beaux seins double D, des tétons roses de la taille d’un euro d’argent avec de petites pinces qui les creusaient. Elle était maigre, mais avait des hanches pulpeuses soulignant ce qui semblait être une chatte serrée avec seulement une petite bande de pubis noirs assortis à ses longs cheveux sur le dessus. Sur la gauche de la caméra, un grand homme musclé, complètement nu et arborant une bite de 30 cm en érection, s’est approché de la femme par derrière. Il s’est approché de la femme par derrière et a attrapé l’un des fouets accrochés au cadre et a commencé à fouetter sans pitié la femme sur la poitrine, le cul et la chatte.

Il avait regardé beaucoup de porno en dix-huit ans, mais il n’avait jamais rien vu d’aussi brutal et d’aussi érotique dans sa vie. Il a regardé Sara dans une nouvelle lumière, était-ce ce qu’elle regardait quand elle se baisait avec les doigts. Il devenait de plus en plus difficile pour lui de maintenir sa position assise. Sa bite se battait contre sa volonté.

Il était là, seul dans sa chambre, à regarder un porno hardcore avec sa meilleure amie qui était aussi une fille et qui était aussi le centre d’intérêt de beaucoup de ses séances de branlette. Rien que de penser à elle, assise nue sur son lit, regardant l’écran de son ordinateur comme elle avait vu cette vidéo pour la première fois, un ou deux de ses doigts entrant et sortant lentement de sa chatte serrée, l’a presque fait basculer. Mais il a combattu ses pulsions et a essayé de faire sortir ces images de sa tête. Gardez-les pour plus tard, se répétait-il.

L’homme à l’écran a cessé de frapper la femme ; ses seins, son cul et sa chatte étaient marqués à vif. La femme gémit fort, mais pas pour qu’il s’arrête, le regard sur son visage était un pur plaisir et son entaille débordait de jus clair. L’homme n’a pas dit un mot mais s’est agenouillé devant elle et a commencé à lécher le jus. Il commença à descendre le long de sa cuisse droite et remonta en effleurant à peine sa chatte, puis il redescendit de l’autre côté pour retourner vers les terres promises pour en avoir plus. Bientôt, il suçait son clito et obtenait d’elle les sons les plus étonnants.

John était assis et regardait, les yeux rivés sur l’écran, ne sachant pas quoi faire ou penser. Il était difficile de ne pas regarder Sara, il savait que s’il la regardait, son esprit se mettrait à penser à elle. Mais le fait de ne pas regarder faisait la même chose et bientôt il se demandait si elle avait déjà laissé un gars la lécher comme ça. Oh, comme il le voulait et comme il était jaloux des gars qu’il pensait pouvoir le faire.

Il fut tiré de sa rêverie par la femme qui criait fort en se secouant sous l’effet d’un orgasme violent. Son corps se tordait contre les sangles, mais celles-ci la maintenaient fermement pendant la minute où elle s’est mise à trembler. Il s’est retiré et a appuyé sur un bouton sur le cadre. Il a immédiatement commencé à tourner jusqu’à ce qu’elle ne soit plus debout mais allongée sur le dos. L’homme s’est approché de sa tête et lui a jeté sa bite au visage, ses couilles de la taille d’un œuf couvrant ses yeux bandés.

Le bout de la bite pendait sous son menton et elle a bougé sa tête de haut en bas afin de l’introduire dans ses lèvres en attente. Elle a commencé à sucer le gros champignon violet et à incliner sa tête pour faire descendre le reste dans sa gorge. Elle l’a sucé pendant trois bonnes minutes jusqu’à ce qu’il se retire et pulvérise sur ses seins brûlants. Cela lui a donné un énorme sourire et comme récompense pour son service, l’homme a enlevé le bandeau. C’est à ce moment-là que John a compris pourquoi Sara était venue en courant pour lui montrer cette vidéo. Sur l’étrange appareil en forme de X, se trouve Mme Simpkins, la professeure principale de John et Sara, nue et couverte de sperme.

“Putain de merde !” John a crié. C’était presque trop pour lui. Mme Simpkins était la prof la plus sexy de l’école et il n’y avait pas un seul gars qui ne s’était pas branlé en pensant à elle. John l’avait fait cette semaine. Maintenant, il était là à la regarder dans un porno que lui montrait la fille de ses rêves humides.

“Je sais, c’est vrai !” Sara a dit en appuyant sur le bouton pause “et ça continue encore une heure. Tu imagines ce qui se passerait si quelqu’un d’autre était au courant, ils pourraient la faire virer ou la faire chanter pour une bonne raison.”

“Ou la faire chanter pour autre chose.” John dit encore à personne en particulier.

“Bien sûr que tu penserais ça, pervers”, dit Sara, à moitié sérieuse. “Oh, et tu pourrais vouloir aller t’occuper de ça”.

John a baissé les yeux pour voir que sa volonté avait perdu la bataille avec sa bite. La guerre a été courte, la bombe atomique du porno de son professeur et la fille sexy assise à côté de lui ont scellé son destin. Sa volonté avait tranquillement signé un article de reddition à son insu. Sa bite de six pouces et demi se débattait contre le tissu de son short de surf, faisant ressortir son extrémité.

“Oh mon dieu, je suis désolé !” est tout ce qu’il a pu sortir avant de courir vers la salle de bain et de verrouiller la porte derrière lui. Il pouvait l’entendre rire quand elle s’est levée et s’est approchée de la porte.

“Ça va là-dedans ?” dit-elle d’un ton moqueur.

“Ce n’est pas drôle, ça arrive, c’est tout.”

“Combien de temps ça prend pour que ça n’arrive pas ?” demande-t-elle.

“Eh bien, ça dépend.”

“Ça dépend de quoi ?”

“Tu sais, si j’attends ou…”

“Ou quoi ?” demanda-t-elle, puis elle résolut rapidement l’énigme “OH ! tu dois le mettre dans le cric.”

“J’allais dire une douche froide.” “Qui est le pervers maintenant ?”

“Ok” Sara a ri “Appelle-moi si tu as besoin d’aide, je descends chercher quelque chose à boire”.

John s’est penché sur le lavabo et s’est regardé dans le miroir : “Super, qu’est-ce que je fais maintenant ?” s’est-il demandé. Sa bite luttant toujours contre le tissu, il a décidé de prendre une douche. John ouvre l’eau, enlève sa chemise et baisse son short. L’image de Mme Simpkins défilait dans sa tête, le taquinant. Sa bite n’avait pas diminué d’un pouce, en fait John la trouvait plus grosse. “Arrête ça” dit-il à sa bite “Sara est en bas des escaliers, je ne peux pas le faire ici.” Sa bite palpitait un peu, toujours pas convaincu de la gravité de la situation.

Il a vérifié la température de l’eau et a senti qu’elle était juste un peu trop froide, alors il l’a augmenté un peu. En attendant que la situation se stabilise, son esprit le bombarde d’images, d’abord de la poitrine de Mme Simpkins avec ses petites pinces. Puis des gros seins ronds et doux de Sara qui se battent contre le pull de sa soeur, comme sa bite se bat contre son short. La chatte de Mme Simpkins, rouge, humide et qui fuit, couronnée de cette petite bande de poils. “Je me demande si Sara a une piste d’atterrissage comme ça”, a pensé John en voyant l’image de ses jolies lèvres de chatte couronnées de ses cheveux auburn.

“Merde, je ne tiendrai probablement que quelques secondes à ce rythme, autant jouir avant d’aller sous la douche.” John a dit qu’il saisissait sa bite striée et la pompait rapidement d’avant en arrière. Il ferma les yeux et embrassa les pensées lascives qui lui traversaient l’esprit. Mme Simpkins, penchée sur son bureau à l’école, tandis que John fait entrer et sortir sa grosse bite de sa gorge trempée, frottant son clitoris tandis qu’elle se serre autour de sa queue.

Oh, mais qu’est-ce que c’est ? Sara entre dans la classe et se déshabille en plaçant sa chatte chaude sur la bouche avide de Mme Simpkins. Bientôt, Sara gémit tandis que Mme Simpkins lèche sa chatte. Umm john travaille sa bite en pensant à l’action torride à trois qu’il ne peut obtenir que dans ses fantasmes les plus fous. Quelque part en dehors de son esprit, il entend un bruit sourd et ouvre les yeux. Sara se tient dans l’entrée de la chambre de Jakes et pose son coca sur le comptoir.

“John dit qu’il ne caresse plus sa bite mais qu’il essaie de la cacher à Sara. John se retourne et regarde la porte de sa chambre : “Je suis tellement ! Tellement ! Tellement ! désolé Sara, je ne pensais pas que tu reviendrais.” Il est encore plus embarrassé qu’il ne le pensait. Comment avait-il pu être aussi stupide pour se branler avec un invité dans la maison ?

Comment a-t-il pu oublier de verrouiller l’autre porte ? Comment a-t-il pu oublier de fermer l’autre porte ? Attendez une minute, cette porte était fermée. Le choc traverse à nouveau son esprit, elle a ouvert la porte. John entend la porte derrière lui se fermer, ce qui le fait revenir en arrière. “Oh putain” se dit John “Je vais devoir limiter les dégâts la prochaine fois que je la verrai… si elle veut me revoir un jour”. Comment pourrais-je la regarder en face après ça ?” L’esprit de Johns s’emballe pour tous les pires scénarios, mais il est de nouveau tiré d’affaire. Derrière lui, il entend le clic de la serrure de la porte.

John se retourne sans croire qu’il a entendu la serrure tourner, la seule façon de la verrouiller est de l’intérieur. Sara se tient debout contre la porte, sa main gauche sous le pull de sa sœur, tordant son téton droit. Sa main droite descend sur le devant de sa jupe d’écolière avec au moins un doigt dans sa chatte trempée.

“Oh mon dieu !” s’exclame John qui n’en croit pas ses yeux.

D’un mouvement rapide, Sara a retiré sa main de l’intérieur de sa jupe et a soulevé le pull-over. Ses seins parfaits ont été libérés de leur prison de laine, sans soutien-gorge. John est resté stupéfait, ne sachant pas vraiment quoi faire, mais restant là, la bouche béante, à la regarder. Sara a alors commencé à accrocher ses pouces dans la jupe à ses hanches et à les forcer à s’enlever en un seul mouvement doux. Se penchant en arrière pour exposer son corps entièrement nu. John fixe la perfection de sa nudité tandis qu’elle s’avance lentement vers lui, les yeux rivés sur chaque détail.

Contrairement à ce qu’il avait espéré plus tôt, elle n’avait pas de piste d’atterrissage comme Mme Simpkins dans la vidéo, mais était plutôt complètement rasée. Ses seins se balançaient en marchant, offrant à Jean une vue imprenable sur chaque courbe de sa poitrine et chaque bosse de ses mamelons roses. Elle s’est approchée de Jean et s’est centrée sur sa jambe droite, amenant sa chatte humide et lisse à se poser sur sa cuisse, créant ainsi une traînée d’escargot sur le chemin. Sara l’a regardé avec des yeux de biche et s’est penchée pour lui murmurer à l’oreille.

“J’appréciais le spectacle, pourquoi tu t’es arrêté ?” Sara a dit doucement puis a déplacé son visage pour rencontrer le sien. Ses lèvres se sont accrochées aux siennes et toutes les pensées ont quitté son esprit. Tout ce qu’il pouvait faire était de se concentrer sur les lèvres douces et humides qui s’accrochaient aux siennes. Ses lèvres se sont ouvertes et sa langue a pénétré dans sa bouche comme si elle cherchait un trésor perdu depuis longtemps. Ses seins chauds, délicats et doux se pressaient contre sa poitrine, ses mamelons durs gravaient sa peau. John était perdu dans tout ça, ne voulant rien d’autre que de la garder contre lui. Ses bras ont bougé comme s’ils le voulaient et l’ont entourée en l’attirant plus étroitement. Leur baiser passionné se brisa et ils se regardèrent dans les yeux, perdus dans leurs mots pendant un moment, jusqu’à ce que John parle enfin.

“Tu n’as aucune idée de combien de temps j’ai voulu faire ça.” Il dit doucement, un sourire se répandant sur ses lèvres nouvellement mouillées.

“Oh vraiment, tu n’as aucune idée de combien de temps j’ai voulu faire ça.” Sara a dit qu’elle avait attrapé sa tige palpitante avec sa main droite. “O !” fut tout ce qui glissa entre ses lèvres avant qu’elle ne se remette en place. Avec sa main encore humide de son propre jus, elle a commencé à bouger légèrement sa main d’avant en arrière le long de sa bite. En un rien de temps, il gémissait dans sa bouche, le sentiment grandissant dans son aine, ayant été si près de jouir avant qu’elle ne se montre, il sentait qu’il pouvait éclater à tout moment. Sara a dû sentir que sa bite commençait à grossir en prévision du giclement et a relâché sa prise sur lui en retirant ses lèvres.

“Pas encore, j’ai attendu longtemps pour ça et je ne vais pas te laisser tout gâcher en jouissant aussi facilement”. Elle a déclaré en se mettant à genoux. Son visage s’est aligné directement avec son hard-on en furie et pendant un moment John l’a regardé sans se rendre compte de ce qui se passait jusqu’à ce que, d’un seul coup, elle a pris toute sa virilité dans sa bouche, jusqu’à ses couilles. John n’avait jamais vu personne dans le porno prendre une bite aussi rapidement dans sa gorge, même les professionnels devaient y aller doucement.

John se demanda jalousement combien d’hommes elle avait pris dans sa gorge pour être aussi compétente, mais il s’en ficha rapidement car elle commença à bouger la tête. Elle a habilement recouvert ses dents avec ses lèvres tout en pompant de haut en bas, sa langue glissant d’avant en arrière le long de la base de la bite de John. S’il n’avait pas été prêt à exploser, sa furieuse attaque buccale l’y aurait conduit en un rien de temps, mais il était déjà prêt à exploser.

“Oh putain Sara, je vais jouir !” John a crié en rejetant sa tête en arrière dans l’extase. La bite de John a explosé avec une corde après l’autre de sperme chaud dans l’estomac avide de Sara. L’une après l’autre, elles descendirent dans sa gorge jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus les avaler et qu’elle retire sa bite jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le bout du champignon dans sa bouche. Le torrent de sperme a ralenti et elle a pu goûter le rôle de son sperme sur sa langue. Avec une action lente et méthodique, elle a tordu sa langue autour de la couronne de sa tête, envoyant des ondes de choc dans son corps et le poussant à un second orgasme.

Sa bouche l’a inondé une fois de plus jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à donner. Le pénis de Johns a commencé à se flétrir lentement dans ses lèvres jusqu’à ce qu’elle le relâche avec un léger bruit sec. En regardant cette magnifique déesse du sexe à genoux devant lui, John ne savait plus quoi dire. Sara leva les yeux vers lui et, avec un sourire, ouvrit sa bouche, la révélant débordante de sa pâte à bébé. Elle a refermé sa bouche et a tout avalé d’un seul trait.

“C’est tout ce que je pouvais penser faire en regardant Mme Simpkins sucer cette grosse bite. Au fait, tu es délicieuse.” Sara s’est levée une fois de plus. “Tu veux goûter ?” dit-elle en pressant ses lèvres contre les siennes. Le goût de lui-même a rempli la bouche de Jean. Pas un mauvais goût, un peu salé mais bon. Il avait testé le sien des années auparavant et n’en avait jamais fait grand cas, mais savoir qu’il était partagé avec elle le rendait quelque peu exotique et érotique. John a repoussé Sara une fois de plus.

“En parlant de la petite vidéo d’instruction de nos professeurs, il y a quelque chose que je voulais faire”. dit John en la tenant dans ses bras.

“Oh vraiment, et qu’est-ce que c’est ?” Sara l’a taquiné.

John la soulève par les hanches et la place sur le comptoir entre les deux éviers. Les mains de John se placent entre ses genoux et sans résistance, il les écarte. John s’est avancé dans son entrejambe et a recommencé à l’embrasser. Mais contrairement à la fois précédente où il avait été gelé avec des insécurités cette fois, il était confiant. Puisant dans tous les pornos qu’il avait vus, il a commencé à déplacer sa main sur son corps pulpeux en remontant jusqu’à ces parfaits globes jumeaux.

Leurs lèvres se sont rapprochées mais pas pour longtemps, John a déplacé ses lèvres sur sa joue droite et a commencé à embrasser le long de sa mâchoire. Travaillant lentement et douloureusement, il a déposé baiser après baiser dans son cou et sur sa poitrine. Ses lèvres chaudes et humides ont entouré son téton droit, s’y accrochant tandis que sa main droite pinçait et tordait son téton gauche. Avec un gémissement de charge, Sara s’est penchée en arrière, les mains sur le comptoir, le dos appuyé contre le miroir en pied.

“Oh mon Dieu, John, n’arrête pas ça, quoi que tu fasses !” s’écrie-t-elle. Il passe du mamelon gauche à la bouche au mamelon droit et vice-versa, en accordant autant d’attention à l’autre. Mais John avait d’autres plans que de simplement taquiner ses seins. Avec un petit gémissement dans sa gorge, il s’est éloigné de ces aréoles séduisantes et a commencé à embrasser le centre de son ventre. Il s’est arrêté un instant pour lécher son petit nombril avant de poursuivre sa quête.

En s’approchant de sa région inférieure, il s’est arrêté juste au-dessus de son clitoris et s’est agenouillé pour mieux voir. Elle a penché la tête en avant pour voir pourquoi il s’était arrêté. John la regarde dans les yeux et commence à embrasser l’intérieur de sa cuisse en faisant tourner sa langue en rond et en soufflant sur sa salive, ce qui lui donne des frissons. Il s’est déplacé vers l’intérieur, mais juste avant d’atteindre ses lèvres inférieures, il a dévié et a recommencé le long de son autre jambe. Toujours en fixant ses yeux, il atteint à nouveau le centre, ouvre grand la mâchoire et place le plat de sa langue sur ses lèvres extérieures lisses. Le corps de Sara frissonne un peu sous l’effet de cette petite stimulation. John n’a pas bougé et a lentement commencé à faire pénétrer le bout de sa langue dans son ouverture douce et trempée.

La tête de Sara s’incline à nouveau vers la vitre tandis que John fait pénétrer sa langue dans sa douce petite chatte. Bientôt, Sara gémit doucement jusqu’à ce que John lève la main sur son clitoris, ce qui lui arrache un petit cri de plaisir. Avec le bout de son doigt qui va et vient sur son petit bouton d’amour, il glisse son index dans son trou lubrifié par la salive. John l’a poussé aussi loin qu’il le pouvait, mais il s’est rapidement heurté à un obstacle.

“Tu es toujours vierge ?!” dit-il sous le choc.

“Et alors ?” dit-elle presque indignée. “J’ai attendu le bon gars. Ce n’est pas comme si tu avais été avec des tonnes de femmes.”

“Eh bien, techniquement, je n’ai été avec aucune.”

“Alors tu ferais mieux de te remettre au travail pour changer ça pour nous.” Sara a dit avec un grand sourire.

Obéissant, John s’est remis au travail en suçant le clito de Sara dans sa bouche, lui donnant une mini tête. Il a remis son doigt en place, pas aussi loin qu’il l’avait fait mais assez pour qu’elle le sente. En faisant glisser son doigt à l’intérieur et à l’extérieur tout en suçant son clito, il n’a pas fallu longtemps pour que ses jambes se resserrent autour de sa tête, l’envoyant dans un incroyable orgasme. Tout le corps de Sara a tremblé lorsque John a retiré son doigt et a ramené le plat de sa langue contre sa fente en le maintenant jusqu’à ce qu’elle revienne sur terre.

“Putain de merde, ça ne peut pas être la première fois que tu fais ça à une fille !” Sara s’exclame en soulevant John dans ses bras.

“Et toi, cette pipe était époustouflante.” John a répondu en l’embrassant doucement sur les lèvres.

“Oui, ça l’était pour nous deux. Mais on dirait que mon petit ami ici présent est prêt pour l’événement principal.” Sara est revenue en remarquant que sa bite rajeunie pressait son ventre.

“Tu es sûr que tu veux aller jusqu’au bout, je veux dire me donner ta carte V ?” dit John, soudainement moins confiant qu’avant. “Je veux dire que c’est une grosse affaire. Je ne dis pas que je ne veux pas, mais je tiens à toi et je veux que tu sois sûr.”

“Comme je l’ai dit, j’ai attendu le bon gars. Mais tu n’as jamais fait le premier pas. Je te veux depuis si longtemps et maintenant que c’est fait, je ne vais pas te laisser filer.”

“Oh, je vois ce que c’est.” Il a dit en attrapant son cul nu et en la tirant vers lui “Je suis juste une encoche sur ta ceinture.” dit John en plaisantant.

“Oh la ferme !” Sara lui a donné une claque sur le bras. “Alors on va faire ça ici, sur le carrelage sale, ou tu préfères aller dans ton lit confortable.”

Sans réponse, John a soulevé Sara par les fesses et a commencé à la porter vers la porte.

“Attends la douche.” Sara a dit qu’elle avait échappé à son emprise et s’est retournée pour fermer l’eau. John a déverrouillé la porte et l’a ouverte.

“Par ici, madame.” John a dit en faisant une fausse révérence vers la porte, mais Sara n’a rien voulu savoir et a sauté sans cérémonie dans ses bras.

“Voilà qui est mieux.” Sara remarque qu’il l’emmène dans sa chambre en scellant ses lèvres aux siennes une fois de plus. L’écran de l’ordinateur affiche toujours l’image figée de la dépravation sexuelle qui les a conduits sur cette voie, mais aucun des deux groupes n’y prête attention. Enfermés dans leur étreinte, John les a emmenés jusqu’au lit et l’a allongée avec lui sur le dessus.

“Oh merde” dit-il en se relevant “Je n’ai pas de préservatif !”

“Et alors ?” Sara répond avec un regard interrogateur “Je prends la pilule et nous sommes tous les deux vierges !”

John se baisse à nouveau et continue leur baiser passionné, mais cela ne dure que quelques instants avant que Sara ne le pousse à se relever.

“C’est fini, j’ai besoin de toi en moi tout de suite !”

John se soulève à nouveau, prend en main sa bite fumante et l’aligne avec la chatte gonflée et fluide de Sara.

“Attends.” Sara a dit, ce qui a fait sursauter John. Pendant un moment, l’esprit de John s’est emballé. Avait-elle changé d’avis ? Avait-elle changé d’avis sur le fait de le faire avec lui ? C’était quelque chose qu’il avait fait ? Est-ce qu’elle se foutait juste de sa gueule ? Mais les craintes de Johns ont été rapidement désamorcées.

“Je veux être au dessus.” Sara a dit qu’elle roulait sur le côté. “Allonge-toi sur le dos.”

John obtempère et s’allonge sur le lit en plaçant un oreiller sous sa tête. Il était un peu déçu, il ne voulait rien d’autre que de prendre les choses en main et de la baiser à fond.

Sara s’agenouille sur le lit à côté de John et jette sa jambe gauche sur son torse. Elle s’est penchée en arrière et s’est assise sur son estomac, sa chatte dégoulinante reposant sous son nombril, la bite dure de John bien nichée entre ses joues.

“Tu es prête pour ça ?” Sara a demandé en posant ses mains sur sa poitrine.

“Plus que prête ! J’ai envie de toi depuis la cinquième année.”

“Qu’est-ce qui t’a pris si longtemps, crétin !”

“Je n’ai jamais pensé que tu serais intéressé par moi. Et je ne voudrais jamais mettre en péril notre amitié.” John a répondu honnêtement

“J’ai envie de toi depuis le CE2. Crétin !” Sara lui a dit en le frappant sur la poitrine.

Elle se mit à genoux et de sa main droite, elle se tendit pour attraper la queue de John. Sara a frotté le bout de sa bite autour de ses lèvres, répandant son précum sur ses lèvres rasées. Elle presse le bout contre son clito et, avec un peu de pression, le fait glisser entre ses lèvres inférieures. Une fois qu’elle a atteint son ouverture, elle l’a maintenue pendant une seconde, semblant se préparer mentalement à ce qui allait se passer. Sara s’est abaissée lentement sur son arbre jusqu’à ce qu’elle atteigne sa tête de jeune fille. John, tout en regardant avec admiration comment elle le taquinait lentement. Avec une poussée décisive vers le bas, Sara a forcé la virilité de John à travers son hymen. Sara s’est mordue la lèvre inférieure.

“Tu vas bien ? Nous pouvons arrêter si tu le veux.” Il a dit qu’il s’inquiétait pour elle.

“Non ! Ça fait mal mais ça va. Ma mère a dit que ça passait très vite.” Sara a dit que son corps s’était habitué à la douleur et à l’invasion. “Donne-moi juste une minute pour m’y habituer.”

John s’est approché et a commencé à prendre ses seins à deux mains. Les presser, les caresser, et les modeler. Bientôt, il a travaillé son chemin vers ses mamelons en passant le bout de ses doigts autour du centre, frappant chaque bosse sur ses aréoles comme s’il lisait du braille.

“Cela pourrait t’aider à ne plus y penser.” Il a dit en donnant à chaque téton une petite tape. Sara a attrapé ses poignets pour forcer ses mains à s’enfoncer davantage dans ses seins. Sara a commencé à se soulever le long de son arbre et à redescendre lentement. Les yeux de John étaient fixés sur ses seins mais il a remarqué la nouvelle sensation sur sa bite et a regardé entre eux pour le spectacle. Il a regardé sa bite disparaître dans sa petite boîte chaude, puis elle se soulevait à nouveau et le voyait réapparaître, sauf le bout. C’était un million de fois mieux que ce que John avait imaginé, sa chatte était si serrée qu’on aurait dit qu’un boa constrictor l’avalait tout entier. Il était si heureux qu’elle lui ait fait cette pipe plus tôt, parce que sans cela, il aurait explosé sa charge au moment où elle l’avait complètement pris.

“Putain Sara c’est incroyable !”

Tout ce qu’elle pouvait faire pour répondre était de gémir bruyamment en se balançant de haut en bas. Après quelques minutes, Sara a appris que si elle se balançait d’avant en arrière plutôt que de haut en bas, la sensation était bonne, voire meilleure, et elle ne faisait pas autant d’efforts. John se détend et profite de la balade tout en faisant travailler ses seins comme un pianiste de concert. Les deux gémissent de plus en plus vite et de plus en plus fort au fur et à mesure qu’ils se mettent au rythme de sa chevauchée et de sa poussée vers le haut. Comme leurs mouvements synchronisés se rapprochaient de plus en plus, John a senti ce picotement familier commencer à grandir dans ses couilles.

“Oh putain Sara, je vais jouir !”

“Moi aussi, putain ! Putain ! Putain ! Jouis en moi, s’il te plaît, je veux te sentir en moi !”

L’orgasme de Sara a fait exploser John. Sa chatte tremblante s’est contractée sur sa queue, aspirant corde après corde sa semence chaude en elle. Sara l’a sentie se répandre dans son utérus vierge, recouvrant ses entrailles de sa chaleur. Les années d’angoisse et de désir de l’adolescence pour les deux se sont finalement accomplies dans un moment de bonheur mutuel.

“Putain !” John s’est exclamé en retirant ses mains de ses seins dociles pour les passer dans son dos. John se redressa et l’attira dans une autre étreinte en serrant son corps contre le sien. Leurs lèvres se rencontrèrent une fois de plus, se scellant l’une à l’autre alors que les hauteurs de leurs orgasmes s’estompaient.

“Mon Dieu, je t’aime Sara.” John a dit au moment où leurs lèvres se sont séparées “Je ne pense pas que j’ai déjà mis des mots sur mes sentiments avant, mais je sais maintenant que c’est ce que je ressens depuis longtemps”.

“Oh John.” Sara l’a poussé à l’horizontale. Elle s’est habilement détachée de sa queue qui diminuait et s’est allongée à côté de lui, la tête posée sur sa poitrine. “Je t’aime. Je t’ai toujours aimé.”

“Et je t’aime aussi !”

Les deux têtes se sont levées pour voir Jake debout dans l’entrée de la salle.

“Un joli petit spectacle, désolé, je n’ai pu voir que le dernier acte.”

“C’est quoi ce bordel Jake ! Qu’est-ce que tu fous à venir dans ma chambre ?” John a crié à son frère tout en essayant de tirer ses couvertures pour se couvrir et couvrir Sara.

“Numéro un, je ne suis pas encore entré dans ta chambre. Numéro deux c’est toi qui a laissé la porte grande ouverte pour tes sexcapades. Et troisièmement, j’ai envie de pisser et un connard a verrouillé la porte de la salle de bain !”

Cela a coupé un peu le vent de la voile de Johns, mais pas assez pour le désamorcer. Il venait juste de consommer son amour avec son meilleur ami et maintenant ses nouveaux ; enfin il ne savait pas encore ce qu’ils étaient. Amoureux, petite amie/petit ami, amis ? Et maintenant, il y avait son frère qui foutait tout en l’air pour lui.

“Oh maman et papa vont adorer ça.” Jake a dit pour montrer le pouvoir qu’il avait sur eux.

“Tu ne peux pas le dire, connard !” John a crié.

“Non, Jake, non !” Sara a supplié “Tu ne peux pas Jake !”

“Je peux faire ce que je veux.” Jake a dit en valsant dans la chambre de son frère.

“S’il te plaît Jake ?” Sara a supplié

“Alors que feras-tu pour moi si je tiens ma langue ?” dit Jake en souriant. “Qu’est-ce que tu vas me donner ?”

John et Sara se regardent, incertains de ce qu’ils doivent faire. Que voulait-il ? Voulait-il participer à l’action de son frère ? Il n’y avait aucune chance que John laisse Jake se mettre entre Sara et lui. Qu’est-ce qu’il avait pour apaiser Jake ? Les quelques possessions qu’il avait étaient dans cette pièce et il doutait que quoi que ce soit fasse l’affaire. C’est alors qu’un large sourire s’est glissé sur les lèvres de Sara. Pensait-elle à coucher avec Jake pour l’arrêter ? Le ferait-elle si elle l’avait fait ou ce sourire était-il le signe qu’elle le voulait ? La pensée de la trahison lui traversa l’esprit pendant une seconde, ce qu’ils venaient de faire ne signifiait-il rien pour elle qu’elle coucherait avec le prochain gars qui entrerait dans la pièce. Mais encore une fois, ses craintes n’étaient pas fondées.

“Je dis qu’on lui donne Ms. S.” dit Sara en voyant l’implication dans les yeux de John. “Tu sais ce que tu as dit plus tôt sur ce que tu pourrais faire avec cette connaissance.”

“De quoi tu parles ?” demanda Jake.

John se tourna pour regarder son frère, une nouvelle étincelle dans les yeux. “Ce que je suis sur le point de te donner est de l’or, mon frère, de l’or pur.”

“Oh oui, et qu’est-ce que c’est ?”

“D’abord tu dois promettre de ne pas dire un mot.”

“Si ça vaut le coup, alors pourquoi pas.”

“Ok alors appuie sur play sur mon ordinateur.”

Jake s’est retourné et a cliqué sur le bouton de lecture. Il est resté là à regarder pendant un moment, puis il s’est rendu compte de la situation.

“C’est Mme Simpkins ? Putain de merde !”